De l’inégalité parmi les régimes – Le Délit
De l’inégalité parmi les régimes
Par · 16 janvier 2018
La consommation de viande dans une perspective historique.
Image par Nate

La consommation de viande, bien qu’elle eût été et qu’elle soit encore assez présente dans les mœurs des sociétés humaines, ne sera qu’une relique du passé dans un avenir pas si lointain. C’est du moins ce que l’on doit espérer si l’on veut au maximum éviter l’effondrement de la société globale contemporaine. En effet, que ce soit du point de vue de la santé des individus ou encore des dommages environnementaux, la production de viande est un fardeau que l’humanité aura de plus en plus de mal à porter dans les années à venir. Un choix s’imposera alors: préserver ces pratiques par habitude et confort, ou les modifier, parfois drastiquement, afin de  s’adapter au nouvel environnement bouleversé par les changements climatiques.

Pourtant, nous sommes chanceux: l’Histoire nous offre quelques exemples témoignant de la nécessité  de s’adapter aux nouvelles réalités par des changements drastiques. En ce sens, l’exemple de l’île  polynésienne de Tikopia illustre magnifiquement cette idée. Il sera question d’un retour historique sur le rôle de la consommation de viande et sur l’importance d’un régime alimentaire adapté pour la survie des sociétés.

Un régime adapté

D’un point de vue anthropologique, il est indniable que la consommation de viande a eu un rôle très important dans le développement des sociétés telles qu’on les connait aujourd’hui, ne serait-ce que pour l’apport protéinique qu’elle assurait. Il faut toutefois éviter de se représenter de manière romantique les populations du passé.  En effet, celles-ci n’avaient pas                               nécessairement un régime équilibré. Comme l’explique le  bio-anthropologiste Jared Diamond dans son essai De l’inégalité parmi les sociétés, même en dehors des famines, certaines sociétés étaient condamnées par leur environnement à un régime carencé d’une manière ou d’une autre. Chaque peuple fait du mieux qu’il peut avec les connaissances dont elle dispose à une époque donnée. En ce sens, ce n’est pas parce qu’une population avait accès à de la viande qu’elle était nécessairement en bonne santé selon les critères actuels. L’important consistait plutôt au choix  d’un régime le plus adapté possible au mode de vie et cela dans l’ultime but de permettre à ces sociétés de survivre assez longtemps afin d’élever la prochaine génération. Ainsi, s’il semblait pertinent de consommer de la viande à une époque où les connaissances en diététique étaient à peu près inexistantes et que cet aliment constituait un apport sûr en protéines, cela n’est plus nécessaire ni même adéquat pour la majorité de la population mondiale contemporaine, compte tenu des effets de la viande sur la santé des individus et sur l’environnement. Il existe même une société « primitive » ayant déjà fait le constat du caractère inadéquat de la production de viande: l’île de Tikopia.

« Il n’est pas exagéré d’affirmer que l’époque contemporaine est l’une des périodes qui est et qui sera parmi les plus déterminantes de l’histoire de la civilisation humaine »

L’exemple de Tikopia

Tikopia est une île polynésienne peuplée depuis plus de 3000 ans et n’ayant jamais abrité plus de 2000 habitants en raison de sa faible superficie —seulement 5 km2. Dans un tel contexte, il n’est pas exagéré d’affirmer que les actions d’un individu peuvent immédiatement avoir un impact sur l’ensemble de la communauté de l’île. Historiquement, les Polynésiens arrivés sur l’île se nourrissaient de plantations de noix, de l’élevage des porcs et de la pêche. Au fil des générations, les réserves de  poissons se faisant moins nombreuses, les habitants ont donc intensifié l’élevage porcin sur l’île afin de continuer d’assurer leur apport protéinique. Pourtant, les Tikopiens, environ 2000 ans après l’arrivée de leurs ancêtres sur l’île, prirent une décision pour le moins radicale: ils abattirent délibérément tous les porcs de l’île. Dans un autre essai de Jared Diamond, Effondrement, l’anthropologue y décrit les motivations des Tikopiens : « D’après les récits des Tikopiens, leurs ancêtres avaient pris cette décision parce que les cochons saccageaient les jardins, consommaient une partie de la nourriture qui aurait pu alimenter les humains, ne constituaient pas un moyen de subsistance rentable pour les humains […] et parce qu’ils étaient devenus un met de luxe réservé aux chefs. ». Comment ne pas y voir les mêmes arguments qui pèsent aujourd’hui contre la consommation de viande, voire contre la consommation de produits animaliers en général? Bien que les Tikopiens n’avaient probablement pas les connaissances diététiques des effets néfastes de la consommation de viande sur la santé—risque accru de cancer du côlon, de diabète, etc — ils avaient néanmoins déjà compris l’impact écologique considérable de l’élevage animal. 

L’îlot planétaire

Certains pourraient objecter à l’exemple de Tikopia qu’il n’est pas représentatif de la réalité contemporaine. En effet, au premier abord, il peut paraître saugrenu de comparer la situation d’une île de 1200 habitants avec celle d’un ensemble de sociétés complexes rassemblant sept  milliards d’individus de toutes origines. Pourtant, des parallèles intéressants peuvent surgir d’une telle comparaison. En effet, à l’époque de la mondialisation, les sociétés sont de plus en plus interdépendantes et où les actions d’une communauté en Amérique du Nord peuvent avoir des effets majeurs sur des populations en Asie du Sud-Est. De ce fait, il est pertinent, voire nécessaire de considérer la population de la Terre comme faisant partie d’une seule grande société —du moins du point de vue écologique— tout comme l’est la communauté de Tikopia. Ainsi, il est fondamental de trouver un régime, ou une variété de régimes, adapté à cette grande société mondialisée. Ce n’est pas parce que les sociétés les plus riches ont les moyens de se nourrir de viande au détriment des sociétés les plus pauvres qu’il est justifié de les laisser agir ainsi. De même, ce n’est pas parce que toutes les sociétés ont les moyens de se nourrir de viande au détriment de l’environnement global qu’il faudrait promouvoir le laisser-faire au nom de l’égalité et de la liberté individuelle de chaque société.

De l’avenir humain

Le végétalisme s’impose alors comme l’un des régimes le plus adaptés à l’époque contemporaine ne serait-ce que par son efficacité énergétique supérieure aux produits animaliers en général —rappelons que le ratio de production de viande est d’environ 1/3 par rapport aux ressources céréalières nécessaires, sans compter les effets moins importants sur l’environnement —rappelons que la production d’un kilogramme de viande nécessite environ 16 000 litres d’eau potable, sans oublier les émissions importantes de GES (gaz à effet de serre, ndlr) dues aux élevages bovins et porcins et la déforestation causée par le besoin de nouvelles terres agricoles. Il n’est pas exagéré d’affirmer que l’époque contemporaine est l’une des périodes qui est et qui sera parmi les plus déterminantes de l’histoire de la civilisation humaine. En effet, la société planétaire, telle qu’elle existe depuis l’accélération de la mondialisation, fait face à d’énormes problèmes écologiques qui, à plus forte raison, vont s’aggraver au cours des prochaines décennies et qui peuvent mener à l’effondrement de la société moderne s’ils ne sont pas pris en charge rapidement. Il est ainsi primordial de procéder à des changements en profondeur du fonctionnement de la société actuelle. L’un de ces changements consiste en l’adoption à grande échelle du végétalisme pour toutes les raisons mentionnées précédemment. Il en va de l’avenir humain.

 
Sur le même sujet: