L’AÉUM contre la culture V.I.P – Le Délit
L’AÉUM contre la culture V.I.P
Par · 2 octobre 2018
Une motion interdit l’ébriété du v.-p. aux Affaires internes lors d’événements.
Image par Mahaut Engérant

Jeudi 27 septembre se réunissait le Conseil législatif de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM, SSMU en anglais). Au programme se trouvaient notamment la motion interdisant l’ébriété des membres des Affaires internes lors d’événements, une motion contre l’affiliation à des groupes d’extrême-droite ainsi que la nomination des membres du Conseil qui feront partie du Comité d’administration de l’AÉUM (Board of Directors en anglais).

La fin de la culture V.I.P.

Le plus long débat de la soirée a concerné la motion portant sur la politique d’ébriété du vice-président (v.-p.) aux Affaires internes et de la culture V.I.P. aux évènements de l’AÉUM (Motion Regarding Policy on VP Internal Intoxication and V.I.P Culture at SSMU Events en anglais). Cette motion datait de la réunion du 13 septembre et visait à empêcher le ou la v.-p. aux Affaires internes d’être en état d’ébriété par l’alcool lorsqu’il·elle représente l’AÉUM lors d’événements. La motion prévoyait aussi que les plaintes soient déposées au Conseil législatif, qui déciderait alors de la mesure punitive appropriée, soit une suspension, une « réprimande formelle» ou encore une mesure alternative.

Jun Wang, v.-p. aux Finances, a demandé au Conseil s’il était possible de faire passer les plaintes par une étape intermédiaire avant de les exposer au Conseil. Gareth Price, représentant de la Faculté de génie, a alors exprimé l’idée de présenter les plaintes au Comité de responsabilisation de l’AÉUM (Accountability Committee en anglais). Marina Cupido, v.-p. aux Affaires externes, a soulevé des inquiétudes quant aux possibilités d’«humiliation publique», ,  si les plaintes se rendaient directement au Conseil. Après plusieurs moments de discussion, un amendement a été adopté pour faire passer les plaintes par le Comité de responsabilité, mais la motion a fini par être adoptée, à la majorité.

Autres motions

Parmi les autres motions à l’ordre du jour se trouvait celle pour adopter une politique contre l’affiliation à des groupes d’extrême-droite (Motion to Adopt a Policy Against Affiliation with Far Right Groups en anglais). Se basant sur le site Rational Wiki, la motion définit l’« extrême-droite » comme étant «des partis ou mouvements se basant sur des idéologies fascistes, racistes ou extrêmement réactionnaires». Marina Cupido a proposé de suspendre la motion indéfiniment pour permettre à l’AÉUM de travailler sur cet « enjeu nuancé». La motion initiale a donc été suspendue indéfiniment.

Le Conseil a entre autres adopté les motions suivantes : une motion pour mettre l’accent sur un plus grand engagement envers la gouvernance étudiante (Motion for Special Emphasis to be Placed on Greater Engagement with Student Governance en anglais), une motion sur une politique affirmant les clubs et services comme étant la plus grande priorité de l’AÉUM (Motion Regarding Policy on Clubs and Services as SSMU’s Highest Priority en anglais).

Comité d’administration et autres

Aussi, la nomination de quatre représentant·e·s du Conseil législatif au Comité d’administration de l’AÉUM était également à l’ordre du jour. Suite aux exposés ont été choisi·e·s le sénateur Bryan Buraga, les représentant·e·s de la Faculté des Arts Garima Karia et Andrew Figueiredo la représentante de la Faculté d’Éducation, Mu Rong Yang. Notons que la représentante de la Faculté des arts Ana Paula Sanchez s’était également présentée en mettant l’accent sur le manque d’expérience et de diversité au Comité concernant la question des violences sexuelles sur le campus sans être choisie.

Le Conseil a également vu défiler deux invités, soit la Clinique légale de l’AÉUM ainsi que le Fonds de développement durable de McGill (McGill Sustainability Fund en anglais). La session du Conseil législatif s’est finalement conclue par une session confidentielle.

 
Sur le même sujet: