Gaza
3 avril 2012
Poème de Pierre-Olivier Bussières

Un désert
enflammé
Des roches qui suintent le crime

Voilà la noyade du feu
Dans une terre semée de tombes infertiles
Que parcoure l’homme à tâtons

Un ciel béat,
Presque incrédule,
Si médusé, en fait,
Qu’il en suspend ses nuages

Des chemins incomplets
Vierges de toute intention
Qui rampent le long de plates collines

Des êtres humains
Fatigués de la mort
Qui se défendent de l’habitude
Par l’habitude

 
Sur le même sujet: