Ces murs qui nous séparent – Le Délit
Ces murs qui nous séparent
Par · 2 octobre 2018
Politologues, géographes et artistes échangent ensemble sur le thème de la frontière.
Image par Kenneth Madsen

«Le plus grand des dangers serait de permettre à de nouveaux murs de nous diviser » ; des mots prononcés par Barack Obama en 2008, à Berlin, ville fragmentée pendant plus de trente ans. Des mots qui résonnent encore, puisqu’ils ont été repris par Reece Jones, géographe politique et professeur à l’université d’Hawaii à Manoa, lors du discours d’ouverture du Colloque annuel « Frontières et murs frontaliers, une nouvelle ère? » organisé par l’UQAM, les 27 et 28 septembre derniers.

Lors de la présentation de l’évènement, qui a eu lieu au Cœur des sciences de l’UQAM, à Montréal, on souligne que l’étude des frontières et des murs traverse les disciplines. L’enjeu est  géopolitique, historique, géographique, économique, oui, mais donne aussi matière à diverses interprétations artistiques. Ainsi, sur les deux jours où s’étendait le colloque, il a été possible d’assister à de nombreuses conférences en panels sur plusieurs aspects de l’étude des murs, mais aussi à des performances, des expositions photos et des projections de documentaires.

Un mur, un symbole

Dr. Reece Jones, lors de sa prise de parole, tente d’exposer l’état actuel de nos connaissances sur l’évolution de la présence de murs dans le monde, physiques ou symboliques. Au cours des dernières années, le sujet ne semblait plus aussi bouillant ; la barrière de séparation israélienne était peu effective, Obama, au pouvoir, ne semblait pas vouloir presser la construction de nouvelles barrières. Mais parler de murs revient peu à peu à la mode, et avec raison ; depuis 2012, le nombre de ces derniers a doublé. Il semblerait que renforcer ses frontières est un phénomène déterminant des dernières décennies ; à la fin de la Seconde Guerre mondiale, on en comptait près de cinq : aujourd’hui, ils sont plus de soixante-dix.

Le mur, plus qu’un tas de pierre ou de barbelé, porte en lui une signification parfois lourde. C’était un point phare de la campagne de Donald Trump, et selon R. Jones, le tour de passe-passe qui lui a donné tant de popularité ; regrouper une poignée de concepts extrêmement complexes, tels que les flux migratoires ou le terrorisme, en une seule idée, un seul mot ; un mur. « Les murs ne fonctionnent pas d’eux-mêmes », avance le professeur, une idée qu’il reprend dans son livre Borderwalls, ils ne peuvent arrêter tous les mouvements, et sont rarement parfaitement hermétiques. Ce sont avant tout des actes performatifs, symboles de contrôle territorial, de séparation, de distinction entre ce qui est désirable, et ce qui est hostile. Le mur peut aussi être symbole d’insécurité, une façon de reprendre un pouvoir qu’on sent filer entre nos doigts. Dans le contexte de la mondialisation et de la suppression de divers types de frontières, les murs semblent être une façon de réinstaurer les limites perdues. Est-ce un succès assuré? C’est une question ouverte que l’on pose à l’audience. Pourtant, l’idée de construire des murs semble en effet de moins en moins populaire. Selon un sondage Rasmussen, en 2010, 68% des citoyens américains étaient pour la construction d’un mur à la frontière du Mexique. En 2017, plus de la majorité d’entre eux, 61%, s’y opposaient.

Kenneth Madsen

L’être à l’extérieur

Sur les deux jours où se déroulait le colloque, tous ont pu assister à diverses conversations en panel, touchant différents aspects du thème des frontières mondiales ; les murs comme symboles, comme marques d’identité, comme obstacles à la mobilité, comme outils de sécurité, leur lien avec les communautés autochtones… Lors d’une conférence intitulée « Les frontières du 21ème siècle », Matthew Longo, professeur de science politique à l’université de Leiden, livre à l’audience sa présentation nommée « Ways of seeing ». Son objectif ? Non seulement de faire l’étude de  la façon dont les populations perçoivent les murs, mais aussi comment ces murs nous perçoivent, nous.

Un mur frontalier, selon l’intellect humain, c’est une division artificielle, un obstacle qui décourage, parfois un espace d’incarcération, ou même une toile vierge sur laquelle s’exprimer, nous explique M. Longo. Mais pour une frontière, que sommes-nous? Chaque individu qui se situe à l’extérieur de celle-ci est indésirable, une menace. Avec les technologies de détection d’aujourd’hui, un corps à l’extérieur est simplement un Autre générique, une entité que l’on rejette. Le but: filtrer, attirer et garder le profitable et laisser dehors le mauvais. Le professeur cite Simone de Beauvoir, qui dans Le Deuxième Sexe, déclarait que « l’homme représente à la fois le positif et le neutre, au point qu’on dit en français « les hommes » pour désigner les êtres humains » ; selon lui, aujourd’hui, il est acceptable de dire que ce sont les Blancs qui constituent ce « neutre ». Lorsqu’un individu cherche à rentrer dans un pays pour la première fois, il est analysé d’une façon biométrique, mais aussi biographique ; nous cherchons à savoir ce qu’il·elle est au moment présent, mais aussi ce qu’il·elle pourra devenir, et si cette perspective est assez satisfaisante pour lui permettre le passage.

Réactions et engagement

Le nombre de murs dans le monde ne fait qu’augmenter. Les causes de ce renforcement ont varié selon les décennies, nous explique-t-on ; « ces régimes de sécurité » visent d’abord l’arrêt de l’immigration, jusqu’aux années 1970, puis la halte aux drogues , au cours des années 1980-1990. Pendant les années 2000, ils ont avant tout pour objectif de stopper le terrorisme. Et aujourd’hui? Il semblerait que le cycle repart depuis le début, résultat d’une panique, ou du moins d’une inquiétude morale généralisée. L’enjeu semble, de nos jours, immense, par la façon dont il concerne tout le monde, et paraît toutefois contrôlé par des institutions inaccessibles. Il comporte des questions complexes, et paraît éloigné de soi. Pourtant, l’évènement organisé à l’UQAM montre comment il est possible de se reconnaître comme concerné, et de retrouver sa place dans les discussions et les réflexions sur le sujet. Ainsi, chacun y est libre d’apporter sa contribution.

Dans la salle commune sont affichées une diversité de photographies prises des murs les plus impressionnants du monde. Y sont projetés quatre documentaires, dont deux produits par des Québécois. L’un d’entre eux, intitulé Destierros, signifiant exil en espagnol, retrace le parcours de migrants mexicains vers les États-Unis et le Canada. Susan Harbage Page, Professeure d’études sur les femmes et le genre à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, livre une performance qu’elle a nommée Erasing the Border, où celle-ci estompe peu à peu la frontière du Mexique et des États-Unis sur une grande carte, munie d’un micro qui amplifie les sons de gomme à effacer. Lorsqu’elle termine, celle-ci invite l’audience à s’interroger sur les sources de nos frontières d’aujourd’hui ; les frontières de nos territoires, mais aussi celles instaurées par nos normes sociales, qui démarquent les genres, les ethnies. Peut-être, selon elle, est-il temps de repenser ces logiques binaires, et de se demander à qui elles profitent encore.


ERRATUM : La version précédente du présent article mentionnait Andrew Welsh-Huggins en crédit photo. Les crédits reviennent à Kenneth Madsen. Le délit regrette cette erreur.

 
Sur le même sujet: