MUNACA, mal servis
13 mars 2012
Le syndicat toujours en conflit avec l’administration de McGill.

Voilà trois mois que MUNACA et McGill se sont entendus sur les clauses du nouvel accord collectif du syndicat qui sera effectif pour 5 ans. Entre autres, cet accord a mis en place une échelle salariale qui devrait raccourcir le temps d’atteinte du plafond salarial pour tous les employés sauf ceux, bien sûr, qui l’avaient déjà atteint. Depuis le 6 décembre dernier, les employés de MUNACA sont retournés au travail sous les mêmes conditions qui existaient avant la grève dans l’attente de la ratification de l’accord. MUNACA commence à s’impatienter car les désaccords persistent quant à l’interprétation de certaines mesures.

Lindsay Cameron | Le Délit
La plus contentieuse était que l’université a unilatéralement modifié la liste des employés qui ne recevraient pas d’augmentation de salaire avec la nouvelle échelle salariale, mais plutôt une compensation forfaitaire sous forme de paiement de retraite. «Pour les 80 personnes initialement sur la liste, lors des négociations nous savions qui y était et pourquoi», dit Kevin Whitaker, président du syndicat. En effet, l’université et le syndicat s’étaient entendus sur ces ajustements salariaux à cause d’une politique d’équité datant de 2001. «Les employés sont concernés par cette politique parce qu’ils font plus que le salaire établi pour leur position, et donc il faut les ajuster pour que la ligne d’équité soit rétablie», explique Whitaker.

Le syndicat pense que McGill retarde volontairement le processus. L’administration refusait jusqu’à hier de divulguer les noms de ces 48 employés ajoutés. Cela faisait depuis le 17 février que MUNACA demandait cette information. Même si ce problème est réglé, il n’empêche que le syndicat refuse et a toujours refusé d’ajouter ces employés aux 80 autres étant donné que l’université n’a pas donné de raison valable pour le faire. La prochaine étape sera donc de se rassoir avec l’université pour exiger des explications.
«Les autres malentendus sont mineurs et ont trait à des détails de formulation», rajoute le président.

Vendredi, MUNACA a manifesté sur le campus et une centaine de travailleurs se sont réunis pour exprimer leur opinion sur le sujet. Une lettre du syndicat avait été livrée par Susan Aberman à Heather Monroe-Blum déplorant le retard de la part de l’administration et demandant les noms des employés.

«Il ne s’agit pas d’une tentative de négocier pour des avantages améliorés; c’est simplement que McGill et MUNACA doivent se mettre d’accord sur le libellé», a déclaré Kevin Whitaker vendredi. «Après des négociations de onze mois et une grève pendant un semestre, nous ne sommes pas plus avancés que nous l’étions il y a trois mois quand nous sommes revenus au travail.»

David Kallant (VP Finance de MUNACA) a demandé aux étudiants qui veulent supporter leur cause de: «faire du bruit et communiquer au plus grand nombre nos préoccupations. C’est encore un exemple de la façon dont l’administration traite les gens. C’est de la négligence et nous devons agir.»

Avec les notes de Emma Ailinn Hautecoeur

 
Sur le même sujet: