De la contestation à bicyclette
21 juin 2017 - Image par William Leroux
La masse critique à vélo a congestionné les rues à la veille du Grand Prix, exprimant leur insatisfaction face à l'événement automobile.

Une cinquantaine de cyclistes ont déferlé sur la rue Maisonneuve et les environs vendredi le 9 juin pour manifester contre le Grand Prix. Organisé par Virginie Nanchang et Renaud Poupart, l’événement reprenait le concept de la masse critique, cette rencontre plus ou moins spontanée entre individus voulant manifester à bicyclette pour dénoncer divers problèmes écologiques. «La masse critique rejoint trois groupes: les activistes/écologiques, les cyclistes de tous types et tout ce qui à trait aux dénonciations de l’objectivation des femmes en lien avec la course automobile» dit l’organisatrice, en parlant plus spécifiquement de cette manifestation. Cela se veut aussi une occasion de festivités pour la plupart, qui y voient une rencontre amicale entre passionné·e·s de vélo.

Cette initiative citoyenne s’attaquait au «véritable culte de la voiture, un culte du moteur à essence» que l’on retrouve dans les rencontres automobiles. Avec cette dénonciation précise en tête, les cyclistes plaidaient en faveur d’une réévaluation de cet événement touristique. «Nous sommes en faveur du plaisir du Grand Prix, mais les gens qui sont attirés autour de ces événements ne participent pas d’une conscience écologique» explique Virginie Nanchang. Montréal participe déjà à cette dynamique plus écologique, en organisant cette année une course de formule E (électrique). La ville a toutefois dû débourser des montants de vingt-quatre millions de dollars pour l’événement, comparativement aux autres grandes villes participantes qui n’ont eu aucune dépense.

La masse critique se prononce aussi sur l’exploitation des femmes, qui «sont présentées et utilisées comme un objet de consommation et de promotion dans le cadre du Grand Prix.» Avec l’appui de l’organisme Stella, l’événement se prononce en faveur d’un choix libre et éclairé du travail du sexe: «Il est important qu’il y ait des organismes, des groupes, une discussion autour du fait qu’on doit aider les personnes qui veulent sortir du travail du sexe. Ceux qui veulent y rester, ou ceux qui y sont encore mais qui veulent le quitter, sont aussi des êtres humains qui ont droit au respect.» D’autres organismes ont, quant à eux, dénoncé toute forme d’exploitation sexuelle. L’augmentation de l’offre de ce genre de service coïncide avec le fort nombre de touristes en ville durant ce week-end.

Le dernier point soulevé par l’événement est économique. En effet, les chiffres du Grand Prix seraient gonflés par trois, selon les organisateurs. «En comparant notre événement avec le Grand Prix de Melbourne, qui est de la même ampleur, on remarque que les retombés de Melbourne sont autour de 32,6 millions de dollars, alors que Tourisme Montréal parle de 89,3 millions.» Considérant le nombre important de subventions gouvernementales déposées dans ce projet — une somme totale 219 millions de dollars pour la période 2014-2024, provenant de contributions de divers paliers gouvernementaux et de Tourisme Montréal —, la masse critique cherche à dénoncer ces dépenses faramineuses pour ce seul événement.

Somme tout moins agressif que sa version de l’été 2012, «On va vous l’organiser votre Grand Prix!», la masse critique à vélo du 9 juin 2017 s’est déroulé dans une ambiance festive et contestataire. Les rues prises d’assaut par les cyclistes ont résonnées sous leurs revendications, offrant une vue prenante sur les problèmes entourant le Grand Prix de Montréal.

 
Sur le même sujet: