L’intégrité journalistique: un oxymore? – Le Délit
L’intégrité journalistique: un oxymore?
Par · 10 avril 2018
Comment la dictature de l’opinion opprime la vérité.

Maintes fois soulevés dans le climat politique actuel des États-Unis, les faits alternatifs s’inscrivent tout à fait dans le courant de l’anti-intellectualisme, qui signifie plus exactement le refus de recon- naître la prééminence de l’intelligence et la valeur des sciences, selon le Larousse. Les nombreux propos hostiles véhiculés par Trump et ses partisans à l’endroit des médias, entre autres, en sont des exemples concrets. L’anti-establishment et l’anti politiquement correct, à l’avant-plan du discours politique de l’actuel président, instaurent un sentiment de méfiance envers les instances promouvant la factualité. Ce faisant, des opinions, traitées comme de l’information, sont tenues pour vraies par bon nombre de personnes.

L’opinion et le fait

L’omniprésence de l’opinion dans l’espace public soulève une interrogation importante: L’opinion devrait-elle primer dans le débat? Aux dires de Platon, la réponse est non. Cette affirmation peut en offusquer certains, mais elle est essentielle à la préservation de la vérité. En effet, s’il ne faut retenir qu’une chose de la célèbre allégorie de la caverne du philosophe, c’est que la connaissance doxique (du grec doxa) que l’on traduit par «opinion» est en opposition à la connaissance intelligible. Sans vouloir faire de raccourci et toujours selon Platon, une opinion est donc une croyance non fondée, tandis qu’une connaissance intelligible est le résultat d’une analyse cohérente.

L’omniprésence de l’opinion dans l’espace public soulève une interrogation importante: L’opinion devrait-elle primer dans le débat ?

Quant au droit à l’opinion, fondement indissociable de toute démocratie, il ne légitime toutefois pas la propagation de discours truffés d’inepties. Une opinion est discutable, alors qu’un fait est probant: un fait se vérifie et il témoigne de la réalité. Une opinion, même d’une personne possédant une certaine notoriété n’en demeure pas moins qu’une vision personnelle, qui peut ensuite être partagée par plusieurs. Mais ce n’est pas parce qu’un groupe partage la même opinion que cela fait force de preuve.

La poursuite opposant Deborah Lipstadt et David Irving illustre parfaitement la dichotomie entre l’opinion et le fait. Lipstadt, une historienne américaine de confession juive affirmait dans son livre: Denying the Holocaust: The Growing Assault on Truth and Memory, que l’auteur David Irving était l’une des figures les plus dangereuses du négationnisme de la Shoah. En 1996, à la suite de la publication du livre, Irving accuse Lipstadt de diffamation. Celle-ci se retrouve alors soumise au fardeau de la preuve puisque dans le droit anglais, dans une accusation de diffamation, le propos en question est considéré diffamatoire jusqu’à preuve du contraire. Pour sa défense, elle eut donc la lourde tâche de démontrer qu’Irving déformait délibérément la vérité. Autrement dit, elle devait prouver l’extermination systématique des Juifs par les nazis. Le jugement de cette affaire conclut qu’aucun historien objectif et juste d’esprit n’aurait nié la présence de chambres à gaz à Auschwitz à moins d’être raciste, en plus de soutenir que la thèse d’Irving était contraire à l’évidence historique. Car si l’on peut tout dire, on ne peut s’attendre à ne pas être tenu responsable de nos mensonges.

Et les médias dans tout ça?

À une ère où l’on présente souvent l’opinion comme de l’information, quel rôle les médias et les journalistes jouent-ils par rapport à la factualité? Sont-ils complices de sa dévalorisation?

Il serait facile de dresser un portrait caricatural et sans profondeur de la question en accusant certains individus de la scène médiatique de l’affaissement de la quête
de vérité. L’on pourrait songer à des plateformes traditionnellement populistes, mais cette approche ne réduirait-elle pas le phénomène à des cas plus isolés? Et si l’opinion s’était sournoisement immiscée même dans les plus réputés des médias?

Zèle ardent

L’humain étant d’abord un être sensible, l’objectivité, dont le journalisme se veut gardien, est sans cesse ébranlée. On assiste alors à une contradiction entre la mission d’information des médias et leur couverture sensible de l’actualité. Pensons par exemple à deux individus issus de deux milieux différents qui seraient confrontés à la même situation. Leur conception respective de celle-ci serait évidemment distincte et, par le fait même, tel le serait leur compte-rendu.

Malheureusement, c’est en priorisant parfois le sensationnalisme, soit dans le ton ou dans les faits, que les médias de masse réussissent à susciter l’engouement pour leur réseau

Pour appuyer sa critique du prosélytisme journalistique, Bruno Donnet, journaliste français et titulaire d’une maitrise «Information et Communication» de l’Université Paris III, a observé la couverture télévisuelle française du Brexit. Son constat reposait essentiellement sur le ton dramatique employé par les journalistes pour parler de l’issue du référendum, avec des expressions comme: implosion, erreur, catastrophe, coup d’arrêt, terrible décision, échec tonitruant. Il notait aussi que la majorité des journalistes français, dont il fait d’ailleurs partie, est pro-européenne. Ce faisant, l’information transmise au public reflète les opinions des journalistes, prisonniers de leurs émotions. Il constatait par ailleurs un phénomène intéressant, c’est-à-dire la sous-représentation de l’opinion publique dans les principales chaînes télévisées françaises. Contrairement à la communauté journalistique, la population était partagée quant au résultat du Brexit. Pourtant, les parties se réjouissant de l’issue du vote n’ont été que peu médiatisées.

Le défi de l’intégrité

Pour qu’ils demeurent crédibles et évitent d’être victimes du cynisme du public concernant leur traitement de l’information, plusieurs médias de masse se soumettent au principe de l’intégrité journalistique. Dans son code de conduite, Radio-Canada présente l’intégrité comme la défense de ce qui est juste. Mais qu’est-ce qui nous garantit que les médias agissent véritablement pour la sauvegarde de l’intérêt public? Dans une conception très particulière de l’intérêt public, il est question de la primauté du fait par rapport à l’opinion, plus précisément.

Toutefois, devant l’abondance nouvelle de plateformes médiatiques et de contenus informatifs, les journalistes sont dorénavant confrontés au défi additionnel de capter l’attention du public. Malheureusement, c’est en priorisant parfois le sensationnalisme, soit dans le ton ou dans les faits, que les médias de masse réussissent à susciter l’engouement pour leur réseau.

Il existe pourtant toujours la possibilité d’une démarche rigoureuse derrière la profession de journaliste, malgré les réserves que j’ai exprimées plus tôt. Il suffit d’observer les enquêtes de fond par Katia Gagnon et Stéphanie Vallet concernant les inconduites sexuelles d’Eric Salvail. De passage à l’émission Tout le monde en parle l’automne dernier, Mme Gagnon a admis avoir travaillé sur le dossier depuis trois ans déjà et que l’affaire Weinstein a ranimé l’enquête. L’on pourrait également penser au dossier sur la pédophilie des prêtres catholiques par le Boston Globe, qui a inspiré le film Spotlight.

Mais qu’est-ce qui nous garantit que les médias agissent véritablement pour la sauvegarde de l’intérêt public ?

Alors, à mon titre sensationnaliste, je réponds: non. L’intégrité journalistique n’est pas un oxymore. J’ai l’intime conviction que pour la vaste ma- jorité des journalistes, la quête de vérité demeure au cœur de leur mandat et qu’elle est source de fierté personnelle.

 
Sur le même sujet:
27 septembre 2016
5 novembre 2013