Au service de la caméra
8 novembre 2016 - Image par Felipe Collado
Youcef Beghdadi incarne les espoirs de la relève du cinéma montréalais.

Youcef Beghdadi est un jeune réalisateur et producteur. Alors qu’il est tout juste en début de trentaine, il a lancé sa propre boîte de production. S’il est très difficile de réaliser un film, cela l’est encore plus de produire de multiples films. Youcef fait donc preuve de beaucoup de courage et de dévouement lorsqu’il décide de concrétiser ses rêves et de fonder sa propre entreprise, Film and Blues Production.  Retour sur le parcours, les réussites, les objectifs et les projets de Youcef.

Les origines

En janvier 2015, Youcef s’inscrit à l’Institut Trébas dans l’espoir de rencontrer d’autres gens qui comme lui, sontdes passionnés de cinéma. Il en ressort cependant déçu puisqu’il n’y trouve pas ce qu’il cherchait. En effet, depuis son adolescence et ses années de lycée passées en Algérie, Youcef est un mordu de cinéma et passe la plupart de son temps à regarder des films en essayant de comprendre comment ceux-ci sont faits. À la fin de ses études secondaires, Youcef décide de voyager à travers le monde, profitant de l’occasion pour découvrir des sources d’inspiration et entamer la gestation de projets artistiques. En 2014, il écrit successivement trois scénarios: ceux de PHD Gold Digger, No Time to Change et  Blue Tongues. Après la déception de Trébas, Youcef décide de se lancer dans la réalisation de ces films sans la béquille de secours que représente une formation technique. Il repart donc à la recherche de passionnés comme lui pour l’aider dans son entreprise. Youcef croit fondamentalement en l’esprit et le travail d’équipe, et il trouve rapidement trois autres collaborateurs via Craigslist: Alice Reiter, Abraham Mercado, et Sal Pietromonaco. Plusieurs fois au cours de notre entrevue, Youcef réitère son attachement pour son équipe. Il affirme qu’à l’époque, il ne cherchait pas particulièrement à travailler avec des gens qui avaient de l’expérience, mais avec un groupe uni. Alice, Abraham, Sal et lui ont fait face aux mêmes difficultés depuis le début et constituent désormais une équipe dont les membres sont loyaux les uns envers les autres et dont l’organisation est le pilier. Ensemble, ils sont la base de Film and Blues Productions et concrétisent les scripts écrits par Youcef. Ils tournent PHD Gold Digger dont l’actrice principale, Alexandra Brown, se retrouve nommée au Montreal International Wreath Awards Film Festival (MIWAFF). C’est un grand succès pour Youcef dont l’équipe commence alors à collaborer avec de nombreux musiciens.

La confirmation

Le jeune réalisateur admire énormément les artistes, adore observer et comprendre leurs processus créatifs, et souhaite d’ailleurs participer à ce processus. Les musiciens notamment le fascinent, et c’est pourquoi il commence à collaborer avec eux. Sa première collaboration se fait avec son ami Anthony Aramouni. Youcef produit et réalise un court métrage sur le parcours d’Anthony et sur la préparation de son EP. Le jeune producteur s’occupe également de réaliser les clips d’Anthony. C’est travers cette expérience que Youcef se glisse dans le monde de la musique. Film and Blues Production a un lien très particulier avec la musique. La plupart de leurs productions sont donc le filmage de  live sessions, de clips et de portraits et entretiens de musiciens. Youcef affirme qu’il aime se concentrer et accompagner les artistes. Son but est de promouvoir et de développer le contenu de musiciens locaux. Cependant, il n’hésite pas à travailler avec des artites d’ailleurs, notamment un artiste américain, Doug McLoed (nom de musicien: Edward Middle), qui tient le rôle principal dans  No Time to Change, un film que Youcef a tourné en août 2016, qui raconte l’histoire d’Anthony. Le film parle d’un musicien perdu qui n’est plus certain de sa passion et qui tente de retrouver la flamme avant son prochain concert fixé le lendemain même. Ce court-métrage incarne donc la convergence absolue des passions du jeune homme.

Les méthodes

Pour se consacrer à sa passion, Youcef n’hésite pas à faire des efforts incroyables. Il mentionne qu’il est conscient des sacrifices qu’un tel travail demande. Il explique qu’il essaie d’équilibrer son quotidien entre organisation et persévérance. Il préfère donc avoir recours à la rigueur, à la discipline et à une organisation méthodique. Il fait beaucoup de sport et de méditation  afin de préserver un esprit sain dans un corps sain. Il finance lui-même ses films et alloue l’argent qu’il gagne grâce à sa job dans un centre d’appel à la location des lieux, la nourriture du casting, l’achat et/ou la location de matériel et les candidatures à différents festivals. Il s’occupe également de trouver des financements extérieurs et d’essayer de se faire financer par des plateformes de financement participatif… En outre, son équipe s’est bien agrandie, rejointe par Felipe Collado, photographe souvent cité dans la Gazette de Montréal, Anthony Aramouni devenu consultant créatif et Karl Dandan qui s’occupe de la médiatisation de la compagnie Il n’a pas peur de l’abnégation car il adore ce qu’il fait — écrire, produire, trouver des lieux, s’occuper de l’équipe pendant le tournage et rassembler les gens — et prend beaucoup de plaisir à s’améliorer. Il a conscience que son statut d’indépendant n’est pas des plus simples, puisqu’il repose beaucoup sur la chance, mais il ne renoncerait pour rien au monde à la liberté qu’il apporte. Cependant, il affirme être très encouragé par la passion, le dévouement et la confiance dont ceux qui l’entourent font preuve.

La suite c’est quoi?

Youcef souhaite continuer à travailler avec des musiciens et à les aider à se développer. Il aimerait également arriver à trouver un partenariat avec Netflix afin de pouvoir publier une série en ligne. Fort de la nomination de son actrice au MIWAFF, il ambitionne de présenter d’autres films à des festivals variés en espérant décrocher d’autres nominations. Le projet majeur de Youcef en ce moment, c’est de réaliser Blue Tongues, un long métrage qu’il a découpé en neuf épisodes de quinze à vingt minutes. Le jeune homme a envie d’offrir l’opportunité de la réalisation de ces épisodes à huit jeunes réalisateurs différents. Le respect de la parité au sein de ce groupe lui tient particulièrement à cœur. Dans sa dynamique généreuse de découvrir et d’accompagner les talents, Youcef confie donc son bébé à de nouveaux talents, ce qui témoigne une fois de plus de son amour pour le cinéma, de son dévouement pour son œuvre et de sa confiance envers les autres passionnées. On lui souhaite beaucoup de succès dans son entreprise et on se réjouit d’avance de voir ce spécimen qu’est  Blue Tongues.

 
Sur le même sujet:
20 septembre 2016
4 octobre 2016