Hippopotame
15 novembre 2011
À la manière de l’autruche dont la tête s’enfonce dans le sable pour ne rien entendre, je commencerai en me questionnant sur la chasse abusive des hippopotames roses de Mésopotamie depuis la révolution des pygmées de Nouvelle-Guinée.

Quoiqu’écrire sur ce sujet serait une totale négation de la situation actuelle sur le campus de McGill, il y a quand même beaucoup à dire sur les hippos de Mésopotamie et leurs droits. Pourtant, si l’on se fie à la maladresse dont fait preuve McGill dans la gestion de la situation de l’occupation du bâtiment James, on pourrait bien croire que l’administration a d’autres hippopotames à fouetter.

La manifestation du 10 novembre passera à l’Histoire. Depuis le mouvement McGill français, il n’y avait pas eu de pénétrations intempestives du campus de l’Université McGill par l’escouade anti-émeute.

Avant même de s’aventurer dans les tréfonds de l’épisode de l’édifice James, il est bon de mentionner la manifestation des milliers d’étudiants dans les rues de Montréal. Au menu, des tas de manifestants solidaires dans leur protestation contre la hausse des frais, une contestation qui s’est faite sans anicroche. Alors que l’honneur du mouvement étudiant était sauf et que la myriade de policiers sur la rue McTavish commençait à se tourner les pouces après un après-midi sur le qui-vive, vlan, un petit groupe de contestataires a choisi le 10 novembre 2011 pour créer des remous et inscrire leur mécontentement dans les annales.

Ce qui s’annonçait un mouvement destiné à mourir dans l’œuf s’est avéré être le début de la débandade. D’un côté, certains protestataires campés devant le pavillon James semblaient chercher le trouble en lançant des projectiles aux policiers. D’un autre côté, la réplique de la police ne s’est pas fait attendre, ne lésinant pas sur les moyens répressifs pour contenir la foule qui grossissait. Les uns ont titillé les autres pour tester et finalement dépasser les limites, créant un chaos difficile à départager.

Faire face à une telle situation est nécessairement compliqué et demande une bonne dose de tact. McGill n’a pas su répondre correctement ni aux événements sur le moment, ni aux questionnements des étudiants plus tard, démontrant son incompétence diplomatique. Quel dommage que l’établissement d’éducation par excellence soit incapable de gérer la crise. Représentée par une principale incapable de mettre ses culottes, l’université n’a jamais eu autant besoin de redorer son blason.

De plus, à quelle version doit-on se fier pour se faire une opinion de l’événement? Qui croire entre les quatorze manifestants qui ont pénétré le bâtiment administratif, certains avec un bandana sur le visage, et l’administration de McGill qui célèbre son impopularité depuis la privatisation du MBA et la grève de MUNACA pour ne nommer que ceux-ci?

Ma principale inquiétude réside en cette manifestation du 10 novembre qui est devenue un fourre-tout de requêtes diverses, par des groupes divers, avec des moyens divers.

Et des gens qui mélangent tout, ça fait diminuer la crédibilité du message. Brandir un drapeau des patriotes ou du Réseau de Résistance du Québec à une manifestation nationale contre la hausse des frais de scolarité est injustifié. Déplorer la mauvaise administration de l’Université McGill lors du même événement, ça ne marche pas non plus.

«J’ai l’impression de lire le rapport Durham»
Bien que les rebondissements des derniers jours soient d’une importance prioritaire, je ne voudrais pas que cela vienne mettre de l’ombre sur un fait isolé, mais néanmoins choquant qui est passé inaperçu aux communs des mortels.

Fondé en janvier 2011, le journal The Prince Arthur Herald se targue d’être le plus important journal étudiant canadien. Avec des journalistes de partout au Canada, le journal est fier de se dire à l’écoute de tous les citoyens canadiens, tout en affirmant une appartenance soutenue à la droite politique. La semaine passée, le Prince Arthur, qui ironiquement a une version électronique en français, s’affichait absolument contre le bilinguisme au sein des institutions fédérales, affirmant que la minorité francophone ne vaut pas les coûts qu’occurrent le bilinguisme. Selon Daniel Dickin, l’agressif «French lobby» doit cesser d’«attaquer les anglophones unilingues en leur reprochant de ne pas parler français».

Ce genre de propos déplacés et provocateurs ne font que faire ressentir le pouls d’un Canada de plus en plus conservateur, en continuelle opposition à ce qui s’approche, de près ou de loin, à la culture francophone et bilingue.

 
Sur le même sujet:
15 novembre 2011
15 novembre 2011
11 septembre 2012