Le Délit rencontre L’Organe .
3 novembre 2015
La culture francophone perdure à l’Université Concordia et autour.

Jeudi 29 octobre dernier, les quatre murs du bar Les Pas Sages ont permis aux intéressés de feuilleter, survoler ou se plonger dans les toutes nouvelles pages de la dernière édition du journal francophone de l’Université Concordia L’Organe. La soirée de lancement organisée par l’équipe du magazine avait pour but de présenter les pages d’un recueil de poèmes, entrevues, photographies, illustrations dont seul le thème «Mesure / Démesure» pouvait restreindre la variété du contenu.

Tour à tour, des étudiants ayant pris part à la création du journal se sont tenus derrière le micro pour réciter leur poème devant un public bien installé. Carol-Anne Massé est la première à prendre la parole. Concentrée, elle ne quitte pas les lignes de son poème «regarde le spectrum t’regarder» des yeux tout au long de la lecture. Étudiante en études féministes à Concordia, elle confiera au Délit que, bien que ça soit la première fois qu’elle récite un poème en public, cette expérience lui a plu et elle a déjà envie de remonter sur scène.

Charlotte Parent, rédactrice en chef de L’Organe caractérise la soirée de «chaleureuse et accueillante». Son rôle dans le processus d’édition: sélectionner les articles, organiser leur correction et enfin coordonner l’équipe éditoriale et visuelle du journal, en s’assurant que tout est fait dans les temps. Peu après l’événement, elle confie au Délit: «j’aime beaucoup rencontrer les auteurs, les lecteurs et les gens d’autres médias étudiants. Ça donne vraiment l’impression qu’il y a une communauté qui s’intéresse à ce qu’on fait et c’est super motivant.» Concernant le processus d’édition, elle précise qu’il est encore compliqué pour le journal de fonctionner dû à l’absence de lieu fixe pour se rencontrer. «Ça demande plus d’organisation de ma part et de la part de tout le monde!»

Globalement, le ton de l’événement reste plutôt informel. L’étudiant Renato Rodriguez-Lefebvre s’arrête en plein milieu de son poème pour annoncer qu’il nous «épargne» un certain passage après avoir demandé si l’on jugeait qu’il lisait suffisamment vite, quelques instants plus tôt. Chacun lit à sa façon et Mathieu Parent, étudiant à l’UQAM, décide pour sa part de surprendre le public en déclamant ses vers depuis sa table, au beau milieu du bar.

La soirée de lancement au bar Les Pas Sages a donc permis à un jeune journal étudiant de promouvoir son contenu. L’intégralité du numéro d’automne 2015 est à retrouver sur le site internet de L’Organe en attendant le numéro d’hiver, que l’équipe éditoriale de Concordia commence déjà à préparer.

 
Sur le même sujet: