« 103 »
10 septembre 2013 - Image par Axel de Chaunac
Interview avec Blasé, producteur de hip-hop et étudiant à McGill.

 

Blasé est un producteur de hip-hop et de musique électronique français. Après avoir grandi à New York, il intègre la Faculté de musique de l’Université McGill. Le 24 mars 2013, il sort sa première mixtape réunissant nombre de rappeurs de son entourage. Le 28 août dernier, il publie le premier clip vidéo issu du projet. C’est le titre «103» qu’il a mis en image. Nous nous sommes penchés avec lui sur tout cela.

 

Le Délit: Pourrais-tu te présenter et nous décrire ton parcours musical? 

 

Blasé: «Je suis un producteur de hip-hop connu sous le nom de Blasé. La plupart des sons que je produis sont hip-hop avec une influence plutôt musique électronique. J’ai commencé en jouant du saxophone vers l’âge de onze ans, puis je me suis mis à la guitare avant de découvrir la production sur ordinateur et c’est à partir de là que j’ai commencé à créer de la musique. Je me suis ensuite familiarisé avec le hip-hop parce que c’était un style que je ne connaissais pas trop mais que j’aimais bien écouter».

 

Le Délit: Tu as récemment publié sur Internet le clip vidéo de «103», extrait de ta première mixtape, «Bad Wake Up», où apparaissent notamment les deux rappeurs Prime et Ioan Delice. Pourquoi avoir choisi ce titre en particulier? 

 

Blasé: «Au départ, l’idée n’était pas de clipper ce titre-là, mais plutôt «Me And You», le seul titre qui incluait tous les participants de la mixtape. On voulait faire un beau clip avec tout le monde mais on n’a malheureusement pas pu organiser cela. On a donc filmé «103» avec Ioan et Prime qui étaient tous les deux disponibles. C’est un de mes morceaux préférés de la mixtape et ça a donné un bon résultat».

 

Le Délit: Le titre est très rap, tu as clairement des influences boom-bap. Comment t’es venu cet intérêt pour le hip-hop? 

 

Blasé: «J’ai commencé en écoutant Eminem, tout le monde a écouté un peu d’Eminem dans sa vie, jai tout de suite accroché, il y a eu une période où je n’écoutais quasiment que ça. J’ai ensuite découvert d’autres choses, et notamment DJ Premier, sans doute ma plus grande influence, mon producteur préféré. C’est un des pionniers du boom-bap. J’ai beaucoup pensé à lui en faisant les titres de ce projet».

 

Le Délit: Peux-tu nous en dire un peu plus sur ta collaboration avec ces deux rappeurs?  

 

Blasé: «Ioan et Prime sont basés à New York, moi à Montréal. Ioan était dans ma classe au Lycée Français de New York, c’est comme ça que je l’ai connu, et Prime est son cousin. J’ai invité sur ma mixtape tous les rappeurs que je connaissais et qui étaient assez bons. Ils sont tous les deux talentueux c’est pour ça qu’ils ont naturellement participé. Ça s’est fait sur Internet, je leur ai envoyé l’instrumental et ils m’ont dit qu’ils voulaient faire un titre avec ça. Ils ont écrit les paroles et ont enregistré, ils m’ont renvoyé le tout et je l’ai mixé. Je trouve que c’est un des titres les plus forts du projet et j’en suis content».

 

Le Délit: Pour ce clip, tu as collaboré avec un autre artiste, le cinéaste Axel de Chaunac. Comment vous êtes-vous rencontrés? 

 

Blasé: «Il a un an de plus que moi, il est jeune et super doué, je l’ai rencontré dans mon lycée aussi».

 

Le Délit: Comment vous êtes-vous organisé pour donner vie à ce clip? On te sait également dessinateur et graphiste, quelle fut ta contribution à la réalisation de la vidéo en soi? 

 

Blasé: «Le directeur, c’est Axel, c’est lui qui a tout pris en main, il a filmé, fait l’édition… Je l’ai un peu conseillé dans la direction artistique. Je lui disais ce qui me plaisait ou pas, les idées de base venaient de lui».

 

Le Délit: Quelle impression avez-vous voulu transmettre à travers le clip? 

 

Blasé: «On a choisi le titre un peu par hasard. Quand je produis des instrumentals, je les intitule au hasard. Normalement, les artistes qui les prennent les renomment. J’avais mis «103» au hasard mais Ioan et Prime l’ont interprété en termes de température et ils ont écrit un texte en jouant avec le thème de la chaleur. On a donc voulu représenter cela dans le clip, c’est pour ça qu’on a des images de lave qui reviennent. Mais il y a aussi des images froides et sensuelles avec la fille qui apparaît. On a voulu faire quelque chose d’agressif car les raps sont énergétiques».

 

Le Délit: Justement, la jeune fille qui apparaît à plusieurs reprises à l’écran est assez énigmatique. Pourquoi lui avoir donné ce rôle? 

 

Blasé: «Ça s’est fait un peu sur le moment. Au départ, on cherchait une fille pour faire un peu comme dans tous les clips de rap, qui se trémousse et tout… Mais Axel est quelqu’un d’assez mystérieux, il joue pas mal avec les images de religion, les crânes, les incantations… Du coup on s’est dit qu’on allait faire quelque chose d’un peu plus sombre et original. On a voulu lui faire faire des incantations mais on a pas gardé ces images et on a juste des zooms un peu intrigants sur son visage».

 

Le Délit: Peux-tu éclaircir le sens des paroles qui introduisent le clip? 

 

Blasé: «Elles sont extraites d’un poème de Henry Lawson intitulé «103». Il est inspiré des jours que le poète a passé en prison. Son numéro de prisonnier était 103. J’en ai coupé un morceau et je l’ai mis au début du clip. Il dit «Keep step 103». Il y a le thème de la persévérance et de la motivation, il ne faut jamais abandonner, même en prison. On continue toujours et on ne s’arrête jamais. C’est un peu l’idée qu’on a avec les rappeurs avec qui j’ai travaillé. On continuera toujours à faire du son, on est dans notre élan».

 

Le Délit: Qu’aimerais-tu dire à tous ceux qui lisent cette interview et regarderont peut-être ton clip?

 

Blasé: «Faites tourner si ça vous plaît et attendez-vous à entendre du nouveau bientôt parce qu’on s’arrête pas».

 

Le Délit: Quels sont tes futurs projets musicaux?

 

Blasé: «J’ai des collaborations en cours avec plusieurs rappeurs, avec des gens de Montréal. Sinon, je travaille avec une chanteuse sur un autre projet mais ça ne va pas sortir avant un bout de temps parce qu›on essaie de faire un truc vraiment abouti. C›est différent, pas trop dans le style hip-hop. C’est plutôt de la chanson, mais c’est avec une fille qui compose super bien et qui a une voix magnifique».

 

 

 
Sur le même sujet: