Éclat d’un amour lesbien – Le Délit
Éclat d’un amour lesbien
Par · 11 février 2020
Portrait de la jeune fille en feu sort le 14 février dans nos salles.
Image par Lilies Films

Tomber amoureux·se, c’est se surprendre, se voir tomber, tendre une main tremblante, ne plus avoir le choix que d’aimer, vivre comme l’on a rarement vécu — l’amour est un feu. Portrait de la jeune fille en feu est un film qui nous brûle lentement. La passion y est naissante, puis explosive, mais nous traverse les deux heures durant.

Ce quatrième long-métrage de Céline Sciamma est d’une maîtrise assez extraordinaire ; son écriture a d’ailleurs été saluée par le Prix du scénario à Cannes en 2019, et le film parcourt encore festivals et cérémonies de récompenses. Sous ses airs de film d’époque, Portrait de la jeune fille en feu constitue en fait une proposition inédite, rendant incontournable son visionnement.

Brûler à deux

Bretagne, fin du 18e siècle. Marianne (Noémie Merlant), une peintre, se rend dans un château pour peindre le portrait d’Héloïse (Adèle Haenel). Celle-ci est promise à un homme milanais, un mariage organisé par sa mère, souhaitant quitter son île bretonne pour l’Italie. Se lient alors d’amour et d’amitié ces deux femmes, prises dans la conception d’un tableau destiné à mener Héloïse à un mariage qu’elle refuse.

Portrait de la jeune fille en feu est avant tout une histoire d’amour. Marianne et Héloïse se découvrent au fil de balades silencieuses puis bavardes, elles parlent d’art et s’ouvrent peu à peu l’une à l’autre. Cette rencontre devient un lieu d’échanges : de regards, d’idées, de flammes. Le jeu des actrices est non seulement convaincant, mais par leur mesure et la beauté du texte qu’elles portent à l’écran,  est également vecteur d’une émotion autant crue que lyrique. Si cet amour est l’objet du film, ces deux femmes — ainsi que Sophie (Luàna Bajrami), une servante — en sont les sujets.

Politique du regard

Céline Sciamma a désiré faire exister ses personnages en dehors de leur rapport au masculin : il n’y a pas d’hommes dans Portrait de la jeune fille en feu. Leur présence n’est que très rarement nommée, bien qu’elle puisse notamment se faire sentir à travers les enjeux de grossesse ou de mariage. Abolir la présence masculine à l’écran, c’est avant tout se débarrasser d’un regard, pour parler des femmes sans qu’elles soient forcément sujettes à des oppressions de genre. Si les problématiques qui traversent les personnages ne sont pas affranchies de rapports genrés, elles sont libres dans leurs expressions et leurs corps, maîtresses de leurs récits et leur amour.

Cette résolution est en fait presque inédite sur nos écrans, et la réalisatrice la décrit comme une nouvelle proposition de fiction. Il y a peu de films d’époque avec des personnages féminins qui existent en dehors de leur condition de femme. Il y a encore moins de films dépeignant des relations lesbiennes qui ne soient pas soumises à un regard masculin, terme que Laura Mulvey, critique féministe de cinéma, a forgé. La Vie d’Adèle de Kechiche en est l’exemple : la relation amoureuse entre les deux femmes à l’écran est limitée à une vie sexuelle peu représentative de la réalité, participant activement à l’objectification et la sexualisation des femmes lesbiennes. Se débarrasser de ce regard permet avant tout à Céline Sciamma de raconter son histoire et d’assurer que les relations lesbiennes soient montrées — réalisées, écrites et jouées — à l’écran par les concernées.

Céline Sciamma a désiré faire exister ses personnages en dehors de leur rapport au masculin : il n’y a pas d’hommes dans Portrait de la jeune fille en feu

Le regard masculin n’est pas le seul dont Sciamma a décidé de s’affranchir. Le personnage de Sophie, servante travaillant dans la demeure où réside Héloïse, apporte un autre lien aux deux personnages qui vont l’aider à interrompre sa grossesse. Les dynamiques de classe ne sont pas ignorées, car le statut des personnages les rend inévitables, mais ne viennent pas créer de hiérarchie dans les relations interpersonnelles qu’elles entretiennent. Et c’est précisément car ces dynamiques ne viennent pas parasiter leurs relations que Portrait devient aussi un film qui nous parle de sororité, en plus de l’amour entre ces deux femmes. Cette tension entre cette politique du regard et l’inscription du récit dans le 18e siècle devient le support d’un propos sur la féminité qui est résolument contemporain et ouvrira, on l’espère, la porte à d’autres films de cette veine.

Que des collaboratrices

Lorsqu’elle présentait son film à Cannes, Céline Sciamma assurait dans une conférence de presse : « Il n’y a pas de muses. Il n’y a que des collaboratrices. » Cette redéfinition du rapport entre le modèle et l’artiste fait partie intégrante de la tension au cœur du film. Héloïse et Marianne travaillent main dans la main pour obtenir un résultat qui convienne aux deux, c’est leurs deux visions qui guident le pinceau de Marianne, c’est cette collaboration qui est créatrice de l’art mais aussi qui porte leur amour.

Le travail historique qui a été fait sur le film s’inscrit aussi dans la trajectoire empruntée sur la féminité. Les femmes artistes sont effacées de l’histoire, et pourtant, à l’époque où le film se déroule, bon nombre de femmes peintres existaient et travaillaient. Le personnage de Marianne est né d’un désir de créer une femme peintre de toutes pièces plutôt que de s’enfermer dans le biopic, qui mettrait une femme en porte-drapeau d’un phénomène, et ainsi de normaliser la place de ces artistes dans nos récits.

Portrait de la jeune fille en feu nous montre ce que le cinéma peut faire de plus puissant, et son propos féministe et politique rare à cette échelle en est sûrement un des moteurs. Ce film parle d’amour, dans ses formes les plus créatrices, et de femmes se donnant cette liberté d’aimer — et c’est dans cet amour qu’une nouvelle proposition de fiction vient se loger.

 
Sur le même sujet: