Les clubs mécontents de l’AÉUM

Le Nouveau Vic et l’échec de la Soirée des activités continuent
à faire des remous au conseil législatif.

Mahaut Engérant | Le Délit

L’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) a tenu le quatrième conseil législatif de la session le jeudi 28 octobre dernier. Les 23 conseiller·ère·s y ont notamment discuté d’une mise à jour sur le projet du Nouveau Vic, du rapport des représentant·e·s des clubs et de l’approbation des questions pour le référendum d’automne. 

Absences inexpliquées

Pour la quatrième fois sur quatre séances du conseil législatif, le président de l’AÉUM, Darshan Daryanani, était absent. Officiellement, Daryanani était déclaré « absent mais excusé », ce qui signifie qu’il aurait annoncé son absence en avance, selon le président du conseil législatif, Alexandre Ashkir. Le directeur général, Daniel Dufour, était également absent.

Une série de questions portant sur leur absence ont chaque fois reçu la même réponse du vice-président aux Finances, Eric Sader : « [La personne en question] est en congé et nous demandons à tout le monde de respecter cela ». L’équipe exécutive de l’AÉUM « fonctionne tout à fait bien » malgré l’absence de son président, a déclaré Sader en réponse à une question du Délit.

Présentation sur le Royal Vic

Le doyen de la Faculté des sciences et responsable académique du projet du Nouveau Vic, Bruce Lennox, a inauguré la session avec une présentation sur le progrès du projet de rénovation de l’ancien hôpital Royal Victoria. La présentation, comportant des images virtuelles jamais révélées de la nouvelle conception du site, est disponible en ligne. Le document présente comment McGill prévoit rénover les bâtiments qui lui ont été cédés.

Questionné sur le processus de consultation par Sacha Delouvrier, le v.-p. aux Affaires externes de l’AÉUM, Lennox a affirmé que son équipe a rencontré plusieurs groupes communautaires locaux, dont Les amis de la montagne et le Comité des Citoyen(ne)s de Milton Parc. De plus, répondant aux critiques concernant le manque de consultation autochtone entourant le projet, le doyen a tenu à réitérer l’importance de la participation de la compagnie en consultation autochtone Acosys, ainsi que du plan d’inclure des motifs et œuvres d’art d’origine autochtone à l’intérieur des bâtiments

La portion du site nouvellement occupée par l’Université constituera 15% de l’ancien site du Royal Victoria, mais environ la moitié de ses bâtiments. À la suite des travaux, ces bâtiments seront alimentés à 50% à partir d’énergie géothermique générée par des puits de McGill, selon le doyen.

Le mécontentement des clubs

L’une des deux représentant·e·s des clubs, Nadia Dakdouki, a présenté le rapport du Comité des clubs. Celui-ci est chargé de présenter des recommandations au conseil législatif sur les affaires des clubs et associations financés par l’AÉUM. La représentante a exprimé un mécontentement généralisé de la part des clubs, qui se sentent ignorés par l’AÉUM et qui déplorent la bureaucratie de l’Association.

« La restriction d’un·e représentant·e par club imposée pour des raisons sanitaires constituerait une perte de qualité par rapport à l’expérience habituelle »

Dakdouki a d’abord fait part de la frustration liée à l’échec de la Soirée des activités, tenue en septembre. Celle-ci aurait été essentielle au recrutement pour de nombreux clubs, a expliqué la représentante. La Soirée était en effet marquée par des problèmes techniques qui avaient totalement empêché son bon fonctionnement. Questionnée à ce propos, la v.-p. à la Vie étudiante Karla Heisele Cubilla a expliqué que la plateforme n’avait pas supporté le grand nombre de personnes présentes et que la compagnie responsable de cette technologie ne répondait pas aux demandes d’aide de l’association. L’AÉUM a éventuellement été remboursée par la compagnie pour les frais de l’événement.

Afin de rectifier cette erreur et donner aux clubs une nouvelle opportunité de recrutement, l’AÉUM a organisé une « Soirée des activités 2.0 » du 1er au 3 novembre. Selon Dakdouki, cependant, ces dates seraient beaucoup trop tardives étant donné que plusieurs clubs ont déjà commencé leurs activités et pourraient avoir du mal à intégrer de nouveaux·lles membres dans leur fonctionnement. De plus, malgré le caractère hybride de cette nouvelle Soirée, la restriction d’un·e représentant·e par club imposée pour des raisons sanitaires constituerait une perte de qualité par rapport à l’expérience habituelle.

Selon la représentante, « certains individus sentent que les exigences [imposées par l’AÉUM] pour les clubs sont trop strictes et/ou inutiles ». Il serait plus facile, selon elle, de se réunir officieusement entre représentant·e·s de clubs plutôt que de passer par le processus encombrant de l’AÉUM. Par le passé, l’un des avantages d’être un club officiel de l’AÉUM était de pouvoir réserver des salles du Centre universitaire, mais l’accès au bâtiment est limité depuis la pandémie. À l’heure actuelle, les réservations doivent se faire par courriel auprès de l’administrateur·rice des événements de l’AÉUM. De plus, la publicité offerte par l’Association pour les clubs étudiants ne serait plus aussi efficace que par le passé, selon le rapport. Tout cela contribue en somme à décourager la population étudiante à former des clubs à travers le processus de l’AÉUM.

Questions pour référendum

Le conseil a aussi été l’occasion d’approuver les questions qui seront posées à la communauté mcgilloise pendant le référendum de cette session. Voici un compte rendu des questions :

Augmentation des frais des services de référence

Augmentation des frais de 3,97$ à 4,37$ pour financer des services tels que McGill Students” Nightline, Queer McGill, le Syndicat d’émancipation des genres, Peer Support Centre et le Centre de ressources sur les troubles de l’alimentation.

Frais MUSTBUS

Instauration de frais facultatifs de 2$ pour l’organisation de trajets de bus abordables pour Boston, Toronto, Ottawa et New York à partir de la session d’hiver 2022.

Existence de QPIRG

Renouvellement du contrat d’existence du Groupe de recherche d’intérêt public à McGill (QPIRG), organisation travaillant pour la justice sociale et environnementale au niveau local, ce qui entraînerait des frais facultatifs de 5$ par an pour tous·tes les étudiant·e·s de l’Université.

Existence de CKUT

Renouvellement du contrat d’existence de CKUT, une radio menée exclusivement par des étudiant·e·s de McGill, qui entraînerait des frais facultatifs de 5$ pour les étudiant·e·s à temps plein et 3$ pour les étudiant·e·s à temps partiel.

Augmentation des frais des services de sécurité

Augmentation des frais pour financer des services tels que Drive Safe, MSERT, SACOMSS et Walk Safe.


Dans la même édition