Ceux que ne couve pas le couvre-feu

Florence Lavoie | Le Délit

Dans à peine deux mois, cela fera un an que le Québec est confiné. Un an distancés les uns des autres, à vivre dans nos petites bulles, anxieux à la simple idée de sortir faire l’épicerie. Puis voilà qu’à partir du 8 janvier, impossible de quitter son foyer après 20h00, exception faite des travailleurs essentiels et autres cas de force majeure. Dans l’angle mort du couvre-feu s’abritent pourtant les gens qui n’ont pas de « chez-soi », ceux qui ne font pas partie des « exceptions » entendues par le gouvernement. Dans le communiqué du 6 janvier, le premier ministre affirmait qu’il y a suffisamment de places dans les refuges pour les personnes en situation d’itinérance. Cet a priori est non seulement faux, mais également inexorablement néfaste pour ceux qui n’ont que la rue pour domicile.

Monsieur Legault échoue d’abord à considérer que le nombre de places disponibles en refuge s’est vu diminué de moitié pour respecter les mesures sanitaires, tandis que la population itinérante aurait quant à elle doublé depuis le début de la pandémie. Des éclosions majeures sont d’ailleurs survenues dans plusieurs refuges, notamment au centre d’accueil La Porte ouverte Montréal, qui a alors dû fermer ses portes pendant plusieurs semaines. Dimanche dernier, l’horreur s’est produite : un homme en situation d’itinérance a été retrouvé mort devant le refuge, qui est contraint de fermer de soir depuis sa réouverture le 11 janvier. Au sein de la communauté autochtone itinérante à Montréal, deux refuges d’urgence, mis sur pied pour répondre aux besoins grandissants, ont quant à eux un taux de positivité à la COVID-19 qui dépasse les 50%.

Au-delà de la capacité d’accueil, les refuges ne représentent pas toujours un domicile viable pour les individus en situation d’itinérance. Beaucoup en sont exclus ou s’en excluent ; certains établissements n’acceptent pas les personnes intoxiquées ou qui sont accompagnées d’animaux de compagnie. Des problèmes de santé mentale, des traumatismes et un éventail d’autres raisons peuvent également freiner certaines personnes à y élire domicile pour une nuit. 

« La pandémie est un enjeu sanitaire. N’en faisons pas un prétexte pour punir les plus démunis du simple fait qu’ils vivent dans la rue »

La ministre Guilbault affirme qu’il faut « aider ces personnes, plutôt que les inonder de constats d’infraction ». Elle dit compter sur le discernement et la tolérance des corps policiers. Mais cette confiance naïve fait dépendre un enjeu social –  l’itinérance – sur le bon vouloir d’êtres humains en position de pouvoir. Et les erreurs de jugement commencent déjà à se multiplier. À Montréal, un constat d’infraction de 1500$ a été remis à un itinérant pour avoir brisé le couvre-feu. À Val‑d’Or, deux constats d’infraction de 1550$ ont été remis à deux itinérants dès la deuxième nuit du couvre-feu. Les amendes prévues par la loi peuvent s’élever jusqu’à 6000$, et ces montants faramineux ne sont que très rarement à la portée des gens en situation d’itinérance.

Si l’on peut espérer compter sur « le bon jugement » des forces de l’ordre pour faire preuve de compréhension, la considération de l’itinérance en tant qu’exception permise au couvre-feu freinerait les débordements possibles, notamment lors de confrontations avec le corps policier. En s’opposant à une telle exception, le gouvernement se déresponsabilise face à un enjeu incontestable et manifeste, alors que le soutien offert aux personnes vivant en situation d’itinérance était déjà carencé avant la crise. Ces gens sont des citoyens à part entière, peu importe leur marginalité, ils ont des droits et méritent d’être traités dans la dignité. La pandémie est un enjeu sanitaire. N’en faisons pas un prétexte pour punir les plus démunis du simple fait qu’ils vivent dans la rue.

Une pétition circule actuellement sur le site de l’Assemblée nationale, demandant au gouvernement du Québec d’ajouter les personnes vivant en situation d’itinérance à la liste d’exceptions au couvre-feu. Pour signer la pétition : Pétition : Exemption de l’application du couvre-feu pour les personnes en situation d’itinérance (assnat​.qc​.ca)


Articles en lien