Vox Populi, vox Dei
1 novembre 2016 - Image par Mahaut Engérant
Les étudiants votent «OUI» au maintien de CKUT.

Le OUI l’emporte à plus de 85% pour le référendum CKUT. Ceci avec une participation de 3603 votants, légèrement au-dessus du quorum requis de 10% pour que le vote soit considéré valide.

Vague de soulagement, donc, pour la radio mcgilloise dont la cotisation de 5 dollars canadiens par étudiant•e et par semestre était l’enjeu du referendum.

Cette cotisation, qui existe depuis 1988 et dont les étudiants peuvent s’acquitter est considérée comme vitale, son apport représentant plus de 54% du budget de la station radio.

De plus, CKUT étant enregistrée comme une radio étudiante, une majorité de NON l’aurait possiblement empêchée de continuer à garder sa licence et de ce fait l’aurait forcée à, purement et simplement, cesser toute activité.

Une campagne qui a porté ses fruits

«Lorsque l’on a appris [les résultats] nous étions aux anges!» confie Joni Sadler, responsable de la programmation musicale et membre du comité de soutien en faveur du OUI (YES committee, ndlr).  Tout en remerciant au passage les étudiants d’avoir fait entendre leurs voix et les diverses associations étudiantes pour leur soutien.

Les membres du comité «ont vraiment travaillé dur» et «je pense qu’au vu du taux de participation et du nombre de personnes qui ont voté OUI, le comité a su être très efficace», a ajouté Joni Sadler. En expliquant également que l’équipe avait tenté d’être aussi bien présente physiquement sur le campus (en distribuant des tracts et en passant dans les classes) que sur les réseaux sociaux (Twitter ou Facebook), et ce afin de mobiliser un maximum d’étudiant•e•s et de les inciter à exprimer leur vote.

Une radio étudiante dynamique et précieuse

CKUT est un organe mythique de la communauté étudiante de McGill. Existant depuis les années 40, elle est officiellement enregistrée comme radio communautaire sur un campus universitaire (community campus radio, ndlr) depuis 1987. Son équipe est composée de plus de trois cents personnes: chroniqueurs, producteurs, journalistes, techniciens et animateurs, tous bénévoles et dont à peu près la moitié sont des étudiant•e•s de l’Université McGill.

La radio offre une programmation musicale des plus variées ainsi que des émissions portant sur la culture, les arts et bien sûr l’actualité. Elle permet aussi, en autres, aux étudiant•e•s souhaitant s’investir dans les métiers de la communication ou de la programmation de se forger une expérience concrète, ainsi qu’aux musiciens en herbe et autres artistes en tout genre de donner libre cours à leur créativité.

La station offre aussi aux étudiant•e•s des cycles supérieurs la possibilité de parler de leurs recherches en développant une chronique sur le sujet ou en étant invité lors d’une émission.

Enfin, la radio travaille actuellement sur le développement de nouveaux podcasts: «nous sommes en train de former de nouveaux membres de l’équipe, non seulement à la production et à l’enregistrement [de podcasts] mais aussi à la distribution» a fièrement annoncé Joni Sadler. Laissant présager un avenir plus paisible et radieux pour la radio mcgilloise qui ne manque décidément pas d’énergie et de talents. 

 
Sur le même sujet: