Suzanne Fortier, premiers pas
17 septembre 2013 - Image par Robert Smith, The Daily
«C’est très important pour moi de faire partie de la communauté [mcgilloise], d’en connaître les buts, les aspirations et les valeurs».

La nouvelle principale de McGill, Suzanne Fortier, a officiellement pris ses fonctions le 5 septembre. La semaine dernière, elle accordait à la presse étudiante des entretiens individuels de vingt minutes. Le Délit a abordé avec elle des sujets portant, entre autres, sur son salaire, la transparence de l’administration de McGill, et la place du français dans l’Université.

Salaire et coupes budgétaires

Suzanne Fortier a déclaré publiquement, dès la première semaine de son mandat, qu’elle serait rémunérée au salaire de base de principale, et gagnerait donc moins que sa prédécesseure, Heather Munroe-Blum. «Mon salaire se base sur deux critères: premièrement, c’est un salaire comparable à un poste similaire dans le secteur public; non pas le secteur privé puisque McGill est dans le secteur public. Deuxièmement, mon contrat avec l’Université doit être simple, de sorte que ce soit facile pour que tout le monde le comprenne; pas trop de complications, pas trop de clauses. Je pense que dans le contexte présent on est mieux servis par quelque chose de simple» a-t-elle expliqué au Délit.

Les coupes budgétaires sont un grand thème de l’année. La position de Suzanne Fortier est ferme à ce sujet. «Les coupures nous ont été imposées, alors on n’a pas l’autorité sur cette question-là. On a réduit l’allocation de l’Université et ce n’est pas nous qui avons pris la décision.» McGill «prendra ses coupures», et la priorité de Suzanne Fortier sera de s’assurer «qu’on n’augmente pas le déficit de [l’université]».

Transparence et Communication

Un des défis de la Principale sera de tenter de gagner la confiance des étudiants et de la communauté mcgilloise en général. «J’ai déjà commencé à travailler avec le leadership étudiant, et le leadership de nos groupes d’employés; […] c’est très important qu’on puisse bien travailler ensemble. Je suis consciente, bien sûr, de la complexité de McGill; la transparence, c’est un défi pour nous tous dans un environnement aussi complexe». «Les attentes sont très élevées au niveau de la communication. De plus en plus, les gens s’attendent à une communication personnalisée, selon les intérêts de chacun. En fait, on a souvent l’impression, justement parce qu’on est bombardé d’information, que la transparence a diminué: il y a beaucoup de bruit dans le système et l’information est souvent perdue dans ce bruit-là».

Le français à McGill

Suzanne Fortier est la première principale francophone de McGill. Elle y a fait ses études et a donc fait partie de la minorité étudiante francophone de l’Université. À ce sujet, Suzanne Fortier note de très grands progrès. «J’ai été très agréablement surprise par la présence du français sur le campus; il y a 40% de bilingues sur le campus, et sans doute les trois-quarts de mes rencontres ces dernières semaines (avec les étudiants, les membres du conseil des gouverneurs, les doyens…) se sont déroulées en français. Ce que j’ai remarqué – et ce qui m’a étonné, mais également fait très plaisir – c’est que lorsque j’offrais au gens de parler en français ou en anglais, beaucoup souhaitaient continuer en français, et me disaient «j’aime beaucoup le français». Je pense que ce qu’il faut encourager, c’est l’appréciation et la joie qu’on a à connaître une autre culture. Évidemment il y a des choses, par exemple au niveau des services, qui [sont à améliorer]. Mais au bout de la ligne, je pense que c’est beaucoup plus une question de culture sur le campus. Il faut continuer de bâtir cette culture [francophone] que je vois maintenant et qui n’existait pas lorsque j’étais étudiante».

Malgré tout, McGill, avec son statut d’université anglophone dans une ville québécoise, reste une université à part à Montréal. Pour beaucoup d’étudiants québécois, McGill représente un «autre monde» et n’est pas aussi attrayante que des universités francophones comme l’Université de Montréal ou l’Université du Québec à Montréal. Mme Suzanne Fortier admet que cela est un point sur lequel il faudra travailler. «Je pense effectivement que c’est important que les francophones voient en McGill une université qui est la leur, qui fait partie de leur environnement; une université où ils auront la chance de s’ouvrir à d’autres cultures. Moi je suis évidemment très engagée envers ma culture française-québécoise, mais on connait le bénéfice de pouvoir converser en anglais. McGill nous offre un tremplin très important pour cette ouverture qui est de plus en plus essentielle».

Recherche, industrie et «privatisation»

À propos de la recherche et de la relation université-industrie, Suzanne Fortier dit: «Je pense que c’est important d’appuyer la recherche, la recherche fondamentale inspirée par la curiosité de l’être humain. On connaît si peu sur notre univers, d’où l’importance d’apprendre. Est-ce que c’est mal de faire de la recherche parce qu’on a un but? Il y a beaucoup de mythes, on dit que les chercheurs qui travaillent avec l’industrie font une recherche moins fondamentale, de moins bonne qualité. Mais en fait, ce que l’industrie veut de nos chercheurs dans l’université, ce n’est pas de la recherche pour un problème immédiat, ça ils le font déjà eux-mêmes: ils veulent avoir une ouverture vers le futur».

Pour Suzanne Fortier, on aurait tort de voir un rapprochement université-industrie comme une privatisation de l’université. «Je pense que le secteur industriel comprend très bien l’importance d’une mission différente dans nos universités que la mission qu’ils ont eux-mêmes – leur souhait évidemment c’est d’avoir dans le futur une main d’œuvre hautement qualifiée. C’est évident qu’ils sont intéressés à ce que les universités continuent d’avoir une formation hautement qualifiée. Et nous, nous avons des valeurs à protéger.»

Pour les trois mois à venir 

« Au cours de mes trois prochains mois, ce sera vraiment important premièrement de faire partie de la communauté [mcgilloise], d’en connaitre les buts, les aspirations et les valeurs. Je vais donc surtout travailler à apprendre, à connaitre notre communauté, et à y voir les richesses: parce qu’il y a beaucoup de richesses à McGill; pour moi faire partie de cette communauté et la connaitre est un premier pas très important».