La mobilisation contre GNL Québec se poursuit

Même pendant la pandémie, l’opposition au projet GNL a continué de susciter l’attention partout au Québec. 

Adélia Meynard | Le Délit

La pandémie de COVID-19 n’a pas réduit l’intensité de la mobilisation contre GNL Québec. Ce projet entraînerait la construction d’une usine de liquéfaction de gaz naturel au Saguenay qui serait alimentée par un gazoduc en provenance de l’Ouest canadien. 

La mobilisation au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la mobilisation contre GNL Québec, également connu sous le nom d’Énergie Saguenay, s’est intensifiée au mois de février 2020. Entre autres, une soirée organisée par Québec solidaire au Café Cambio de Chicoutimi où étaient présentes des députées de ce parti, Ruba Ghazal et Catherine Dorion, a fait salle comble. Au-delà de l’action de partis politiques, la Coalition Fjord, organisme créé en novembre 2018, est le point de ralliement de l’opposition à GNL Québec grâce à un réseau d’alliances régional et national. La Coalition Fjord est d’ailleurs derrière la circulation massive d’une pétition contre le projet de gaz liquéfié qui, en date du 4 mars 2021, avait recueilli près de 120 000 signatures. 

Lors de son assemblée de mobilisation virtuelle le 18 février dernier, la Coalition Fjord a fait le bilan de son année 2020. Elle s’est réjouie de la prise de position conjointe de membres de la société civile contre Énergie Saguenay en 2020. On compte notamment 126 membres du corps professoral de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), 250 médecins québécois·es et 54 associations étudiantes représentant 300 000 étudiant·e·s.

La mobilisation ailleurs au Québec

La mobilisation contre Énergie Saguenay se fait également ressentir à Montréal. Au cours de la dernière année, la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES) a organisé plusieurs actions de visibilité en déployant des bannières contre GNL Québec ainsi que des opérations de collage dans divers lieux de la métropole. Greenpeace a de son côté déployé une immense bannière affichant « Non-GNL » sur un bâtiment en construction de l’Université de Montréal en octobre dernier.

→ Voir aussi : Des organismes environnementaux prennent les rues de Montréal (novembre 2020)

Retour sur les audiences publiques

La Coalition Fjord s’est mobilisée durant toute l’année 2020 dans la région du Saguenay en prévision des audiences du Bureau des audiences publiques en environnement (BAPE) qui se sont déroulées à l’automne 2020. Elle s’est notamment rendue à la rencontre de la population à travers sept assemblées citoyennes afin d’écouter les préoccupations locales et d’affiner son argumentaire. Alors que le rapport du BAPE doit être remis au gouvernement d’ici le 10 mars, les coordonnateur·rice·s de la Coalition Fjord se sont réjoui·e·s du taux de participation record à l’exercice : 2 315 mémoires ont été déposés au BAPE dont 91% manifestant leur opposition au projet. L’organisme a pu compter sur le soutien de ses partenaires nationaux notamment l’initiative « Arrêtons GNL » regroupant des associations étudiantes montréalaises dont la FAECUM et l’AéESG-UQAM qui visent à encourager les étudiant·e·s de partout au Québec à rédiger leur propre mémoire pour faire entendre leur opposition au projet. 

La Coalition Fjord se prépare à des actions de visibilité et de pression auprès des élu·e·s de différents paliers lorsque le rapport du BAPE sera rendu public d’ici la fin du mois de mars. 


Dans la même édition