COVID-19 : variant omicron, nouvelle source d’inquiétude

Tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau variant.

Alexandre Gontier | Le Délit

Le 24 novembre dernier, le premier cas d’un nouveau variant du coronavirus, B.1.1.529, était rapporté à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) par l’Afrique du Sud. À peine deux jours plus tard, le 26 novembre, le variant était nommé selon la 15e lettre de l’alphabet grec, Omicron. Voici un petit résumé de ce que nous savons sur ce variant qui préoccupe l’OMS et bien des pays.

Connaît-on le patient zéro ?

Le premier cas confirmé du variant proviendrait d’un spécimen du virus récolté le 9 novembre 2021. Il faut dire qu’au cours des dernières semaines, la situation épidémiologique en Afrique du Sud a été caractérisée par plusieurs pics dans le nombre de cas, dont le dernier est largement attribué au variant Delta. Ce n’est que fin novembre que le constat d’un nouveau variant est tombé. 

Comment se compare Omicron aux autres variants connus ?

Peu de choses sont établies sur la transmissibilité ou la virulence du variant Omicron. Toutefois, l’OMS a classé le variant comme étant « préoccupant », la catégorie d’alerte la plus élevée. De plus, elle indique que le risque de réinfection pourrait être plus important avec Omicron qu’avec les autres variants.

Deux doses de vaccin sont-elles suffisantes pour nous en protéger ?

Certains scientifiques ne s’attendent pas à ce que le variant soit complètement différent du coronavirus contre lequel les vaccins ont été créés ; par contre, d’autres s’inquiètent du nombre extrêmement élevé de mutations. Plusieurs compagnies pharmaceutiques ont d’ailleurs commencé à tester l’efficacité de leur vaccin contre le nouveau variant, ainsi que la possibilité d’une troisième dose en guise de protection additionnelle. Il faudra cependant attendre quelques semaines pour connaître les résultats des premières études sur la question.

« Québec ferait une annonce sur les nouvelles mesures sanitaires la semaine prochaine, vers le 6 décembre »

Quels sont les pays touchés par le variant Omicron ?

Le Canada, les Pays-Bas, l’Australie, la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, le Danemark, l’Afrique du Sud, le Botswana, Hong Kong et Israël ont déjà confirmé des cas du variant au sein de leur population. L’Afrique du Sud reste toutefois le pays le plus touché pour le moment.

En tant qu’étudiant international, serais-je en mesure de revenir au Canada après les vacances d’hiver ?

Pour limiter l’entrée du variant Omicron au Canada, Ottawa a annoncé une série de mesures. Par exemple, les citoyens étrangers en provenance de l’Afrique du Sud et des pays voisins (Mozambique, Botswana, Zimbabwe, Lesotho, Eswatini, Namibie) sont interdits d’entrée, tandis que les Canadiens et résidents permanents arrivant de ces pays doivent se soumettre à un test de dépistage et s’isoler préventivement. 

Au moment où cet article a été écrit, rien n’était décidé pour les voyageurs des autres pays. Cependant, l’Europe est actuellement touchée par une cinquième vague, poussant plusieurs pays européens à imposer de nouveau certaines restrictions. De plus, le vendredi 26 novembre, la gouverneure de l’État de New York a déclaré l’état d’urgence en raison de la hausse des cas de COVID-19 et de la menace posée par le variant Omicron. Lundi, le Royaume-Uni a aussi annoncé une réunion d’urgence avec les ministres de la Santé des pays du G7 pour discuter de l’évolution de la situation liée à ce nouveau variant.


Dans la même édition