La fabrication d’un narcissique – Le Délit
La fabrication d’un narcissique
Par · 13 novembre 2018
La rentabilité dans la génération selfie : à quel prix?
Image par Niels Ulrich

«Attendez, attendez! Nous ne pouvons pas sortir sans une photo pour Snapchat! » C‘est une phrase qui est devenue un point commun dans la vie sociale moderne. Mais les selfies, les vlogs quotidiens, et les « histoires » d’Instagram, sont-ils destinés à notre propre bonheur, ou à prouver quelque chose à quelqu’un d’autre? Notre génération est devenue obsédée par l’autodocumentation et cette obsession est non seulement inutile et peu sincère, mais elle a déclenché une épidémie de narcissisme, qui nuit à la santé mentale.

Les narcissiques rentables

D’abord, la recherche révèle que la moitié des femmes âgées de 13 à 23 ans se trouvaient sur les sites de médias sociaux, tels que Twitter et Instagram, à tout moment, et elles postent environ un « selfie » par jour. Les grandes entreprises comme Facebook ont des équipes de marketing brillantes qui assurent que « l’autopromotion » reste à l’avant-garde des médias sociaux. De même, les études montrent constamment que les individus qui obtiennent un score plus élevé dans le questionnaire d’inventaire de la personnalité narcissique (IPN) ont tendance à avoir plus d’amis sur Facebook, et à mettre à jour leur statut en ligne plus fréquemment.

Un portrait irréaliste

Certains pourraient faire valoir que les médias sociaux et « l’âge du selfie » ont produit un moyen d’expression personnelle et de positivité du corps, où nous pouvons encourager les autres à être fiers de leur apparence. Cependant, des études récentes d’étudiants en Amérique du Nord ont montré que les étudiants les plus dévoués à leur compte Facebook étaient plus susceptibles de penser que les vies des autres étaient « plus heureuses et meilleures. » De plus, une étude de Twinge Organization a indiqué que les milléniaux sont plus déprimés et anxieux que les générations précédentes, et que le deux tiers des femmes interrogées se sentaient « plus jolies sur Internet » que dans la réalité.

Le temps volé

En conclusion, alors que les médias sociaux sont sans aucun doute des sources puissantes d’interconnexion et de divertissement, il serait erroné de confondre ces interactions avec de la camaraderie. En fait, les sites comme Facebook et Instagram constituent la plus grande consolidation des sentiments de jalousie, de compétition, et d’insécurité de notre génération. Donc, la prochaine fois que vous vous sentirez obligés de prendre une photo avec vos amis pour démontrer votre bonheur sur Internet, considérez la plus grande valeur de l’interaction sociale : le moment présent avec ceux qui vous entourent.

 
Sur le même sujet: