Le SEOUM, pouvoir syndical
28 novembre 2016 - Image par Mahaut Engérant
Grève passée, le syndicat annonce une avancée des négociations.

Le Syndicat des employé·e·s occasionnel·le·s de l’Université McGill (SEOUM) a communiqué ce vendredi 25 novembre à ses membres son premier compte-rendu des négociations avec McGill depuis la fin de sa grève. Cette grève a duré cinq jours, du 29 octobre au 2 novembre inclu, et s’est terminée avec un piquet de grève monté devant l’entrée de la vidéoconférence d’Edward Snowden.
Le syndicat a fait état de progrès sur l’aspect monétaire, l’Université ayant proposé son premier plan de rémunération, qui cependant n’incluait pas un salaire minimum de 15 dollars de l’heure. Plus encore, l’Université n’aurait pas dévié de ses positions quant à l’octroi de cartes d’identité mcgilloises aux travailleurs·euses à temps-partiel, ou à la réforme du système défectueux du programme Work-Study.

Dénouement en décembre?

Néanmoins, Claire Michela, présidente du SEOUM, espère pouvoir recommander aux membres du syndicat une proposition de convention collective dans le courant du mois de décembre. «Nous nous sommes entendus sur un accord de principe [avec l’Université]» explique-t-elle. Les membres auront la possibilité d’accepter ou de refuser le nouvel accord.
Faut-il accorder cette avancée soudaine à la pression qu’aurait effectuée la grève sur l’administration? Avant la grève, près de 10 mois de négociation n’avaient résulté qu’en quelques victoires mineures pour le syndicat. Ce possible vote prochain indique que le syndicat aurait pu imposer ses plus importantes revendications. Il pèse de strictes restrictions légales sur ce que peuvent communiquer au public les deux parties en cours de négociations. Les tenants et aboutissants de l’accord seront révélés lorsque celui-ci sera mis au vote.

Pouvoir syndical, pouvoir étudiant?

Si en exerçant son droit de grève, le SEOUM a fait plier l’Université, cela signifierait qu’une importante et visible mobilisation étudiante peut encore influencer l’administration. Selon Erin Sobat, v.-p. aux Affaires universitaires de l’Association des étudiants en premier cycle de l’Université McGill (AÉUM), le pouvoir étudiant «donne une voix collective à des problématiques essentielles que l’administration voudrait ignorer pour préserver sa réputation et sa capacité à lever des fonds». Le pouvoir étudiant fait alors contrepoids à une administration qui ne se soucie pas assez du bien-être de ses étudiants, et ne cherche que trop peu guidance auprès du corps étudiant, continue Sobat.

Action directe et pouvoir étudiant

McGill Against Austerity, une association s’opposant à la «commodification de l’éducation et la vie académique», cherche à «valoriser» les étudiants, et a recours à l’«action directe» pour atteindre son objectif d’une nouvelle éducation «coopérative et démocratique». L’action directe s’étend de la manifestation et du sit-in à la grève, et se distingue du dialogue et de la négociation. L’action directe est-elle le moyen le plus sûr pour les étudiants de faire entendre leur voix?
Pour la Riposte socialiste, les étudiants sont souvent l’«étincelle», dont la mobilisation se propagera aux travailleur·euses. Le corps étudiant est «souvent plus sensible aux changements qui se produisent dans la société», il lance l’alerte, mais son rôle est limité, car «le véritable pouvoir de changer le système en profondeur réside dans les mains des travailleur·euses» insiste la Riposte.
L’action directe aura peut-être souri au SEOUM, mais d’autres associations étudiantes s’y étant essayées n’en auront pas tiré bénéfice. Divest McGill (Désinvestissons McGill, ndlr) a par le passé ajouté à son effort de recherche et sensibilisation une composante d’action directe, en campant devant le bâtiment James de l’administration, ou menant un sit-in devant le bureau de la principale Fortier, sans pour autant que leurs actions ne fussent couronnées de succès. Ainsi, si l’action directe permet d’attirer l’attention de l’administration, elle ne garantit pas que son attitude sera plus conciliante.

 
Sur le même sujet: