Un loyer, mais à quel prix?
23 juin 2017 - Image par Monloyer.quebec
Le lancement du site monloyer.québec répond à la demande de transparence dans les baux résidentiels.

Avec le 1er juillet qui approche, nous sommes nombreux à déménager dans un nouvel appartement. C’est aussi l’occasion pour de nombreux propriétaires de modifier les prix de leurs logements, profitant du changement de locataires pour les monter. Afin de diminuer ces éventuels abus, un organisme à but non-lucratif a lancé le projet monloyer.quebec.

«Le site permet de répondre à une question principale: combien coûte réellement un logement dans mon quartier?» explique Luis Nobres, l’un des instigateurs du projet. «Notre but est de permettre au locataire de faire des choix éclairés en matière de logement, mais aussi de faire avancer l’état des connaissances au bénéfice de tout le monde» continue son collègue Julien Fortier. Pour y arriver, le site propose aux utilisateurs d’enregistrer le coût mensuel de leur logement, auquel ils peuvent ajouter des détails comme les frais d’électricité et de gaz, le droit aux animaux et l’ameublement fourni.

Avec l’aide de la coopérative numérique Caravan, les fondateurs de monloyer.quebec ont créé une carte interactive sur laquelle apparaissent des points bleus. En cliquant sur ceux-ci, des informations spécifiques concernant le logement sélectionné et des statistiques générales s’ouvrent à l’écran. «Nous voulions une plateforme simple et ludique pour que des utilisateurs de toutes les générations puissent consulter des logements sans difficulté.»

Rappelons qu’à Montréal, plus du tiers des ménages consacre au moins 30% de leurs revenus à se loger. «Comment se fait-il qu’on puisse comparer les prix d’à peu près tous les produits, sauf la dépense la plus importante — et qui est récurrente chaque mois» explique Nobres. C’est afin de répondre à ce manque de transparence dans le milieu immobilier que ce site fut conçu. À noter qu’avec la Régie du logement, il est présentement possible de renégocier un bail dans les dix jours suivant l’installation dans un nouveau logement si le locataire se rend compte que son loyer est trop élevé.

Hans Brouillette de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) a déclaré que l’archivage et le partage d’informations quant aux coûts du logement étaient illégaux. «Ce site fournit des informations personnelles et confidentielles à propos de nos baux, de nos loyers et de nos revenus» a-t-il dit à CTV. D’autres propriétaires pointent aussi l’impossibilité de s’assurer de la véracité des informations disponibles sur ce site. Les responsables de monloyer.quebec ont déclaré travailler sur une méthode de vérification plus sérieuse que celle présentement en place — seule une adresse courriel valide suffit —, par preuve de bail notamment.

Le rapide succès du site monloyer.quebec laisse néanmoins penser que cette initiative répond à une demande forte dans le milieu du logement. Avec plus de deux mille loyers étaient déjà inscrits, le site pourrait rapidement devenir un incontournable au moment de se chercher un nouvel endroit où vivre.

 
Sur le même sujet:
27 janvier 2015
4 février 2014