Responsabilité sociale
18 mars 2014
Brève

Comment améliorer le fonctionnement du Commitee to Advise on Matters of Social Responsability (Comité consultatif chargé des questions de responsabilité sociale, CAMSR)? C’est la question que posaient, mercredi 12 mars dernier, les membres du comité à la petite vingtaine d’étudiants et membres du personnel de l’Université venus pour l’occasion. Cette séance informative n’était pas l’occasion de créer un débat; c’était un événement unilatéral, pendant lequel le CAMSR a récolté des informations pour rendre plus efficaces ses actions. Une meilleure définition de «responsabilité sociale», le processus décisionnel du comité et ses liens avec les autres pouvoirs de décisions de McGill, notamment le comité responsable des finances et le Conseil des Gouverneurs, étaient au centre de la discussion.

Plusieurs membres de Divest McGill sont venus proposer des changements et apporter leur point de vue sur la question de la responsabilité sociale. Brownen Tucker, membre de l’association, a ainsi déclaré qu’il fallait «agir et non pas réagir», ce qui justifierait l’inclusion de la notion de développement durable à l’intérieur de la définition de responsabilité sociale.

La principale de McGill Suzanne Fortier, présente à l’événement, a déclaré au Délit être «heureuse de constater l’implication des étudiants». Elle a précisé que de bonnes idées avaient été soulevées, et que le CAMSR continuerait de travailler pour améliorer le rôle du comité.

 
Sur le même sujet: