Fusillade à Ottawa
23 octobre 2014 - Image par Cécile Amiot
Les politiciens des différents partis refusent de se laisser intimider.

Le 22 octobre vers 9h30, le service de police d’Ottawa recevait plusieurs appels signalant des coups de feu au cénotaphe, monument commémoratif de guerre. Les tirs ont atteint le caporal Nathan Cirillo, âgé de 24 ans, qui a succombé à ses blessures quelques heures plus tard. Par la suite, le tireur se serait dirigé vers la colline parlementaire située tout près où a éclaté une fusillade à l’intérieur même des murs du Parlement. Le tireur, Michael Zahaf-Bibeau, né d’une mère québécoise et d’un père libyen, a été abattu sur le champ par le sergent d’armes du Parlement, Kevin Vickers.. Aux dernières nouvelles, l’hôpital d’Ottawa avait admis quatre personnes en lien avec les événements.

Au point de presse suivant la fusillade, les représentants du service de police et des forces militaires sont restés très prudents dans leurs réponses aux questions des journalistes, notant la récence des événements et clamant qu’il était prématuré de formuler certaines hypothèses. L’une des interrogations qui demeurent concerne le nombre de tireurs; durant la journée, certains médias ont parlé d’un seul tireur tandis que d’autres allaient jusqu’à trois.

À Ottawa, une atmosphère chaotique a suivi; un large périmètre a été érigé et plusieurs mesures de confinement mises en place. L’Université d’Ottawa et une grande partie des édifices du centre-ville de la capitale se sont vus forcés de barrer leurs portes, interdisant ainsi à quiconque de sortir. Ces mesures ont été levées en soirée, lorsque les forces policières ont établi que la sécurité publique n’était plus en danger.

L’inquiétude et les mesures de prévention se sont vite propagées à travers la province avec entre autres la fermeture de l’Assemblée nationale à Québec. Une autre mesure mise en place en réponse aux événements d’hier est la consigne donnée aux militaires leur demandant de ne pas porter leurs uniformes en lieux publics jusqu’à nouvel ordre, afin d’éviter d’être ciblés. Le même ordre avait été donné suite au meurtre d’origine terroriste du militaire Patrice Vincent il y a trois jours à Saint-Jean-sur-Richelieu.

En soirée, le premier ministre Stephen Harper s’est adressé à la population en mentionnant que «le Canada n’est pas immunisé contre ces attaques», mais que «le Canada ne sera jamais intimidé». C’est avec un discours rassurant qu’il a conclu en disant que le pays redoublerait d’efforts pour contrer quiconque voudrait s’en prendre à notre nation. Ce fut par la suite au chef du Nouveau Parti démocratique Thomas Mulcair de prendre la parole afin de réitérer le désir de rester unis lors de ces moments difficiles. Le jeune chef du Parti libéral, Justin Trudeau, a prononcé un discours allant dans le même sens, dénonçant ce qui s’est produit mercredi comme un «acte de lâcheté».

Ce jeudi matin, les travaux parlementaires ont repris, et le sergent d’armes du Parlement, Kevin Vickers, a été accueilli en héros par les députés, ceux-ci lui adressant une ovation de plusieurs minutes.

Au parlement de Québec, le Premier Ministre Philippe Couillard a fait une déclaration en compagnie de quelques-uns de ses ministres sur l’importance d’agir en amont pour mieux détecter les personnes qui risquent de sombrer dans la violence aveugle. En vue d’entreprendre des actions dans ce sens, M. Couillard a annoncé qu’il rencontrera prochainement les chefs de la communauté musulmane.

À McGill, le drapeau de l’université est en berne pour la journée, en mémoire des deux militaires ayant perdus la vie, l’adjudant Patrice Vincent et le caporal Nathan Cirillo.