Je n’aime pas Occupy Wall Street
18 octobre 2011
Pour écrire sur une mascarade, Occupy Wall Street et toutes ses émulations à travers le monde (il y a même un Occupons Sherbrooke!) ne pouvaient pas mieux tomber.

Il est toujours splendide de voir les «99%», le «peuple», cette curieuse entité dont nos professeurs d’université qui n’en ont pas fini de leur phase révolutionnaire nous parlent constamment. Finalement, la «résistance» contre les «structures de domination» s’organise! La «démocratie» sera regagnée au parc Zucotti à New York et au square Victoria à Montréal!

Ce mouvement se prétend pacifiste et se veut une sorte de Tea party de la gauche qui en a ras-le-bol des riches. La comparaison est rapidement apparue dans les médias, mais elle ne trouve aucune résonance dans la réalité. Il n’y a eu aucune arrestation lors des manifestations du Tea party. Il y en a eu 700 en une journée d’Occupy Wall Street. Un protestataire a été vu en train de déféquer sur une voiture de police.  À Washington, des manifestants ont forcé la fermeture du Air and Space Museum. Le Tea party a été déclaré violent parce qu’une poignée de fans du second amendement se sont pointés à des rassemblements avec leur arme à feu bien en vue, un droit aux États-Unis. Il serait aussi supposément raciste, même si Herman Cain se rapproche de Mitt Romney dans la course à l’investiture républicaine. En passant, les obsédés du consensus de Occupy Atlanta ont refusé la parole à John Lewis, figure proéminente du mouvement des droits civiques parce que tous n’étaient pas d’accord pour l’entendre. Racistes, les Occupy? La rhétorique «haineuse» du Tea party a été dénoncée quand certains orateurs parlaient d’arroser l’arbre de la liberté avec le sang des tyrans et des patriotes, une citation que l’histoire a attribué à nul autre que Thomas Jefferson. Pourtant, Roseanne Barr, figure célèbre du milieu de la culture aux États-Unis, a expliqué à Russia Today que les banquiers refusant de partager leur fortune devraient être envoyés en camp de rééducation. Si cela ne faisait pas l’affaire, ils devraient être décapités. Entre Jefferson et Barr, il n’est pas difficile de voir qui appelle réellement à la violence.

Quoi de mieux que de se déguiser pour aller à la mascarade? Le quotidien britannique Daily Mail est allé jeter un œil pour voir de quoi avaient l’air les protestataires. Ils ne semblaient pas trop mal en point! Jeans à 300 dollars, tricots en laine de haute qualité et souliers de marque semblaient être l’accoutrement de bien des manifestants. Pas mal pour des gens qui se baladent avec des pancartes «Eat the rich»! Un habillement n’est cependant jamais complet sans les accessoires qui viennent avec. Il est toujours bon de voir des gens comme Kanye West se pointer pour soutenir les «99%» avec de beaux bijoux en or. On devrait lui dire qu’il peut faire une contribution volontaire à l’IRS s’il veut «partager sa richesse».

D’ailleurs, finissons-en avec cette idée du 99%. D’abord, allez faire un tour sur la page Tumblr The 53, en référence aux 53% d’Américains qui paient des impôts pour les 47% qui reçoivent. En 2008, le fameux 1% dénoncé a payé 38% des impôts sur le revenu perçus par le gouvernement américain. Pour les 25% les plus riches, il s’agissait de 86%. Au Québec, en 2007, 3,6% des contribuables gagnaient plus de 100 000 dollars. Ils ont payé 30,8% des impôts sur le revenu.
Alors contre quoi les Occupy se battent-ils? Allez savoir!

Une chose est sûre, ils communiqueront tout sur Twitter à partir de leur iPhone! À bas le capitalisme!

 
Sur le même sujet: