Tapis rouge pour la musique émergente
9 mars 2010
Le Délit vous propose de découvrir la 14e édition des Francouvertes.

La musique francophone a envahi le Lion d’Or et le Club Soda depuis le 8 février. Plusieurs artistes, musiciens, groupes et amateurs s’y retrouvent pour découvrir un nouveau son, mais aussi des nouveaux visages. La 14e édition des Francouvertes en est déjà à la moitié de son périple. Plusieurs artistes ont déjà fait entendre leur passion et plusieurs autres les suivront jusqu’à la fin mars.

Les Francouvertes, c’est un concours où la musique alternative francophone est à l’honneur. D’abord apparues sous le nom de «Faites de la musique» en 1995, c’est en 2005 que les Francouvertes sont revenues en force sur la scène montréalaise grâce à l’initiative de leur directrice, Sylvie Courtemanche. Il s’agit du premier concours québécois dont l’évaluation est assurée à parts égales par un jury formé de membres de l’industrie et par le public. Depuis sa création, plus de 2 718 dossiers ont été soumis par des artistes provenant des quatre coins du pays. Plusieurs groupes désormais connus du grand public ont fait leur début grâce à ce concours, dont Loco Locass, les Cowboys Fringants, Alfa Rococo, Karkwa, La Patère Rose et, plus récemment, la formation Ariel.

Chaque lundi, jusqu’au 22 mars, trois artistes s’affrontent dans la ronde préliminaire. Les gagnants de ces soirées auront alors la possibilité de s’affronter lors des finales, qui auront lieu au mois d’avril. C’est toutefois le 3 mai que le gagnant sera annoncé, et que lui sera décernée la bourse de 10 000$ de Sirius Radio Satellite. Outre le grand prix, ce concours permet d’étroites collaborations avec l’ensemble de l’industrie musicale. Des photographes, graveurs de disques, imprimeurs, diffuseurs, représentants de festivals, d’associations et d’organismes gouvernementaux sont présents et offrent leurs services et une aide financière en plus d’être membres du jury.

Les porte-paroles de l’édition de cette année sont David Marin et les membres de la formation Karkwa. Tous ont participé à une édition antérieure des Francouvertes et ils ne sont aucunement déçus de leur aventure. Ils disent apprécier beaucoup les prix offerts lors du concours, mais soulignent que la première chose qui les a marqués est le contact avec le public. Louis-Jean Cormier de Karkwa décrit le concours comme «la chance de faire endosser son travail par la réaction d’un public». David Marin ajoute que c’est un des principaux avantages des Francouvertes, car il est possible de se faire «plein de nouveaux fans». Les deux musiciens emploient le même mot pour décrire les Francouvertes: «famille». «C’est une famille qui prend soin de ses artistes et qui les épaule pendant toute l’aventure», explique Louis- Jean Cormier. David Marin ajoute: «la grande famille des Francouvertes, qui travaille douze mois par année pour la musique émergente, qui adopte littéralement ses artistes et les supporte durant bien des années, croyez-moi.»

Tous les lundis jusqu’au 3 mai, il est possible de connaître les futurs artistes de la scène musicale. Allez-y et peut-être direz-vous, un jour: «Je les ai découverts en premier… aux Francouvertes.»

Prochaine soirée de préliminaires avec Max Ricard, Violett Pi et Bernard Adamus
Où: Lion d’Or, 1676, rue Ontario Est
Quand: 15 mars
Combien: 6$

 
Sur le même sujet:
27 septembre 2011
12 février 2013