Un appel à l’espoir
Par · 14 février 2018
Charles Dantzig analyse la haine pour mieux y faire face.
Image par Niels Ulrich

Ferdinand, son père le député Furnesse, Pierre l’écrivain, Ginevra, Armand et Aaron, ainsi que la belle Anne sont les personnages qui composent Histoire de l’Amour et de la Haine.  Autour de ces individus, vivant dans un Paris déchiré entre les manifestations pour et contre le mariage pour tous, s’articule l’analyse de Charles Dantzig. Il aborde grâce à eux certains aspects de la vie de tous les jours, de la sexualité, de l’attirance et de l’amour.

Un manuel de survie

Charles Dantzig s’éloigne des codes du roman traditionnel afin de nous offrir un véritable mode d’emploi pour faire face à la société. Il rompt avec la forme classique et utilise le fil narratif afin d’aborder différentes thématiques. Ainsi le récit n’est pas uniquement concentré sur une chronologie et des personnages, mais se sert d’eux  pour décrypter un éventail de grands concepts comme l’amour, les héros, les objets. Il divise cette approche en sous-parties telles que les injures, ou encore le miroir de la laideur et l’usage des chaises. Une forme pareille pourrait sembler difficile à appréhender pour le lecteur, pourtant Dantzig parvient à créer des personnages munis d’une personnalité forte et distincte, qu’on découvre sans détours, marqués par le langage parfois cru des thèmes abordés. Les situations banales sont rendues captivantes par l’interprétation qu’en font les personnages. Nous, lecteurs, sommes plongés dans ces situations, approfondies par de régulières précisions de l’auteur au fil du texte telles que «odeur forte» ou encore «nappes à carreaux», qui peuvent paraitre futiles mais qui apportent une profondeur au récit.

Un monde d’amour et de haine

À travers tous ces concepts, Charles Dantzig traite la question plus large de la construction de l’identité et de l’acceptation de soi. L’amour, essentiel à ce processus, nous est apporté par la famille, les amants, les amis, les inconnus. La haine, omniprésente également dans cette construction, provient de ces mêmes personnes. C’est ce que nous font comprendre les personnages. Ferdinand, le plus jeune d’entre eux, n’est qu’au commencement de son processus. Il explore sa sexualité, dans l’ombre de l’homophobie virulente de son père, connait ses premières déceptions et fait face à la haine. Dantzig permet à ce personnage d’exprimer toute sa stupeur et son désarroi: «C’est inouï de découvrir qu’on est gay; les autres arriveront à l’âge adulte avec une éducation adaptée, les moyens de se servir de la société, nous devons tout apprendre».

Armand et Aaron, plus âgés, sont quant à eux plus avancés dans leur développement personnel. Ils illustrent le plus beau rôle que peut prendre l’amour dans la construction et représentent en quelque sorte un idéal. Ils sont l’opposé, ou plutôt la version idéale de ce qu’est le personnage de Ferdinand.

Histoire de l’Amour et de la Haine apporte ainsi une analyse délicate et élégante de la vie dans un monde souvent haineux. Sans basculer dans la stigmatisation, Charles Dantzig crée des personnages loin d’être des caricatures, auxquels il est facile de s’identifier. Ce livre n’est pas uniquement une simple travail d’observation, mais plutôt un appel à continuer à lutter contre la haine.

 
Sur le même sujet:
4 octobre 2016
4 octobre 2016
15 novembre 2016