Technologie au service de la nage
20 mars 2012
Du 27 mars au 1er avril, plus de 800 nageurs du Canada et d’ailleurs seront en compétition au stade olympique de Montréal.

Les Jeux Olympiques de Londres auront lieu du 27 juillet au 12 août 2012. La semaine prochaine, les meilleurs nageurs canadiens s’affronteront pour obtenir une place au sein de l’équipe olympique canadienne. Pour leur part, les nageurs paralympiques de haut niveau tenteront de se qualifier pour les Jeux Paralympiques, qui se tiendront trois semaines après les Jeux Olympiques. Les Essais Canadiens de Natation Olympique et Paralympique, en plus de déterminer les athlètes qui représenteront le Canada lors de la 30e Olympiade, seront de calibre international. Aux quelques 700 nageurs Canadiens s’ajoute une centaine d’athlètes d’environ 11 pays. Ils nageront au stade olympique afin d’améliorer leur classement mondial.

Cette épreuve de qualification est de loin la compétition canadienne la plus importante de l’année olympique. Elle réunit la crème des nageurs canadiens, dont beaucoup ont déjà participé aux Jeux Olympiques, et un public fidèle et passionné. Plus de 3 000 personnes sont attendues pour chacun des six jours de la compétition. Deux cents bénévoles veilleront au bon déroulement de l’évènement.

La plupart des sports ont vu de récentes avancées technologiques modifier la façon dont une épreuve se pratique et se gagne. La natation ne fait pas exception et a vécu bon nombre de changements ces dernières années. Trente-six ans après les Jeux Olympiques de Montréal de 1976, les nageurs d’aujourd’hui concourront la semaine prochaine dans la même piscine, mais ils s’élanceront de blocs de départ bien différents. Vingt nouveaux blocs viennent d’être installés à la piscine du stade.  Ils permettent un départ semblable à celui des coureurs sur une piste d’athlétisme : le pied à l’arrière effectuant une poussée sur une plaque afin d’arriver de manière plus efficace dans l’eau. De plus, ce sont les mêmes blocs que les athlètes devront utiliser à Londres. Ainsi, Natation Canada espère préparer ses athlètes pour qu’ils performent le mieux possible cet été.

Toujours du point de vue technologique, l’arrivée de nouvelles combinaisons de compétition a transformé la scène mondiale de la natation. Les nouveaux maillots, visant à réduire le frottement et à rendre les nageurs plus hydrodynamiques, ont causé une polémique particulièrement importante de 2008 à 2010 et ont forcé la Fédération Internationale de Natation (FINA) à règlementer de façon plus stricte les combinaisons autorisées lors de compétitions officielles. Durant les deux premiers mois de 2008, trente-six records du monde sur un total de trente-neuf ont été établis avec la combinaison LZR Racer de Speedo. En 2009, la combinaison italienne Jaked, recouverte de polyuréthane, a fait son apparition près des piscines et de nombreux records du monde en plus des records nationaux de nombreux pays, notamment en France, ont été battus. Ces deux combinaisons favoriseraient la flottabilité des athlètes ce qui améliorerait de façon importante leurs performances. Après cette vague de nouvelles combinaisons et de nouveaux records, la FINA a décidé qu’à compter de 2010, les combinaisons devront être faites de tissu à 100%. De plus, elles s’arrêtent maintenant aux genoux, et les hommes doivent avoir le haut du corps à découvert.

Ce retour à la peau va-t-il affecter les sélections canadiennes de la semaine prochaine et les Jeux Olympiques de Londres ? Avec ce barrage aux nouvelles combinaisons considérées trop performantes, on peut se demander si les records du monde établis de 2008 à 2010 qui n’ont pas été annulés seront un jour battus par des nageurs sans maillot miracle. Peter Carpenter, entraîneur-chef de l’équipe de natation de McGill affirme que de nouveaux records pourront être réalisés. «Ce n’est pas un secret que les combinaisons favorisaient certains nageurs plus que d’autres, entraînant la possibilité d’avantages injustes», ajoute-t-il. Michel Tremblay, entraîneur-chef adjoint du Club de Natation des Piscines du Parc Olympique (CNPPO), partage ce point de vue.  «Maintenant, ce sont les athlètes qu’on va voir nager, et non les maillots», estime-t-il. Reste à voir si les Canadiens profiteront du retour du tissu pour s’illustrer sur la scène internationale cet été.

Quand? Du 27 mars au 1er avril 2012
Où? Centre Sportif du Parc Olympique
Des étudiants de McGill à surveiller :
Steven Bielby, Valerie De Broux, Myriam Donato, Pierre-Alexandre Renaud, Marc-Andre Benoit, Michael Luck, Matthew Khatchadourian, Valerie Grand’Maison.

Pour plus d’informations et pour l’achat de billets:  

Site officiel des Essais de Natation Olympiques et Paralympiques 2012:
www.swimtrials.ca
Site du CNPPO, partenaire dans l’organisation des Essais:
www.cnppo.net

 
Sur le même sujet: