Élections AÉUM: v.-p. Vie étudiante – Le Délit
Élections AÉUM: v.-p. Vie étudiante
Par · 17 mars 2018
Le Délit a rencontré Sophia Esterle, seule candidate pour le poste de v.-p. Vie étudiante de l’AÉUM.
Image par Claire Grenier

Étudiante en deuxième année en double majeure de Maths et Littérature anglaise, Sophia Esterle est la seule candidate au poste de vice-présidente (v-p, ndlr) à  la Vie étudiante de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM, ou SSMU en anglais, ndlr). Ce·tte dernier·ère s’occupe de la liaison entre l’AÉUM et les différents clubs qui la compose. Sa campagne tourne autour de son désir de remodeler les services de santé mentale couramment disponibles à McGill, tout en les rendant plus accessibles. Sophia porte aussi beaucoup d’importance à l’intérêt qu’ont les étudiant·e·s pour l’AÉUM; à travers une meilleure communication, elle espère pouvoir permettre aux étudiant·e·s de se sentir plus impliqués au sein de leur association.

Le Délit (LD): Pourquoi as-tu décidé de te présenter pour être v.-p. Vie étudiante de l’AÉUM?

Sophia Esterle (SD): Au départ je n’avais pas planifié de me présenter. Mais j’ai été choquée de voir que personne ne se présentait à cette position qui a mes yeux est tellement importante. La santé mentale me passionne, j’ai eu beaucoup de problèmes avec ma propre santé mentale en première année et j’ai malheureusement pu voir à quel point les ressources sur le campus sont insuffisantes.  À cause de mon histoire personnelle, je veux voir les choses changer. Je suis consciente que le portefeuille du v.-p. à la Vie étudiante ne se concentre pas que sur la santé mentale, mais c’est un point important sur lequel je veux me concentrer sans pour autant effacer les autres aspects de cette position.

LD: Pourquoi ferais-tu une bonne v.-p. Vie étudiante? 

SD: Encore une fois, de par le fait que je me sens autant concernée par la santé mentale, je sais que je vais mettre mon temps et énergie pour qu’il puisse y avoir des changements. Je fais partie du comité de l’équité de l’AÉUM et j’ai été Spirit Representative durant ma première année à la résidence Douglas.  Je sais que je n’ai pas la même expérience que les autres candidat·e·s, mais je suis prête à faire les efforts nécessaires pour rattraper mon retard et pouvoir me dévouer corps et âme à cette position.

LD: Que penses-tu du manque d’intérêt pour la politique étudiante de la part des étudiant·e·s à McGill?

SE: Je pense que c’est justifié, je trouve que récemment l’AÉUM n’a pas été une entité qui a aidé les personnes marginalisées. On peut voir d’ailleurs cette année qu’il y a moins de diversité dans les candidat·e·s se présentant aux élections. Cependant, j’espère pouvoir changer ce manque d’intérêt si je suis élue à ce poste.

LD: Comment penses-tu qu’il serait possible de rehausser l’intérêt pour la politique étudiante? 

SE: Il y a un désintérêt car les gens pensent que la situation ne fait qu’empirer mais c’est en changeant cette perception que l’intérêt augmentera. Si je suis élue au poste de v.-p. a la Vie étudiante, je veux favoriser une communication ouverte avec les étudiant·e·s pour permettre de créer un rapprochement avec les étudiant·e·s qui permettra d’instaurer une confiance au sein de l’association.

LD: Quel est l’aspect du poste de de v.-p. Vie étudiante que tu trouves le plus important?

SE: Pour moi, c’est vraiment la santé mentale. Encore une fois, je reconnais que le poste de v.-p. Vie étudiante a aussi d’autres aspects. Mais après tout, travailler avec les clubs et associations c’est aussi faire en sorte que les ressources nécessaires pour que les étudiant·e·s puissent avoir un équilibre entre vie sociale et vie académique qui est saine.

LD: Quel sera ton plus grand défi à ce poste selon toi?

SE: Je pense que mon plus grand défi sera de gérer la taille de la tâche qui m’attend. Je suis consciente de la charge de travail que j’aurai si je suis élue mais je veux vraiment essayer de créer une relation individualisée avec chaque association. De plus, avec le changement de bâtiment, je sais que la charge de travail augmentera encore plus.

Cette entrevue a été réalisée en français.

 
Sur le même sujet: