Aller au contenu

Contrapposto

Quelle est la place de la femme noire dans l’art ? Harantxa Jean lui rend le statut qui lui est dû.

Stéréotypée, oppressée, ou carrément ignorée, la femme noire n’était pas jugée digne d’être un sujet de beauté par le canon historique de l’art occidental. Reléguée aux marges, j’ai voulu changer les choses en créant Contrapposto : une série d’auto-portraits qui réinventent les chefs‑d’oeuvre antiques et contemporains, à travers le prisme de la beauté et de l’identité Noire. 

Issue de la Grèce antique, la pose contrapposto était jadis un symbole de beauté et de grâce, mettant en valeur les courbes sinueuses de la figure féminine. J’ai choisi de m’insérer dans cette tradition célébrée au fil des siècles, en défiant les idéaux blancs et eurocentristes afin d’insuffler une nouvelle vie à des oeuvres mythiques. 

Dans l’esprit du mouvement Black is Beautiful, mon oeuvre est une déclaration de la splendeur, du pouvoir et de la résilience de la femme Noire face à l’adversité. De Statuesque, inspirée par la Vénus de Milo, à She’s The First rendant hommage à Donyale Luna, pionnière noire de la mode et du mannequinat, en passant par l’actrice Zendaya, cette série redéfinit l’importance essentielle de l’inclusion et d’une représentation fidèle. 

Bien plus que des images, Contrapposto est une révolution visuelle, invitant chaque femme noire à s’affirmer telle qu’elle est : autant bellissime qu’éminente.

Harantxa Jean STATUESQUE, inspiré par la Vénus de Milo (150–130 AV. J.-C.)
Harantxa Jean | Le Délit CRÉOLE, inspiré par Madame X (1884)
Harantxa Jean | Le Délit A MUSE, inspiré par Helen Bennett pour Vogue France (1936)
Harantxa Jean | Le Délit SHE’S THE FIRST , inspiré par Zendaya pour le magazine
Essence, qui rend hommage à Donyale Luna (2020)

Direction artistique, stylisme, éclairage, édition et mannequinat par Harantxa Jean.


Dans la même édition