McGill s’effraie et menace
27 mars 2012
L’université tente de dissuader la mobilisation étudiante.

Suivant la requête de la Conférence des recteurs et principaux du Québec (CRÉPUQ) d’augmenter les frais de scolarité, l’Université McGill maintient fermement sa position en faveur de la hausse des frais de scolarité et veut se montrer inflexible à toute mobilisation étudiante contre la hausse. Le 7 mars dernier, dans son communiqué à la communauté étudiante au sujet d’une potentielle grève générale illimitée, le professeur Anthony C. Masi mettait noir sur blanc les conséquences pour les étudiants s’ils manquaient leurs cours.

Nicolas Quiazua | Le Délit
La faculté de médecine sur la sellette
Une semaine avant l’Assemblée générale des étudiants de médecine, prévue le 20 mars dernier, Dr. Robert Primavesi, vice-doyen à l’éducation médicale et aux affaires étudiantes réitérait la position de l’université en un courriel qui n’est pas passé inaperçu chez les étudiants: «I wish you great wisdom in making an informed decision in an academic year already marked by two significant strikes that have affected all years of the [medecine] program», commence la lettre du doyen. Il met en garde les étudiants quant à l’importance de leur décision, surtout après la grève de la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) et du syndicat des employés de soutien (MUNACA) en prévenant que le «role modeling can be very powerful».

Primavesi rappelle aussi les règlements concernant les absences non-motivées, soulignant que les étudiants qui ont déjà pris leurs 25% d’absences permises pour cause de maladie ou pour cause de sortie pédagogique (conférence) se mettent «à risque».

Suite à ce courriel tapageur, un étudiant a transféré le communiqué au journal La Presse, une information que le Président de l’Association des étudiant(e)s en médecine de l’université McGill Esli Osmanlliu a transmise au doyen Primavesi.

En apprenant l’initiative de l’étudiant, le vice-doyen Robert Primavesi a tout de suite répliqué par un communiqué dont les termes ne prennent pas de détour: «Quand quelqu’un transfère mes courriels vers une tierce partie sans me demander la permission, c’est un bris de confiance. En tant que votre doyen associé, je devrais être capable de communiquer avec vous librement et avec transparence. Par contre, si je ne peux pas vous faire confiance, ça ne pourra pas fonctionner.» Le courriel, intitulé «trust» se termine par l’expression de sa «grande déception».

Suite à cet échange de courriel houleux, les étudiants en médecine se sont rassemblés en une autre Assemblée générale pour se consulter au sujet des actions à prendre. Il a été résolu que l’Association se positionnait contre tout transfert d’information à une tierce personne dans le cadre d’un courriel envoyé de la part du vice-doyen à l’ensemble des étudiants en médecine. L’Association s’est ensuite positionnée contre une lettre d’excuse officielle à envoyer au vice-doyen. Certaines personnes se sont tout de même excusées personnellement à Primavesi.

Le doyen a finalement chaleureusement remercié les étudiants qui le supportaient dans un courriel intitulé «trust 2», soulignant qu’il avait apprécié recevoir des courriels d’appui, et en leur disant qu’il recevait «plus qu’il n’avait espéré».

ModPAC s’en mêle
À McGill, ce n’est toutefois pas seulement l’Université qui va à l’encontre des efforts de mobilisation des étudiants. Le groupe mcgillois Moderate Political Action Committee (ModPAC) prend aussi part à l’anti-campagne.

Après le rejet d’une grève générale illimitée lors de l’Assemblée générale du mardi 12 mars dans la faculté des Arts, le groupe modéré publiait: «Alors que les AG [Assemblées Générales] n’ont pas résulté avec un «oui», les grévistes activistes ont pris des devants extraordinaires en créant de fausses Assemblées générales sans la permission des associations départementales».

ModPAC martelait près de 10 fois sur tous les tons que les AG départementales restent une imposture en demandant à l’administration de McGill de bien vouloir mettre en application le droit des étudiants d’aller à leurs cours. Le groupe veut s’assurer qu’aucune ligne de piquetage ne pourra les empêcher d’entrer les salles de classe. Dans leur communiqué, ModPAC promet une lettre ouverte signée par des «douzaines d’étudiants de McGill» qui demandent à l’université de prendre les mesures nécessaires.

Jusqu’à présent, les facultés de géographie et travail social sont en grève générale illimitée, et le campus Macdonald et la PGSS ont voté des jours de grève avant et pendant la manif du 22 mars.

 
Sur le même sujet: