Concours : La vengeance est un plat qui ne se mange pas

Alexandre Gontier | Le Délit

Vous trouverez ici les trois gagnant·e·s du quatrième concours de création du Délit, organisé en collaboration avec la Comission des affaires francophones à l’occasion de la Francofête. Les participant·e·s devaient traiter de l’un des deux thèmes suivants dans leur oeuvre : « Vengeance – les nappes saignent de cire de bougie » et « Je déteste ». 

350 FAHRENHEIT

Anaël Bisson – Première place

Dîner aux chandelles 

Dans notre appartement enflammé

Ce soir, mon sang te sert de cire 

mes auriculaires de cigarettes

mes cuisses de pièce de résistance

mes cils d’assaisonnement 

Ce soir, tu me mangeras toute crue

Je te noircirai l’intérieur

Je décaperai le papier peint de tes poumons 

Je peindrai ton dos de morsures

Tu ne seras que décombres

On appellera ça un lundi soir

Une lampée de cyanure

Une gorgée de vin 

Une croquée de fruit à peine mûr 

Tu fais semblant d’avoir faim

Pendant que notre cabane flambe

Tu fais semblant de ne pas entendre 

les miaulements du chat 

qui fond sous le canapé 

Tu fais semblant de ne pas sentir 

Notre attachement qui s’embrase 

Notre tendresse en combustion

On mélangera notre bain moussant à leurs tisons

Et on se noiera dedans

Je déguste mais

j’ai les nerfs à vif

Ton front coule dans l’assiette

Et nos bagues sur nos fourchettes

J’ai vraiment cru qu’elles resteraient de la couleur

de la vingtaine et des baisers de matin

Mais ce soir elles ne sont plus que rouille 

vert-de-gris et fausses promesses

On les portera jusqu’à ce que le métal touche l’os 

Assieds en tailleur sous le restant de table à manger

On se regarde dans les yeux

Les tiens sont secs

Et mes larmes à moi n’éteindront rien

Je te demande qui va quitter en premier

Tu me dis que tu te plais bien ici

Je te crache au visage

Ça part en fumée

Je te réponds qu’il y a plus à voir dans ce monde

Que nos cendres entremêlées

Tu hausses les épaules 

Te couches sur le dos

Fais des anges dedans

Sors la langue

Les attrapes

Ce n’est qu’une haine saisonnière 

On ne prend même plus la peine

de faire semblant

de vouloir se dire au revoir

Nous autres, on s’hait 

et on fait l’amour dans l’âtre

Nous autres, on s’hait 

et on fera l’amour 

au sommet de la cheminée

.

Imaginaire défectueux

Célia Pétrissans – Deuxième place

.

Dictionnaire d’une tragédie

Agathe Nolla – Troisième place

Bougie (nom féminin)

Appareil d’éclairage formé d’une mèche tressée enveloppée de paraffine qui décore les messes de Noël, les repas de famille, ou les cercueils des maris. Durant la cérémonie d’enterrement, elle dépose deux petites bougies blanches, de part et d’autre de la croix sculptée qui emprisonne celui qu’elle avait aimé. Elles se consomment et brûlent toute la grâce et la candeur de la jeune veuve.

Cire (nom féminin)

Matière molle, jaunâtre, produite par les abeilles, colorée dans la production de chandelles carmin, par exemple, qui ornementent la table du diner. En proposant du pain rompu au siège vide du commensal, sa maladresse bouscule la chandelle dont la cire gicle, formant deux perles luisantes qui se raidissent.

Nappe (nom féminin)

Pièce de linge dont on recouvre la table pendant les repas. Rarement lavée, elle est sacrifiée pour préserver la virginité du bois, et souvent, devient un palimpseste d’émotions vomies, crachées, puis avalées. Ce soir-là, elle ne mange pas. Le menton collé au torse, des larmes se ruent contre les cils inférieurs et forment une cascade dédoublée à débit léger qui imprègne la nappe de deux flaques salées où gisent les gouttes de cire sèche.

Saigner (verbe intransitif)

Perdre du sang (sens propre) ; être le siège d’une vive souffrance (sens figuré) ; action nécessaire pour somatiser un décès (sens actuel). Brusquement, elle saisit la chandelle carmin et fait répandre son sérum brûlant le long de son avant-bras gauche, puis droit, avant de recouvrir sa poitrine. Elle fixe les sillons carmin sous lesquels son cœur palpite encore. Martyr, la bouche entre-ouverte, son regard dérive vers le plafond, hypnotisée par l’éclat du lustre, pour y trouver Dieu.

Vengeance (nom féminin)

Action de se venger ; dédommagement moral de l’offensée, elle, par punition de l’offenseur, Dieu. « Nous n’irons plus à l’église », pleure-t-elle. Elle souffle les bougies dont la fumée dessine des prochains schémas sournois.


Dans la même édition