Électrifiés
24 janvier 2012
La revanche de la voiture électrique, réalisé par Chris Paine

On y observe quatre joueurs qui tentent de lancer cette révolution automobile, à travers autant de victoires que de déboires. Le réalisateur trace ainsi la continuité de son film Qui a tué la voiture électrique? sorti en 2006.

On rencontre tout d’abord le légendaire vice-président de General Motors, Bob Lutz, surnommé «M. Detroit». Il souhaite corriger l’erreur commise par son groupe en 2002 avec le modèle électrique EV1. Cette gamme qui ne s’est plus vendue par souci de rentabilité, avait créé de nombreux remous à l’époque. Bob Lutz se reprend donc avec le développement d’un nouveau modèle électrique: la Volt de Chevrolet. Cette lancée est freinée en 2008 alors que GM se trouve au bord de la faillite. Le gouvernement américain vole à son secours tout en lui faisant subir de fortes pressions et en lui exigeant de rendre des comptes.

Kerry Woo

Sur une note positive, le président de Nissan, Carlos Ghosn, lance le modèle Leaf, une voiture électrique qui se veut accessible à tous. C’est selon lui ce que le public attend d’eux. Dans un créneau plus luxueux, Tesla Motors entre dans la course avec à sa tête, Elon Musk. Ce jeune entrepreneur, co-fondateur de Paypal, est acclamé pour son esprit visionnaire, autant par les médias que par les grands acteurs de l’industrie. Il a vu son image se ternir au fur et à mesure que ses «voitures de rêve» ont été retournées aux usines pour défectuosité. On suit Elon Musk, aux prises avec un divorce très médiatisé, auquel s’ajoutent ses tentatives pour rétablir sa situation financière et la confiance de ses clients.

Un engagement mitigé?

Le marginal Greg «Gadget» Abbott se lance dans la mêlée avec une approche plus artisanale. En recyclant et en modifiant de vieux modèles, de la Camaro à la Porsche, il fait preuve du plus grand souci écologique. Malgré leurs caractères très différents, ces quatre leaders de l’électrique ont au moins un trait commun: ils ne baissent pas les bras. Ils ont fait face à de nombreux obstacles tout au long de la course, à commencer par la crise économique de 2008 pendant laquelle ils ont tenté d’innover alors que l’économie tombe en ruine. Malgré ce ralentissement, ils ont réussi tant bien que mal à retrouver une certaine prospérité.

Ce documentaire captive et l’on prend goût à suivre ces quatre visionnaires sympathiques et coriaces. Bob Lutz est à lui seul un spectacle grâce à son humour décapant et son autodérision. Elon Musk surprend par sa transparence quant à ses craintes et ses interrogations. À l’opposé, Carlos Ghosn semble inébranlable et l’on cherche en vain une faille dans son approche. Les apparitions de stars hollywoodiennes telles que Danny DeVito et Adrian Grenier sont également les bienvenues tout au long du film.

La qualité des interventions, la beauté des images et la trame sonore du documentaire ne réussissent toutefois pas à faire oublier les nombreuses questions qui demeurent sans réponse à la fin du film. On aurait aimé en savoir plus quant à l’essor de la voiture électrique au niveau mondial, son développement et son fonctionnement. Ce portrait américain de l’industrie automobile ne souligne pas les problématiques qui expliquent la quasi-absence de voitures électriques sur nos routes.

Si les intervenants du documentaire s’accordent pour dire que la voiture électrique est la voie de l’avenir, personne ne sait combien de temps il lui faudra pour s’imposer. On risque donc d’attendre encore quelques années avant d’être «électrifiés».

 
Sur le même sujet:
21 octobre 2010
12 janvier 2010