Éloïse – Le Délit
Éloïse
Par · 19 mars 2019
Image par Audrey Bourdon | Le Délit

Elle allait et partait comme la brise

Douce parfois, mais ravageant ses analyses

Tempérament fort, cœur doux.

 

Haine, maîtresse de sa volonté

Envers qui était-ce dirigé?

Il n’y avait qu’elle debout.

 

Médisant ses méprises

Pourquoi tant de convoitise?

 

Gouffre annihilant les lumières

Dans les ténèbres elle se trouve depuis hier

Ennemi de sa raison

Qu’en est-il des impressions?

 

Le sourire elle en a la maîtrise

À son Surmoi elle est soumise

C’est une course à la perfection

Autant dire une course à la destruction.

 

Elle se doit d’être formidable

Mais elle en est incapable

Sa nature pernicieuse

Est ce qui la rend malheureuse.

 

Ah! Triste sort qui n’est pas de mise

Si seulement elle pouvait voir comme elle est exquise.

 

Le miroir est un menteur

Qui ne donne pas la bonne heure ;

Ce que je vois par mes yeux

Est fort délicieux.

 

Je t’envoie la bise

Ma tendre friandise.

 
Sur le même sujet:
26 février 2019
30 octobre 2018
26 septembre 2017