Le loup-garou du campus
27 octobre 2009
Un SnowAP amusant... en 2011?

Vous aimez boire de la bière bon marché et trouer la couche d’ozone en musique? Alors vous serez probablement déçus d’apprendre que SnowAP 2010 a été annulé pour des raisons budgétaires. Rappelons le principe pour ceux qui ne connaissent pas cet évènement étudiant: il s’agit de planter une grande tente blanche sur le lower field en janvier et de la chauffer pendant dix jours pour y faire la fête à grand renfort de bière et de bands étudiants. Depuis 2007, tous les SnowAP ont été très déficitaires: la dette est passée de $2 500 en 2007 à $8 000 en 2008 et $15 000 en 2009! Les organisateurs, ne pensant pas pouvoir améliorer la situation cette année, ont préféré annuler la fête plutôt que de s’attaquer aux causes du problème.

Parmi les raisons du gouffre financier de SnowAP figurent les coûts de la tente et de la sécurité. Depuis 2007, la sécurité de McGill a remplacé celle de l’Association des Étudiants de l’Université McGill (AÉUM) et, entre 2007 et 2008, le coût de location de la tente a doublé. Tout cela se sent sur la facture. Mais pourquoi cette augmentation en 2009? Lorsque le McGill Tribune avait interrogé les responsables à la veille de SnowAP 2009, ils affirmaient pourtant attendre un déficit inférieur à $7 000! À la vue d’une estimation aussi erronée, il est naturel de suspecter une mauvaise gestion budgétaire. Cependant, la cause des pertes exceptionnelles de 2009 n’est pas à chercher du côté des coûts d’organisation. Il se trouve simplement que SnowAP n’intéresse pas grand monde. Depuis quatre ans, le nombre de visiteurs est en chute libre.

Malgré tout, l’AÉUM a longtemps gardé l’espoir de pouvoir attirer plus d’étudiants en 2010. Cet espoir reposait sur la bière. En effet, le contrat d’approvisionnement de l’AÉUM touchant à sa fin, les négociations étaient ouvertes pour un nouveau contrat de trois ans. Le contrat, signé en août 2009, abolit la domination sans partage de la Boréale. Les évènements de l’AÉUM peuvent désormais aussi servir des produits de McAuslan, telles que la Belle Gueule et la Moosehead. C’est une réussite, puisqu’à l’Open Air Pub (OAP) de septembre 2009, 85% des bières vendues étaient des Moosehead. Mais il y a un «mais». Boréale, qui a fait une offre bien moins chère que ses concurrents, a demandé à être la marque la plus présente sur le campus. Ainsi, à l’exception de l’OAP, aucun événement tenu en dehors du Shatner ne pourra servir de produits McAuslan. SnowAP 2010 aurait donc du se contenter de Boréale, une fois de plus.

Mais le désintérêt des McGillois pour SnowAP n’est peut-être pas qu’une affaire de boisson. Suffit-il vraiment de planter une tente pleine de bière pour faire un événement étudiant réussi? Lorsque l’euphorie de septembre n’opère plus, je crois qu’il en faut plus pour faire sortir les étudiants de leurs tanières. J’espère que l’annulation de cette année permettra une remise en question de SnowAP et que des idées originales permettront d’en faire un événement plus intéressant en 2011. Alors, chers lecteurs, n’hésitez pas à faire part de vos suggestions à l’AÉUM!

Dernier détail pour ceux qui se demandaient le rapport avec la couche d’ozone: SnowAP émet une tonne de CO2 par jour pour se chauffer.

 
Sur le même sujet:
19 janvier 2010
6 octobre 2009
2 février 2010