Omar El-Sharawy nouveau v.-p. interne de l’AÉUM
1 décembre 2015 - Image par Luce Engérant
Troisièmes élections de l’année: abstention record et embrouillamini au dépouillement.

Omar El-Sharawy, qui avait reçu le soutien de nos confrères du McGill Daily comme du McGill Tribune, a été ce vendredi élu nouveau vice-président aux affaires internes (v.-p. interne) de l’Association des Étudiants de l’Université McGill (AÉUM). M. El-Sharawy pourra se vanter d’avoir reçu les faveurs des 1955 votants s’étant prononcés, soit 8.7% du nombre d’étudiants enregistrés. Une abstention record, que l’on doit en partie à la grandiose idée qu’a eu Elections SSMU (Élections AÉUM, ndlr) de clore le scrutin vendredi à 15h 30h après son ouverture au lieu de dimanche après-midi, comme il en est coutume. Une manoeuvre qui aura réussi à diviser en deux une participation déjà timorée, qui se chiffrait à 16.7% voilà deux semaines. Impressionnant. Un nombre qui pâlissait lui-même face aux 25.9% des elections générales de l’AÉEUM l’hiver dernier.

Résultats par deux fois

M. El-Sharawy s’est même vu remporter ces élections plutôt deux fois qu’une. En effet, il a tout d’abord été déclaré vainqueur avec 4807 points, devant Kahlil Douglas et ses 4445 points. Toutefois, Elections SSMU s’est vite dédit de ce résultat, expliquant que la méthode de comptage des votes utilisée n’avait pas été la bonne, mais re-donnait vainqueur M. El-Shawary avec 55.48% devant Lou Bernardi, cette fois-ci, et ses 44.52%. Elections SSMU avait demandé aux votants de classer les cinq candidats par ordre de préférence, sans leur expliquer pourquoi. Chacun pouvait alors se demander s’il valait mieux voter pour un seul candidat que les classer tous les cinq, s’il fallait peut être placer le plus sérieux concurrent de notre favori en dernière position.

Méthode Borda et vote alternatif

Les premiers résultats annoncés par Elections SSMU laissèrent à croire que de tels calculs auraient été payants: les candidats voyant ajouté à leur total un certains nombre de points en fonction de leur place (cinq points pour une première place, quatre pour une seconde place…). Les matheux connaîtront ce système de vote pondéré, la méthode Borda, nommée d’après le mathématicien français du XVIIIe siècle, Jean-Charles de Borda.

Elections SSMU  fut toutefois vif à se raviser, envoyant à tous de nouveaux résultats quelques heures plus tard, calculés eux selon la méthode du vote alternatif. La méthode Borda, il s’est révélé, n’était pas autorisée par le règlement de Elections SSMU, qui prescrit le vote alternatif. Le vote alternatif procède par élimination, jusqu’à ce qu’une majorité absolue se dégage. A chaque tour, le candidat ayant le moins de premières places est éliminé, son nom est ensuite «rayé» des bulletins et chaque candidat ayant été classé juste après lui reçoit un bote supplémentaire (si le candidat éliminé était premier sur un bulletin, le second reçoit alors un vote). C’est ce système qui a vu Omar El-Sharawy vainqueur au quatrième tour contre Lou Bernardi avec 55.48% de suffrages cumulés. À noter qu’Omar El-Sharawi avait recueilli 29.71% de premières places au premier tour, contre 28.22% pour Lou Bernardi.

Pour conclure cette petite leçon en méthodes de dépouillements de scrutin, Le Délit souhaite bonne chance et bon courage à M. El-Sharawy, et remercie les quatre autres candidats pour leur aimable participation à ces élections.

 
Sur le même sujet: