Les misérables de Ville-Marie
10 novembre 2015 - Image par Ville-Marie
Dans le nouveau film de Guy Edoin, il n’y a pas un personnage pour rattraper l’autre.

Second film de Guy Edoin, Ville-Marie, est sorti le 9 octobre au Québec et raconte l’histoire de quatre personnes emprises de solitude. Il suit le parcours de Sophie, actrice, et de son fils Thomas, qui est à la recherche de l’identité de son père; puis de Pierre, ambulancier qui travaille à l’hôpital Ville-Marie avec Marie, infirmière.

Dès les premières secondes de visionnage, quelque chose marque: les effets lumineux sont réussis, quelque soit l’emplacement du personnage par rapport à l’éclairage. Ce sont surtout les lumières rasantes qui produisent un bel effet sur les peaux des acteurs. Montréal sert aussi beaucoup à l’univers pictural de l’ensemble: de très beaux panoramiques participent à la réussite esthétique du film. Toutefois ces plans semblent sortir de nulle part et ne servent pas vraiment le propos du long-métrage.

Ville-Marie

Impression de déjà-vu

Ville-Marie  est-il un Only God Forgives montréalais? La symbolique de la mise en scène manque de cohérence: dans la seconde moitié, Thomas est blessé dans un accident et se retrouve à l’hôpital, après avoir fait éclater sa rage d’enfant gâté contre sa mère. Celle-ci, à son chevet, décide de lui révéler l’identité de son père. Puis, elle va se changer et la caméra nous «offre» un plan fixe du reflet de la gorge maternelle dans un miroir. Est-ce pour signifier  une prise de conscience de son rôle de mère? C’est difficile à croire puisque son comportement reste inchangé, mise à part la révélation qu’elle a faite à son fils.

«À la fin de la projection, on réalise que le film est plat.»

Ainsi – et malheureusement – le film se perd dans ses multiples incohérences et petits défauts qui font disparaître les intentions de réalisation: le jeu d’acteur faible d’un urgentiste qui ne sait pas faire de massage cardiaque, une jeune infirmière qui a le temps de jouer au téléphone rose avec son petit ami au vu et au su de tous, et enfin un joueur de guitare qui prend son rôle trop sérieusement lors d’une scène d’anniversaire. Cela peut ressembler à une broutille, mais le sérieux du guitariste ajouté à la gravité de la scène a provoqué en moi une envie irrépressible de rire, et c’est le seul moment où j’ai été heureux de voir ce film.

L’écriture pose aussi problème dans ce film: il y a trop de vraies fausses grandes leçons de vie («j’ai arrêté d’arrêter»), trop de clichés éculés et de blagues pas drôles, un tout qui manque de provoquer de l’empathie pour les personnages. La seule constante parmi ces derniers, c’est la façon qu’ils ont de vivre comme s’ils étaient les plus malheureux au monde. Cela laisse une impression continuelle de misérabilisme vain. À la fin de la projection, on réalise que le film est plat (mettez-y des roulettes, vous aurez un skateboard). La situation finale est la même que l’initiale, à l’exception de l’adolescent qui a obtenu ce qu’il voulait. On regrette de ne pas être allé à une autre projection à la place.

 
Sur le même sujet:
16 septembre 2008
3 novembre 2015
22 février 2016