Digressions et métastases
16 septembre 2008

Au moment où j’écris ces lignes, cela fait un peu plus d’un mois et demi que je suis arrivé au Japon. J’ai eu ma dose de rencontres bizarroïdes, parmi lesquelles un touriste-«ritalin» rencontré dans le train, qui parlait trop vite pour être compréhensible et qui se levait constamment pour extirper sa tête par la fenêtre et prendre des photos. M’enfin, passons aux choses sérieuses.

J’espère que ne vous ne m’en voudrez pas trop si le premier «point de repère» n’est point un résident, mais une expatriée qui effectue le même boulot que moi. Marcie est d’origine américaine, entame la trentaine, a une maîtrise en enseignement, des springs dans les bottines (avez-vous déjà remarqué combien d’enseignantes ont la manie de se replacer les cheveux derrière les oreilles? C’est à croire que ça fait partie du curriculum…) et une longue cicatrice juste en dessous de la gorge.

Cette marque ne provient pas d’un combat contre un sanglier ou un singe (sans blague, il y en a dans la région), mais de multiples excursions à travers le système de santé nippon.

Quelques mois après son arrivée, elle a constaté d’inquiétantes petites bosses  à l’emplacement  actuel de cette cicatrice. Le diagnostic a été difficile à établir –la plupart des docteurs qui étudient au Japon n’ont l’occasion de pratiquer que sur des cadavres avant d’être catapultés dans le monde professionnel. Devant un tel cas, ils ne savent pas trop par où commencer. Quant à ceux qui ont eu la chance d’étudier à l’étranger, ils n’ont pas pour autant une bonne maîtrise de l’anglais de conversation, ce qui peut rendre les interactions laborieuses.

La langue japonaise a une certaine tendance à jouer sur les ambiguïtés. Si la lecture de briques ne vous effraie pas (en d’autres termes, si vous avez survécu à Proust), je vous recommande de jeter un coup d’oeil à Le Dit du Genji, alias The Tale of Genji ou Genji Monogatari. Cette oeuvre du XIe siècle, originellement écrite dans le système japonais, c’est-à-dire sans utiliser de caractères chinois, continue de mystifier les traducteurs. Les centaines de poèmes récités par les personnages emploient constamment des jeux de mots aux sonorités identiques. Par exemple, kiku signifie autant «entendre» que «chrysanthème». Les traductions débordent habituellement de notes explicatives sur ces incertitudes.

Bref, j’avais un but bien spécifique avec cette digression,  soit dire que, en général, qu’il s’agisse d’une tumeur bénigne ou d’une métastase la même expression est employée. Pour en avoir le coeur net, Marcie a finalement réussi à trouver un docteur comprenant les différences entre les pratiques occidentales et orientales dans le domaine de la santé. «Ses cheveux lui donnent un air de pédophile, blague-t-elle, mais il est un des rares docteurs que j’ai rencontrés qui est prêt à discuter et à te référer à d’autres spécialistes avec une lettre de référence expliquant la nécessité d’effectuer un examen plus approfondi.»

Finalement, la chirurgie a été prévue pour février. Non sans quelques complications… Pendant un moment, le bureau administratif a essayé d’annuler la chirurgie pour la remettre à quelques mois plus tard, durant les vacances du printemps. Mieux vaut mourir au travail que prendre congé et survivre. Sur ce, je crois qu’il est temps de clore cette chronique afin que je puisse profiter un peu de la fin de semaine de trois jours –lundi est un jour férié, c’est la journée du «respect des personnes âgées». Je vais donc me réfréner d’énoncer un chapelet de jurons lorsqu’ils roulent à trente km/h sur la route…

 
Sur le même sujet:
7 avril 2009