Vers un nouveau printemps?
27 janvier 2015 - Image par Luce Engérant
Éditorial

«Messieurs, toute question a son idéal. Pour moi, l’idéal de cette question de l’enseignement, le voici. L’instruction gratuite et obligatoire. Obligatoire au premier degré seulement, gratuite à tous les degrés.» 

Victor Hugo , discours sur la liberté de l’enseignement.

Adieu la faculté de théologie de l’Université Sherbrooke! Fusionnez départements de littérature comparée, d’études anglaises et de langues modernes de l’Université de Montréal! Sortez 10% du corps professoral de l’Université du Québec à Rimouski! Baissez de 2%, salaires du personnel de l’UQAM! Disparaissez de ses départements, cours inutiles de sociologie! Le réseau de l’Université du Québec est exsangue, forcé d’absorber tant bien que mal les coupes de plus de 200 millions de dollars imposées par le gouvernement libéral.

«L’heure est au ménage» peut-on lire dans La Presse du 21 janvier. Mais enfin, «les universités sont autonomes» assure Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor, dans le même article, et le gouvernement n’est pas responsable de ces externalités négatives. Curieux personnage ce Martin Coiteux, écoutez-le déclamer son credo devant les membres de l’Association des constructeurs de routes et des grands travaux du Québec: «J’ai un peu de mal à concilier 11,5 milliards d’investissements en infrastructures, alors qu’on en faisait quatre fois moins il n’y a pas si longtemps, avec une quelconque idée que le Québec vivrait une période d’austérité.»

Alors que le collectif «Refusons l’austérité», rassemblant de nombreux services publics du Québec, du SPVM aux ambulanciers en passant par les employés des hôpitaux, continue de faire des siennes et prévoit une mobilisation d’ampleur à l’orée du mois d’avril, qu’un comité de mobilisation appelé «Printemps 2015» s’agite de plus en plus sur les réseaux sociaux et se met en marche vers le printemps — donc vers la grève —, que les associations étudiantes des différentes universités du Québec se sont non seulement positionnées mais appellent désormais à des journées d’actions contre l’austérité à l’instar de la FAÉCUM (Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal) le 29 janvier prochain, que les fédérations étudiantes aux niveaux universitaire et collégial condamnent unanimement les coupures répétées du gouvernement en éducation depuis octobre dernier, un ange passe sur notre sacro-saint campus. C’est peut-être l’ange d’Yves Bolduc, saint patron des hommes de loi ou du commerce de la librairie, je ne sais plus.

Le gouvernement libéral a compris la leçon. Il ne faut pas toucher à l’intérêt personnel de l’étudiant, sinon ce dernier se cabre, rue et mord. En 2012, c’était à l’acteur, au portefeuille de l’étudiant que l’on s’adressait. En 2015, c’est au décor, aux universités que l’on s’adresse. Les rideaux sont trop vieux? Jetez-les et ne les remplacez pas! Des fuites au plafond? Mettez donc des chaudières! L’étudiant n’en a cure, et s’il soupire un peu, c’est parce qu’il a sommeil d’avoir trop fait la fête.

Feu Jean-François Lisée avait raison de dire que le journaliste est toujours plus pessimiste que le politique. Le printemps érable  eut son 10 novembre, manifestation gigantesque qui avait aboutit sur le campus de l’Université McGill. Le 29 novembre dernier, la grande manifestation contre l’austérité, mêlant travailleurs, syndicats et étudiants ne s’est même pas donnée la peine de passer devant le portail Roddick. Bonjour tristesse. Le contingent mcgillois était constitué d’environ dix personnes, dont plus de la moitié avaient des fonctions de représentation ou faisaient partie de la faune médiatique étudiante. Mais relativisons, pour la plupart des étudiants de premier cycle de l’Université McGill, les événements de l’année 2012 auront passé inaperçus, comme autant de lettres à la poste.

Ainsi, on parle d’une grève ici et là, qui débuterait le 21 mars. Une grève pour quoi? «Contre le gouvernement libéral.» Pour quoi? «Contre l’austérité». Pour quoi? «Pour redescendre dans la rue et jouir à nouveau de se sentir en vie, et d’autres raisons plus sérieuses». C’est une discussion constructive et sans fin. Une chose est certaine, «le mal nécessaire» que prône Martin Coiteux n’est qu’une question de point de vue. S’essayer au balancier de la dette publique à grands coups de sabres d’abordage dans le budget de l’éducation n’a jamais été, et ne sera jamais, la bonne solution.

Aussi, il est grand temps que l’AÉUM retourne prendre sa carte d’adhérent à la FEUQ, la Fédération étudiante universitaire du Québec. Nous l’avions quittée pour la troisième fois en 2006, sur un coup de tête référendaire. C’était une erreur. Plus que jamais, les étudiants doivent peser dans le débat sur la place de l’éducation dans cette province. Ils sont 125 000, nous sommes 27 000, et comme on dit encore à Brooklyn: Een Draght Mackt Maght.

 
Sur le même sujet: