Petite crise du système
8 novembre 2013

Il n’aura fallu que d’une lecture erronée pour que le monde de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) et de l’Association étudiante de la Faculté des Arts (AÉFA) tombe dans une crise bureaucratique. Quelle mouche a piqué Justin Fletcher, président de l’AÉFA, de mal lire le livre I des règlements de l’AÉUM, article 6.2, qui précise que «le président de l’Assemblée générale [The Speaker] doit convoquer une Assemblée générale (AG) extraordinaire trois semaines après réception d’une pétition en faveur d’une AG extraordinaire»?

Remettons-nous dans le contexte. Le 30 octobre dernier, Le Délit avait rapporté que Justin Fletcher, lors du Conseil législatif de l’AÉFA, s’était dit «outré» de devoir changer l’heure du conseil du mercredi 13 novembre, afin d’accommoder l’AG extraordinaire. Il avait accepté de tenir le conseil plus tôt, souhaitant cependant «plus de remerciements de la part de l’AÉUM» (voir «un conseil de l’AÉFA version accéléré», vol.103, n°8). Ce que Justin Fletcher ne savait pas, c’est que l’AÉUM était en plein droit, si on se réfère au règlement présenté plus haut. Par le biais de Ben Reedijk, représentant de l’AÉFA au Conseil législatif de l’AÉUM, il s’est donc platement excusé.

 Bataille virtuelle

Seulement l’histoire ne s’arrête pas là. Samuel Harris, Vice-président aux affaires externes de l’AÉUM, s’est senti obligé de relater la scène sur son mur Facebook, en signant «le Comité Exécutif de l’AÉUM». Fureur sur la toile.

Fletcher commente du tac au tac: «est-il approprié de mettre cela sur Facebook?» puis rajoute que «de telles manières sont dignes d’amateurs». Les corps étudiants des deux Associations rentrent alors dans une guerre virtuelle. Pour preuve, Joey Shea, Vice-présidente aux affaires académiques de l’AÉUM, écrit sarcastiquement qu’elle souhaite présenter une motion afin d’obliger tous ceux présents aux Assemblées générales à applaudir Justin Fletcher, tandis que Stefan Fong, vice-président Clubs et services, se dit prêt à affronter l’AÉFA à une bataille de regards.

De telles histoires ne m’intéressent guère. Mais elles trahissent un mal plus grave, celui de la mauvaise gérance des associations par ses membres exécutifs, qui se laissent emporter dans de triviales affaires en laissant de côté un professionnalisme qui est déjà dangereusement absent. Ne peuvent-ils pas se contrôler, ou du moins régler cela à huis clos, au lieu de mettre au grand jour la cacophonie qui règne au sein de l’exécutif ? Une sorte d’officialisation du désordre administratif.

Ce mal s’est déjà manifesté à plusieurs reprises, alors que le quorum aux AG n’était jamais atteint ou que les membres des Conseils législatifs de diverses facultés ne faisaient, pour autant dire, aucun effort dans leur travail. Juste cette année, Enbal Singer, Vice-présidente aux affaires internes de l’AÉFA, lançait lors du conseil du 30 octobre: «je vais aller vite puisque je suis fatiguée.» Et un représentant d’un département de constater que ces réunions sont une perte de temps (voir «un conseil de l’AÉFA version accéléré», vol.103, num. 8). Alors que l’article 24.3 de la constitution stipule que «[…] les Assemblées générales […] doivent être publicisées largement par l’[AÉUM] avec tous les moyens nécessaires», la présidente de l’AÉUM, Katie Larson, a avoué ne pas avoir rempli sa mission lors de l’AG du 11 octobre 2013. Elle avait alors décrété que des annonces dans les auditoriums n’étaient qu’une perte de temps. Faute de ne pas avoir essayé, le quorum n’a pas été atteint. Une fois de plus (voir «Une AG qui n’est est pas une», sur le web).

Des réformes nécessaires

Il faut avant toute chose reformer le système, simplement pour qu’une meilleure cohésion se fasse sentir entre les associations, et que les étudiants aient enfin accès à une politique étudiante digne de ce nom. Cela doit d’abord se faire au niveau interne: une plus grande communication entre les différents exécutifs, avec un(e) président(e) qui a une vue d’ensemble de la situation et évite des débordements, comme celui qui a eu lieu sur Facebook. Au niveau externe, il est d’une importance cruciale que les potentiels leaders, lors des élections annuelles fin mars, se présentent avec leur propre équipe de Vice-présidents. Aujourd’hui, un président et un vice-président peuvent avoir des idées politiques complètement divergentes, au risque de bloquer le système. En d’autres termes, il s’agit de voter pour un président national, puis pour ses ministres. Ça ne peut mener qu’à une confusion générale. Une nouvelle ratification de la constitution est donc primordiale afin d’atteindre, sur le long terme, une plus grande efficacité.

Il est des devoirs de tout élu de représenter les étudiants. La réputation de ces derniers est, entre autres, maintenue par ces exécutifs; de telles gamineries comme celles sur la toile sont tout simplement inadmissibles. Qui plus est, c’est une honte pour le corps étudiant qui a tous les droits de se sentir bafoué.

Nous ne sommes qu’en novembre, et déjà l’ambiance est aux tensions. Le changement est possible, encore faut-il une direction puissante et ferme pour qu’enfin l’AÉUM et l’AÉFA puissent remplir leurs fonctions en toute efficacité. À commencer par des présidents capables de contrôler leurs troupes et leurs propres tempéraments.

 
Sur le même sujet: