Lettre ouverte : Une assemblée générale historique

Comment les étudiant·e·s ont soutenu la politique « Désinvestir pour les droits humains ».

Campagne « Désinvestir pour les droits humains » | Le Délit

Mardi, le 16 février, 90% des étudiant⋅e⋅s présent⋅e⋅s à l’assemblée générale de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) ont voté en faveur de la politique historique « Divest for Human Rights » (désinvestir pour les droits humains). Cette politique mandate l’AÉUM de faire campagne pour que l’Université McGill désinvestisse de plusieurs entreprises complices du vol colonial des terres, de la destruction de l’environnement, de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide, tant sur l’île de la Tortue (Amérique du Nord) qu’à l’étranger. Dans le débat qui a précédé le vote, une minorité de participant⋅e⋅s a tenté de diaboliser la motion en prétendant qu’il était « controversé », « xénophobe » ou « antisémite » pour les étudiant⋅e⋅s de prendre fermement position contre le rôle actif que jouent ces entreprises dans la violence perpetrée par des États. Ces arguments, démystifiés de manière retentissante, ont été rejetés par une majorité écrasante. Des tentatives ont également été faites pour scinder la politique, afin d’isoler et de saboter les articles qui mentionnent le rôle direct de deux entreprises, Re/Max et OshKosh, dans la violation systématique des droits humains des Palestinien⋅ne⋅s. Les étudiant⋅e⋅s ont également rejeté cette stratégie cynique, affirmant ainsi le principe fondamental de la solidarité : obtenir la justice pour certain⋅e⋅s demeure insuffisant sans la justice pour tous⋅tes !

Cette assemblée générale est la première à atteindre un quorum (350 participant⋅e⋅s) depuis 2017, avec un maximum de participation de près de 390 étudiant⋅e⋅s. Pourtant, lorsqu’il est devenu clair que la vaste majorité des participant⋅e⋅s voterait en faveur de la politique, ses opposant⋅e⋅s ont quitté la rencontre Zoom de façon précipitée afin que le quorum ne soit plus atteint au moment du vote. Cette tactique antidémocratique a donc privé les participant⋅e⋅s restant⋅e⋅s de la possibilité d’adopter le soir même cette motion. L’assemblée générale a alors été réduite à un « forum consultatif », ce qui signifie que la décision sur la politique prise en assemblée générale devra être ratifiée par le conseil législatif. Cela a incité de nombreuses personnes en faveur de la motion à partir, en raison de leur frustration ou de leur confusion quant à la perte du quorum. En dépit de cela, les étudiant⋅e⋅s qui sont resté⋅e⋅s ont soutenu la motion avec 190 votes en faveur (90%), 19 votes contre et 3 abstentions, envoyant ainsi un message clair au conseil législatif de l’AÉUM qui votera sur l’adoption finale de la politique jeudi prochain, soit le 25 février.

Aux conseiller⋅ère⋅s qui voteront la semaine prochaine, au nom des étudiant⋅e⋅s qu’iels/il⋅elle⋅s représentent, nous vous demandons de retenir et de réfléchir à ce que tous⋅tes ces étudiant⋅e⋅s ont exprimé à travers leur présence, leur prise de parole et leur vote mardi soir. Nous vous demandons d’adopter la politique telle quelle, car toute dilution ou division de son contenu ne refléterait plus la volonté exprimée par les étudiant⋅e⋅s lors de l’assemblée générale et trahirait l’essence même de la motion qui se veut solidaire et fondée sur des principes de justice sociale. Nous vous demandons également de reconnaître la manière injuste dont l’assemblée générale a été sabotée, privant ainsi le corps étudiant d’une rare occasion d’exercer ses droits démocratiques. La semaine prochaine, vous aurez l’occasion de remédier à cette injustice.

Aux braves étudiant⋅e⋅s qui se sont présenté⋅e⋅s et qui ont pris la parole et voté afin de soutenir cette lutte pour les droits humains universels, nous ne pourrions pas être plus reconnaissant⋅e⋅s pour votre courage, votre force et votre solidarité. Nous vous invitons maintenant à contacter vos représentant⋅e⋅s à l’AÉUM et à exiger qu’iels/il⋅elle⋅s respectent la décision prise par la grande majorité des étudiant⋅e⋅s de McGill présent⋅e⋅s lors de l’assemblée générale. Nous vous appelons également à signer la pétition prévue à cet effet !

Le progrès dans cette université se produit seulement lorsque les étudiant⋅e⋅s se rendent compte de leur pouvoir, qui leur permet de tenir des institutions comme McGill responsables, et lorsqu’iels/il⋅elle⋅s choisissent de prendre position pour ce qui est juste ! Rejoignez-nous dans cette lutte pour que l’Université McGill soit tenue responsable pour sa dotation financière violente, et pour activement défendre la justice pour tous⋅tes.

En toute solidarité, 

Climate Justice Action McGill
Divest McGill
Indigenous Student Alliance
McGill Stands With Hong Kong
McGill Students for a Free Tibet
Students in Solidarity for Palestinian Human Rights McGill
Students for Peace and Disarmament – Peace Club


Articles en lien