Difficile exercice du pouvoir
30 novembre 2016 - Image par Courtoisie des RIDM
Claire Simon nous laisse entrevoir les coulisses du concours d’entrée de la Fémis.

Nombreux sont ceux étant amenés à passer des examens de sélection au cours de leur vie mais peu en connaissent les rouages. Après Le bois dont les rêves sont faits, Claire Simon nous fait découvrir l’envers du décor des concours d’admission avec son nouveau documentaire, Le concours, présenté dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal. Enseignante à la Fémis, prestigieuse école de cinéma française, la réalisatrice a filmé les coulisses de son concours d’entrée extrêmement sélectif: sur les mille candidats, seule une trentaine d’élèves est admise chaque année. Claire Simon adopte le point de vue du comité de sélection et livre une exploration brillante du processus de sélection des aspirants cinéastes.

Les dessous d’une épreuve

Afin de différencier les enseignants des jurés, la Fémis a mis en place un comité de sélection dont les membres sont extérieurs à l’établissement. Journalistes culturels, réalisateurs et producteurs s’attèlent donc à la tâche difficile de choisir les futurs acteurs du cinéma français. Le documentaire suit leurs évaluations des épreuves écrites, orales et pratiques des jeunes cinéastes en devenir. Claire Simon suit inlassablement leurs discussions interminables, et leurs querelles quant aux candidats qui défilent et dont ils tiennent l’avenir professionnel entre les mains. Sa caméra capte sans relâche les hésitations et les doutes de ces individus dotés soudainement d’une responsabilité égale aux espoirs immenses des nombreux candidats.

Le concours propose une réflexion tout en contraste sur les processus de sélection et les rapports de pouvoir qu’ils impliquent. Si certains membres du jury portent des jugements sans appel sur les candidats, d’autres semblent démunis face aux responsabilités que leur position de juge leur confère.  Parfois drôles, souvent cinglants, leurs jugements nous laissent entrevoir un univers peu exploré au cinéma, et où se jouent pourtant de véritables conflits moraux et émotionnels. Claire Simon parvient à nous tenir en haleine jusqu’au dénouement final. Plus le nombre de candidats se restreint, plus la tension et le suspens s’installe.

Le documentaire touche également habilement à la question de la reproduction sociale dans le monde artistique. Une scène marquante se penche sur la délibération des jurés quant à la décision à prendre sur un candidat prometteur mais appartenant à un milieu social moins favorisé que celui de la majorité des étudiants de l’école. Les esprits s’échauffent, les disputes éclatent entre ceux qui veulent lui «donner sa chance» malgré tout et ceux qui craignent qu’il ne parvienne pas à s’intégrer en raison de ses origines sociales. Tapie entre les jurés, la caméra de Claire Simon touche au cœur du problème.

La sensibilité hors pair du regard de Claire Simon offre une vision tout en nuances de ce concours, des enjeux qui l’entourent et des drames du quotidien qui s’y jouent. La réalisatrice parvient à rendre son sujet étonnamment palpitant et touchant. Les concours de sélection deviennent bien plus agréables quand on les vit en spectateur.

 
Sur le même sujet:
28 novembre 2016
15 novembre 2016