Référendum de l’AÉUM: trois questions
10 novembre 2009

L’Association des étudiants de l’Université McGill (AÉUM) a invité les trois comités concernés à un débat tenu jeudi pour discuter des trois questions qui seront soumises au jugement de tous les étudiants de premier cycle.

Le premier comité du «oui» à avoir pris la parole a été celui du Fond pour projets à développement durable (FPDD). Si la question reçoit une majorité de votes en sa faveur, l’Université McGill s’est engagée à débourser dans le FPDD un montant équivalent à chaque dollar versé par les étudiants. Dès le semestre prochain, pour une période de trois ans, les étudiants auraient à verser 50 cents par crédit et par session, soit un montant de 6 à 7,50 dollars par semestre, afin de financer des projets durables sur le campus. Toutefois, les étudiants du premier cycle n’auront pas la possibilité de retirer leur cotisation comme il est possible de le faire pour plusieurs autres services, le Midnight Kitchen, par exemple.

Le montant récolté serait géré par un comité paritaire chargé d’évaluer et de donner la priorité à des projets proposés par les étudiants eux-mêmes. Le groupe de travail du FPDD serait composé de huit membres, à savoir quatre étudiants et quatre personnes de l’administration, qui approuveraient par consensus les projets proposés.

C’est le président de l’AÉUM, Ivan Neilson, qui est venu défendre la deuxième proposition sur les frais des ambassadeurs. D’après lui, les étudiants «devraient être en faveur de cette question parce qu’elle remplit un besoin que nous avons chaque année, c’est-à-dire d’aider un plus grand nombre d’étudiants à enrichir leur expérience académique à l’extérieur [de McGill], mais aussi de nous aider localement à envoyer nos étudiants talentueux à l’extérieur pour contribuer au rayonnement de notre campus».

Le financement des délégations étudiantes s’élèverait à un dollar par étudiant par semestre, mais les étudiants auront la possibilité de retirer leur cotisation à chaque semestre. Ivan Neilson a noté que des voyages pour des compétitions ou des conférences ont déjà lieu, «mais ils ne sont pas accessibles à tous les étudiants parce que le coût est trop élevé». Il a indiqué que «tous les étudiants devraient contribuer aux divers déplacements [des délégations étudiantes] parce que ça nous rapporte à tous».

La troisième question du référendum porte sur le renouvellement des frais payés par les étudiants à la Clinique d’information juridique de McGill (CIJM). La CIJM est un service gratuit offert par les étudiants de la Faculté de droit de l’Université McGill depuis 1973 qui offre de l’information juridique de qualité, confidentielle et bilingue aux étudiants de McGill et au public en général. Afin de pouvoir continuer ses opérations, la CIJM demande aux étudiants de voter pour le renouvellement des frais payés pour les cinq prochaines années. Depuis 1999, les frais sont de 3,25 dollars par étudiant et par semestre, ce qui représente 94% du budget de la clinique. Si le «non» l’emportait, la CIJM fermerait ses portes, faute de budget. «Beaucoup d’étudiants viennent nous voir pour obtenir de l’information sur comment résoudre des problèmes de location ou sur des litiges au travail», a lancé Charles Gauthier, étudiant en droit et directeur de la clinique.

Pour voter:
http://ovs.ssmu.mcgill.ca ou www.vote.electionsmcgill.ca, du 10 au 12 novembre.

 
Sur le même sujet: