Bilan du français à McGill
30 mars 2010
L’heure est aux rétrospectives et la Commission des Affaires Francophones (CAF) se penche donc sur ses accomplissements, mais surtout sur le chemin qu’il reste à tracer.

L’heure est aux rétrospectives et la Commission des Affaires Francophones (CAF) se penche donc sur ses accomplissements, mais surtout sur le chemin qu’il reste à tracer.

Bilinguisme à McGill

Cette année, la Francofête a connu un engouement sans précédent, mais peuton dire que le bilinguisme se porte mieux à McGill? Certes, autant par la participation de Justin Trudeau à notre table ronde que par le succès de notre traditionnel vin et fromage, ces dix jours de célébration et de réflexion sur le français ont permis d’effectuer un pas de plus vers la reconnaissance du bilinguisme à McGill. Toutefois, même si plusieurs choses ont changé dans les dernières années, la CAF aspire à plus au point de vue de l’intégration du français au sein de notre université. Par exemple, bien que la modification de la Loi 15, permettant aux étudiants de remettre tout travail écrit en français, ait été un acquis considérable, sa mention dans tous les plans de cours est une autre histoire. Ainsi, la clause à cet effet demeure absente de plusieurs plans de cours, un lacune que la CAF espère pouvoir combler au cours de la prochaine année.

Travail auprès de l’administration

Le Groupe d’étude de la principale sur la diversité, l’excellence et l’engagement communautaire a été une belle occasion pour la CAF d’entrer en contact avec l’administration. Ainsi, nous avons pu proposer des mesures concrètes au potentiel innovateur visant à renforcer la place du français au sein de McGill. Les membres du Groupe d’étude ont été d’ailleurs réceptifs aux aspirations de la CAF. En effet, ceux-ci considèrent nos suggestions comme pertinentes. Ils ont également tenté de répondre à certaines préoccupations économiques en proposant d’autres solutions. De ce fait, la relation de la CAF avec l’administration semble évoluer positivement. Quoi qu’il en soit, nous espérons que celle-ci saura aller au-delà, en tentant d’établir également une meilleure communication avec d’autres étudiants impliqués dans la vie universitaire francophone.

Statut linguistique de McGill

La CAF note une certaine déconnection de l’Université McGill d’avec sa population locale immédiate, le Québec. Voyant que le pourcentage d’étudiants francophones à McGill a diminué sans cesse au cours des dernières années, nous constatons un éloignement progressif entre la population francophone du Québec et l’Université McGill. Face à ce problème, il nous paraît essentiel que McGill redouble d’efforts quant à l’intégration du français et ce, autant au sein du curriculum –notamment par l’ajout de cours en français comme nous l’avons proposé lors du Groupe d’étude– que par le biais de la vie étudiante. Or, de tels efforts bénéficieraient non seulement aux francophones mais également aux anglophones et allophones qui désirent développer leur apprentissage de la langue française.

Une fois encore, nous vous invitons à nous faire part de vos questions et commentaires à caf@ssmu.mcgill.ca. Pour plus d’informations sur la CAF, vous pouvez également consulter notre page Facebook ou notre site internet: ssmu.ca/caf

 
Sur le même sujet: