Tempête dans un verre d’eau
21 mars 2017 - Image par Mahaut Engérant
La collectivité territoriale française de Saint-Pierre et Miquelon était en élection.

Étant une collectivité territoriale française, l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon, situé au large des côtes terre-neuviennes, est doté d’un statut particulier. En effet, l’archipel est géré en partie par le Conseil territorial, composé de dix-neuf membres élus pour cinq ans, et mené par un président. Il intervient directement auprès de l’État français sur les questions de l’économie locale et de son développement. C’est ce conseil que les Saint-Pierrais et Miquelonnais ont dû élire ce dimanche.

Deux listes en lice

Compte tenu de la population peu nombreuse de l’archipel, deux listes étaient présentées à ces élections. Celle d’Archipel Demain, menée par le président sortant Stéphane Artano, s’inscrit dans la continuité de la politique menée sur ces îles depuis maintenant onze ans. Il s’agit là de continuer les projets entrepris, en mettant l’accent sur le développement maritime, nécessaire au développement économique.

De l’autre côté, Cap sur l’Avenir a la volonté d’apporter un vent de fraîcheur à l’archipel, avec à sa tête Matthew Reardon (qui se présente pour la première fois). Est-ce que ce renouveau pourrait faire avancer les îles après onze ans sous la présidence d’Artano?

Quelles sont les différences?

En surface, les programmes des deux partis sont très similaires: accent principal sur le développement maritime, la jeunesse, l’attractivité culturelle, sportive et touristique, liée au développement des infrastructures prévues à cet effet, en sont les principaux enjeux. En revanche, force est de constater que c’est au niveau des composantes des listes que la divergence se crée: Archipel Demain est fièrement menée par Stéphane Artano en tant que leader, alors que celle de Cap sur l’Avenir semble moins hiérarchique. De plus, la jeunesse semble plus s’intéresser aux propos de Cap sur l’Avenir, qui a fait de cet électorat une priorité.

Comment choisir?

Toute la semaine, les campagnes ont battu leur plein. Le problème de l’archipel est que tout le monde se connaît:dès qu’il est question de voter, il est clair que les affinités jouent un rôle clef. De toute évidence, la population tenterait à voter Archipel Demain grâce aux actions faites lors du mandat précédent, sécurisant certaines garanties d’emploi (notamment grâce à la politique des transports maritimes).

Cap sur l’Avenir, n’ayant pas encore eu sa chance sur la scène politique saint-pierraise, n’a pas ce soutien de la part des locaux. Cap sur l’Avenir a donc fait campagne en mettant l’accent sur les divergences avec le programme d’Archipel Demain, tout en proposant aussi un programme plus accessible: moins chiffré que celui de Stéphane Artano, il est donc moins abstrait pour une partie de la population, notamment la jeunesse, qui entre peu à peu dans la sphère politique par l’intérim de ce parti.

À la veille des élections présidentielles françaises, l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon a donc choisi le ton à prendre quant aux questions de gestion locale du territoire, en élisant Archipel Demain  avec plus de 70% des voix, pour guider le développement des cinq années à venir. 

 
Sur le même sujet:
14 février 2017
19 septembre 2017