Le sacre russe
30 septembre 2008

Je vous ai exposé lors de ma dernière chronique, avides lecteurs, l’importance primordiale de l’exploration et de la découverte. En musique comme en toute chose, sortir des sentiers battus peut être pénible, mais se révèle toujours, en bout de ligne, enrichissant.

Permettez-moi d’illustrer mon propos par un exemple tiré de mon expérience personnelle. Cela date de plusieurs années, alors que j’avais douze ans. Notre chef de chorale, ­ –car, oui,  j’ai fait partie pendant dix ans des Petits chanteurs du Mont-Royal– après nous avoir assommés avec O! Kosmos du compositeur québécois Claude Vivier, nous avait annoncé que notre prochain concert bénéfice serait entièrement consacré à Igor Stravinsky. Stravin quoi ? Après O! Kosmos qui, en plus d’être particulièrement difficile à chanter, nous avait fait passer à mes oreilles inexpérimentées pour un groupe d’autistes qui fabulent sur l’espace et ses « sept dimensions », ce nom à consonance étrange ne laissait rien présager de trop reposant. Et quel travail ce fut ! Des mois de labeur à apprendre des pièces aux accords étranges et à la rythmique très complexe, à tenter de comprendre quelque chose à cette musique sans queue ni tête.  Avec le recul, je peux aujourd’hui apprécier tout ce que ce concert m’a appris sur le plan musical, comment il a bouleversé ma vision de la musique en général. Si ce compositeur russe a ébranlé mes convictions musicales d’enfant de douze ans, il n’a certainement pas épargné ses contemporains non plus.

La pièce la plus importante écrite par Stravinsky est sans contredit son Sacre du printemps, un ballet ayant pour thème la Russie païenne, monté pour la première fois à Paris en 1913 par les Ballets russes de Sergei Diaghilev. Si cette pièce est d’une importance capitale pour la musique du vingtième siècle, c’est également la plus controversée, celle qui a le plus chambardé le monde musical de son époque. À la première, Stravinsky est sorti de la salle dès les premières mesures du prélude, ne supportant pas les rires et les huées du public qui se faisaient déjà entendre. Ces réactions soulevèrent rapidement des contre-manifestations, et tout ce tintamarre en est venu à couvrir la musique de l’orchestre, si bien que le chorégraphe a dû crier ses directives aux danseurs debout sur une chaise. Un an plus tard, en 1914, la pièce a été rejouée à Paris et, cette fois, s’est soldée par un triomphe. Le compositeur est porté dans les rues à bout de bras par ses admirateurs. Comme quoi il faut se laisser le temps d’apprécier la belle musique, qu’on soit simple choriste ou membre de l’élite musicale!

Tels Maurice Ravel et Claude Debussy, tous deux présents à cette première mémorable, je vous invite à découvrir cette pièce incontournable et à vous laisser emporter par ses rythmes païens endiablés. Pour ce faire, je vous recommande la version dirigée par Kent Nagano, énergique et explosive. Ensuite, si vous êtes passionnés de chant choral, il vous faut absolument écouter la version de Stravinsky des Tres sacrae cantiones de Gesualdo, ainsi que la pièce Anthem, qui est à mon avis une des plus belles pièces pour chant a cappella jamais écrites, rien de moins. Bonnes découvertes !

 
Sur le même sujet:
27 mars 2012
17 novembre 2015