Saint-Jean aux mille sculptures
17 novembre 2009
À mi-chemin entre Québec et Rivière-du-Loup, sur la rive sud du fleuve, la petite ville de Saint-Jean-Port-Joli a beaucoup à offrir aux amateurs d’activités culturelles. Coup d’oeil sur ce petit coin de Chaudières-Appalaches.

Lorsqu’on me demande d’où je viens et que je nomme mon village natal, neuf fois sur dix j’ai droit à la réponse à laquelle je m’attends. «Saint-Eugène? Non, connais pas.» C’est alors que j’ajoute : «C’est juste à côté de Saint- Jean-Port-Joli…» Et là, parfois, une petite lumière s’allume dans le regard de mon interlocuteur. «Ouais, ça me dit quelque chose.»

Ça vous dit quelque chose? C’est fort possible, car Saint- Jean-Port-Joli figure parmi les incontournables de la carte touristique et culturelle du Québec. Depuis plusieurs dizaines d’années, ce village fait mentir ceux qui soutiennent que la culture, ce n’est qu’en ville –pour ne pas dire qu’à Montréal– que ça se passe. Printemps, été, automne ou hiver, Saint-Jean-Port-Joli a toujours quelque chose à offrir à ses habitants et aux visiteurs qui s’y arrêtent.

La capitale de la sculpture

En 2005, Saint-Jean-Port-Joli a été désignée Capitale culturelle du Canada. On soulignait ainsi le dynamisme de cette petite communauté, hôte de nombreux artistes et artisans qui contribuent à faire de la région un pôle culturel important.

La spécialité du coin –s’il faut n’en nommer qu’une– c’est certainement la sculpture sur bois. Les origines de ce métier d’art remontent ici au début du siècle, lorsque les trois frères de la famille Bourgault (Médard, André et Jean-Julien) ont, grâce à leur talent, contribué à faire de ce petit village un haut-lieu de la sculpture. Cette tradition est encore bien vivante, et la réputation de Saint- Jean-Port-Joli en tant que capitale de la sculpture dépasse largement les frontières du Québec.

De fait, chaque année depuis un quart de siècle a lieu l’Internationale de sculpture (qui deviendra en 2010 la Biennale de sculpture), un événement qui rassemble des sculpteurs de tous les coins du monde pendant une dizaine de jours d’activités. Cette rencontre est l’occasion pour les artistes d’échanger sur leur art, et pour le public de voir ces artistes à l’oeuvre; certaines des sculptures sont ensuite exposées tout au long de la saison estivale dans le Parc des Trois Bérets, un joli site en bordure du fleuve.

L’héritage maritime de la région… en chansons

Saint-Jean-Port-Joli est un village côtier: le fleuve fait partie de la vie de ses habitants, passés, présents et futurs. Cet héritage a laissé des traces dans la mémoire collective, notamment sous la forme de légendes (celle, par exemple, de la Coureuse des grèves attendant les marins sur les berges du fleuve), mais également sous la forme de ces chansons fredonnées par les marins lors de leurs longs voyages en mer… C’est dans cet esprit qu’a été créé, il y a près de douze ans, le Festival des chants de marins, qui fait revivre chaque année la tradition musicale maritime de la région et d’ailleurs.

En plus des nombreux spectacles de musique et de danse folkloriques au programme, le Festival donne lieu à des activités variées, allant des ateliers d’histoire au repas gastronomique mettant en vedette les produits du terroir maritime. Cinq jours de fête bien remplis, c’est garanti!

Les saisons en fête

C-Sain-Jean-Port-Joli-hiver-2 Qui a dit que l’hiver était une saison ennuyante? Québec possède son Carnaval, Montréal sa Nuit Blanche et son Festival en Lumières. À Saint-Jean-Port- Joli, on célèbre la Fête d’hiver: en février, la sculpture sur bois fait place à la sculpture sur neige. Encore une fois, l’événement attire des sculpteurs locaux et étrangers, qui s’affrontent dans des compétions –amicales, bien sûr. Le parc des Trois Bérets se couvre alors de monuments blancs, et le visiteur qui s’y promène a de quoi oublier le froid pendant quelques heures…

L’automne et le printemps voient eux aussi défiler leur lot d’activités culturelles. Les violons d’automne, notamment, invitent les spectateurs à (re)découvrir cet instrument qu’est le violon, à travers une série de concerts et d’ateliers destinés au grand public. Les Printemps enchantés, quant à eux, sont l’occasion d’assister à une série de spectacles donnés par les ensembles vocaux Solaré (jeunes) et La Marée chante (adultes) au cours de la première fin de semaine de mai.

Et le reste du temps…

Pour tous ces jours où Saint- Jean-Port-Joli n’est pas «en fête», reste toujours de quoi se divertir en visitant l’un des nombreux musées ou boutiques d’artisanat dont regorge le village… ou encore en découvrant les bons petits restos du coin, tout aussi nombreux! Les amoureux de littérature de la Nouvelle-France parmi vous ne manqueront pas non plus d’aller visiter l’église du village, où repose, inhumé sous le banc seigneurial, notre cher Philippe Aubert De Gaspé, dernier seigneur de Saint-Jean-Port- Joli.

Alors, prêts à parcourir les quelque trois heures et demie de route qui séparent Montréal de ce charmant petit coin du Québec? Vous allez voir, ça passe vite, surtout en ayant un bon livre sous la main (ce pourrait être l’occasion de lire ou de relire les Anciens Canadiens, pourquoi pas?).

 
Sur le même sujet: