Chronologie du printemps érable

Complément de notre dossier « 10 ans plus tard ».

Gerry Lauzon | Wikipedia Commons

Le 11 mars 2011, le ministre des Finances du Québec Raymond Bachand, membre du cabinet du gouvernement libéral de Jean Charest, dépose son budget annuel et annonce une augmentation des frais de scolarité de 325$ par année jusqu’en 2017. Résultat : les frais devaient pratiquement doubler en seulement cinq ans. Dès novembre 2011, les étudiant·e·s se mobilisent à travers la province. L’Université McGill suit le mouvement…

→ Voir le dossier principal : Dix ans plus tard

10 novembre 2011 : Occupation du Pavillon James et répression policière sur le campus

Des étudiant·e·s de McGill manifestent devant le bureau du premier ministre du Québec, devant le portail Roddick. Au même moment, 14 étudiant·e·s entrent dans le Pavillon James, siège de l’administration de l’Université, et occupent le bureau de la principale. Une foule d’environ 200 personnes se rassemble en soutien autour du bâtiment. Peu de temps après, plus d’une centaine de policier·ère·s anti-émeutes arrivent sur le campus et dispersent violemment la foule et les témoins à l’aide de coups de bâtons, de gaz lacrymogènes et de poivre de cayenne.

7 février 2012 : Deuxième occupation du Pavillon James

Les élèves du collège de Salaberry-de-Valleyfield sont les premier·ère·s à se prononcer en faveur d’une grève générale illimitée, par une majorité de seulement 12 voix. Le même jour, des dizaines d’étudiant·e·s mcgillois·es occupent de nouveau le sixième étage du Pavillon James. Cette fois-ci, l’occupation s’étend sur cinq jours et est relative à un enjeu plus local : le refus de l’administration de reconnaître le résultat d’un référendum sur la survie de QPIRG McGill (Quebec Public Interest Research Group at McGill) et de la radio étudiante CKUT.

« Ils fermaient l’électricité pour que les gens aient froid »

Joël Pedneault, vice-président de l’AÉUM en 2012

Joël Pedneault, vice-président externe de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) en 2012, se souvient des événements. « Les occupations ont vraiment été hard, confie-t-il au Délit. Ils fermaient l’électricité pour que les gens aient froid. » Selon lui, on peut voir dans cette tactique d’occupation l’influence des mouvements étudiants américains, qui se sont fait connaître à McGill par l’engagement d’étudiant·e·s internationaux·les. Des occupations similaires avaient notamment été organisées en Californie quelques années plus tôt pour contester une hausse fulgurante des frais de scolarité.

Mars 2012 : Votes de grève à Concordia et McGill

Le 7 mars, les étudiant·e·s de l’Université Concordia se prononcent en faveur d’une grève et descendent dans les rues. Des pamphlets traduits en anglais, notamment grâce aux efforts de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) et aux initiatives « grassroots » de l’Union des étudiants et étudiantes de Concordia (CSU), sont distribués sur le campus.

Dans le courant du mois, de plus en plus d’associations étudiantes votent en faveur de jours de grève et d’une grève illimitée. À McGill, des membres de la Faculté des Arts, avec l’aide de Joël Pedneault, organisent une assemblée générale pour effectuer un vote de grève. « C’est devenu tout simplement chaotique, se rappelle-t-il. Les plus grands locaux du campus peuvent accueillir environ 800 personnes, mais des milliers de personnes se sont pointées à la porte du Centre universitaire. » Une file d’attente commençant devant le bâtiment s’étirait jusqu’au bâtiment de génie.

En urgence, on réserve toutes les grandes salles disponibles. Au final, près de 2 000 étudiant·e·s étaient dispersé·e·s dans différents bâtiments du campus, dont Leacock 132 et la salle de bal. Afin de procéder à un vote, des outils comme la visioconférence ont été utilisés. Finalement, la foule a voté non, de façon claire, à la grève pour la Faculté des Arts.

«[D]es milliers de personnes se sont pointées à la porte du Centre universitaire »

Joël Pedneault, vice-président de l’AÉUM en 2012

Cet échec, loin de démoraliser les associations étudiantes, a plutôt encouragé ses membres à tenir des votes à plus petite échelle. Plusieurs programmes ont ainsi voté des grèves d’un à trois jours, comme l’École de musique ou l’Association étudiante du campus de McDonald (AÉCM) ; certains ont même voté pour une grève illimitée, comme l’École de travail social ou le Département de géographie. Néanmoins, les votes de grève ont connu aussi de nombreux échecs, comme dans la Faculté de droit, d’architecture et de médecine.

Selon Joël Pedneault, il y avait quand même un bon niveau d’hostilité à l’échelle du campus. Le mouvement des carrés verts, qu’il décrit comme une affaire « assez québéco-québécoise », n’était pas présent sur le campus. Toutefois, un mouvement des gens de droite, affiliés aux partis conservateurs canadien – qui venait d’être réélu en 2011 – et ontarien, mettaient leur coordination et leur expérience politique au service du camp anti-grève : « On était la seule université où on avait carrément des gens du parti conservateur qui étaient contre nous ».  Plusieurs personnes n’étaient par ailleurs pas antipathiques à la cause des carrés rouges, mais leur situation précaire – de par leur statut légal, dépendant d’un visa étudiant, ou de leur situation financière – les amenait à voter contre la grève. Il y avait finalement une déconnexion qui régnait dans certains cercles du campus : Joël Pedneault cite notamment un professeur de sociologie qui, vers la fin du printemps, alors que les manifestations dans les rues étaient impossibles à ignorer, avait demandé à l’un de ses collègues ce que signifiait le carré rouge que celui-ci portait.

« On était la seule université où on avait carrément des gens du parti conservateur qui étaient contre nous »

Joël Pedneault, vice-président de l’AÉUM en 2012

Il y avait malgré tout une diversité au sein des personnes mobilisés pour la grève : francophones, anglophones, étudiant·e·s internationaux·les. McGill et Concordia ont fait l’effort d’inclure tous·tes les étudiant·e·s dans la mobilisation pour faire en sorte que la lutte relative aux frais de scolarité ne se limite pas au contexte québécois, mais revendique aussi des gains à l’international. « On a essayé de tirer le mouvement étudiant vers cette analyse-là aussi, alors que ça aurait pu rester très “il faut que les gens du Québec qui paient des taxes aient accès à l’éducation sans frais de scolarité”. »  Joël Pedneault remarque par ailleurs que parmi les gens impliqués, une majorité provenait bien sûr du Québec, mais certaines personnes étaient aussi issues des États-Unis, ayant eu vent d’autres causes ailleurs dans le monde. C’était une rencontre entre plusieurs interprétations qui se mélangeaient et qui s’opposaient à un « gouvernement néolibéral qui voulait faire en sorte que la vie soit chère, qui voulait privatiser ».

22 mars 2012 : Manifestation monstre dans les rues de Montréal

Le 22 mars, entre 100 000 et 200 000 personnes sillonnent les rues de Montréal, de la Place du Canada vers le Vieux-Montréal. En entrevue avec Le Délit, Martine Desjardins, présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) en 2012, décrit cette journée chaude et ensoleillée comme un moment marquant de la mobilisation : « C’est comme si la météo s’était mise dans l’idée qu’il fallait que tout soit parfait – il devait bien faire 20 degrés à l’extérieur ! »

« J’ai un souvenir assez vif de ce moment-là (du 22 mars), un moment rempli d’espoir et de fierté. On avait l’espoir que le gouvernement allait entendre la voix de la rue. Sa réponse a été : “Il n’y a pas eu de grabuge. Bravo” »

Martine Desjardins, présidente de la FEUQ en 2012

David Deault-Picard, manifestant, alors étudiant de troisième année à l’Université de Montréal, se rappelle avec émotion de la mobilisation : « Pour un étudiant en science politique, c’est quand même le rêve suprême de vivre un moment politique, de faire partie de quelque chose de plus grand que soi ». Le nombre d’étudiant·e·s réuni·e·s cette journée-là était impressionnant. Même à la fin du parcours, Martine Desjardins continuait de voir des gens arriver : « Pour le discours que j’ai dû donner à la fin – on était en bas de la place Jacques-Cartier, je voyais juste des gens ; il n’y avait plus de pavé nulle part. Ça n’arrêtait pas d’arriver, c’était assez fascinant. »

Avril : Ne te démobilise pas d’un fil

Après l’adrénaline et la mobilisation du 22 mars, le plus gros défi est de maintenir le moral des troupes, alors que les étudiant·e·s commencent à voir des impacts sur leurs études. « On commençait tranquillement à prévoir qu’on allait perdre énormément de votes de grève alors que le gouvernement refusait toujours de nous rencontrer. Je dois dire que ç’a été un moment où on s’est dit : “Ça y est, c’est terminé.” »

Parallèlement, les demandes d’injonctions d’étudiant·e·s qui souhaitent retourner en classe malgré la grève commencent à fuser de toute part. 25 injonctions auraient été demandées aux tribunaux durant le conflit. Les injonctions à l’Université de Montréal se reflétaient particulièrement sur les campus selon David Deault-Picard. Il se souvient d’« avoir vu des chargés de cours qui avaient des agents de sécurité pour s’assurer qu’ils dépasseraient la ligne de piquetage et iraient donner leur cours ».

« On commençait tranquillement à prévoir qu’on allait perdre énormément de votes de grève alors que le gouvernement refusait toujours de nous rencontrer. Je dois dire que ç’a été un moment où on s’est dit : “Ça y est, c’est terminé”»

Martine Desjardins, présidente de la FEUQ en 2012

Le 20 avril, lors d’un discours au Salon Plan Nord, Jean Charest blague sur les manifestations. En faisant référence aux manifestant·e·s, il déclare : « On pourrait leur offrir un emploi… dans le Nord, autant que possible. » La pilule ne passe pas auprès des étudiant·e·s : les votes de grève sont maintenus et la mobilisation continue. Martine Desjardins remercie presque le premier ministre de l’époque : « Le gouvernement nous a donné une boîte de secours en se moquant des étudiants de la sorte. Le mépris gouvernemental nous a beaucoup aidés à remobiliser les campus ». 

Quatre jours plus tard, les manifestations de nuit commencent, en marge de la stratégie des grandes associations étudiantes. Ces rassemblements se déroulaient tous les soirs, une initiative « grassroots » que la CLASSE et la FEUQ ne contrôlaient pas, souligne Martine Desjardins. Le souvenir de ces manifestations est particulièrement poignant pour Joël Pedneault. « On était quand même toutes les nuits à manifester, vraiment toutes les nuits, des manifs de 20 000 personnes ou plus. »

4 mai 2012 : De violents affrontements à Victoriaville marquent l’esprit des Québécois·es

À Victoriaville, une manifestation à l’occasion du Congrès du Parti libéral tourne à l’affrontement et à l’émeute. Des manifestant·e·s sont blessé·e·s : blessures aux yeux, commotions cérébrales, fractures de la mâchoire. Un policier de la Sûreté du Québec est suspendu pendant plus d’un mois. Les événements de Victoriaville font aussi échos à de précédents incidents, notamment où un étudiant a perdu l’usage d’un œil après qu’une grenade assourdissante lui ait explosé au visage.

En entrevue avec Le Délit, Joël Pedneault raconte ces événements comme un des moments les plus épeurants : « On s’est fait vraiment taper dessus. Ils larguaient des lacrymogènes sur la foule avec les hélicoptères qui volaient bas pour pousser les gaz vers la foule, c’était militaire. Il y a des moments comme ça où j’ai craint pour ma sécurité. J’ai perdu mes lunettes dans cette manif-là, à cause d’un lacrymo qui m’a explosé aux pieds, parce qu’ils en larguaient tellement ». Ce n’était pourtant pas sa première manifestation où le corps policier présent a utilisé des moyens non ciblés pour disperser la foule. Cette fois-ci, cependant, la Sûreté du Québec – qui était « vachement plus brutale » que le Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) selon lui – est appelée pour maintenir la paix. « C’est sûr qu’après ça, on finit par craindre la police, quand même. »

« [Les corps policiers] larguaient des lacrymogènes sur la foule avec les hélicoptères qui volaient bas pour pousser les gaz vers la foule, c’était militaire » 

Joël Pedneault, vice-président de l’AÉUM en 2012

Bien que les événements de Victoriaville soient exceptionnels, l’utilisation de la force par les corps de police est chose commune dans les autres manifestations de la province. Même s’il dit avoir toujours su quitter avant que la répression policière ne commence, David Deault-Picard se rappelle avoir vu « des scènes un peu traumatisantes » liées à l’utilisation de la force. « Je respecte beaucoup les individus derrière, mais ça, l’utilisation de la violence, c’est quand même quelque chose qu’on ne voit pas souvent au Québec. » Même son de cloche du côté de Joël Pedneault : « C’est choquant, ça fait peur pour la démocratie de se faire encercler par la police ». Il se rappelle très clairement avoir été menotté, mis dans un bus, amené dans l’est de la ville, puis mis à la rue à deux heures du matin. « Ça serait faux de dire qu’on s’y habitue. » Un groupe d’avocats en entretien avec Le Délit confirme aussi ce type d’expériences chez les manifestant·e·s dans la Ville de Québec : « Ils avaient été privés de leur liberté, menottés, transportés en autobus en pleine nuit, puis ils ont été relocalisés avant d’être relâchés ».

18 mai 2012 : Adoption de la Loi 78

Pour calmer les manifestations, une loi spéciale est adoptée par le gouvernement Charest : les organisateur·rice·s de manifestations doivent désormais divulguer leur itinéraire aux policier·ère·s et ne peuvent bloquer l’accès aux cégeps et universités. Des amendes importantes sont données à tout·e contrevenant·e.

Pour Martine Desjardins, l’adoption de la Loi 78 a été l’un des moments les moins porteurs d’espoir : « On était à l’Assemblée nationale, au Salon bleu, quand ça a été voté. Les gens pleuraient autour de moi. On se demandait si le mouvement allait se poursuivre. On avait l’impression que tout était fini ». Pour David Deault-Picard, l’adoption de la loi spéciale a été le coup le plus dur qu’il ait eu à encaisser durant le mouvement. « C’était quand même la première fois que je vivais la coercition de l’État », raconte-t-il. Il est convaincu que la judiciarisation n’est pas la bonne façon de gérer un conflit politique. « On mettait en conflit le droit individuel d’accéder à ta salle de classe avec le droit collectif d’avoir accès à l’éducation. Il y avait une certaine lâcheté, je pense, dans cette façon de faire. »

grève-d'éducation
Alexandre Gontier | Le Délit

Les casseroles ont alors commencé à se faire entendre en protestation contre la loi spéciale et sont devenues le symbole du mouvement populaire. Pour Joël Pedneault, c’est à ce moment que les gens ont réalisé que la grève était en train de donner les résultats escomptés. « Quand le mouvement s’est rendu là, on sentait qu’on était vraiment en train de faire du chemin, que notre petite grève qui portait sur des frais de scolarité était devenue le mouvement de masse qu’on avait prévu. »

4 septembre 2012 : Pauline Marois, cheffe du Parti Québécois, est élue première ministre

Les élections déclenchées le 1er août 2012 par Jean Charest, dans l’espoir de mettre fin à la crise et d’être réélu, ont vu Pauline Marois, cheffe du Parti Québécois, accéder au poste de première ministre. Rapidement, cette dernière annule la hausse des droits de scolarité et abroge la loi 78. Pour David Deault-Picard, l’élection du Parti Québécois était la dernière chance du mouvement étudiant : « Honnêtement, si le PQ n’avait pas gagné, je ne suis pas sûr qu’il y aurait finalement eu le résultat qu’on connaît ».

L’un des député·e·s élu·e·s au sein du gouvernement minoritaire de Pauline Marois de 2012 à 2014 est Léo Bureau-Blouin, leader étudiant et président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) durant le printemps érable. Ce dernier qui, à 20 ans, est devenu le plus jeune parlementaire de l’histoire du Québec, a affirmé dans un courriel envoyé au Délit « garder un souvenir extrêmement positif des événements du printemps 2012, qui ont eu une grande influence sur [sa] trajectoire de vie, tant personnelle que professionnelle ». 

Jean Charest et Line Beauchamp, quant à eux·lles, ont décliné nos demandes d’entrevue.


Dans la même édition