J’aurais aimé manifester
27 mars 2012
Malheureusement, être pour la hausse est une question de tête. Être contre est une question de cœur.

Avez-vous remarqué comment cela se passe dans la sphère publique? Ceux en faveur du plan de financement gouvernemental parleront en chiffres et en notions d’économie. Ceux qui sont contre répéterons que la question n‘est pas comptable, que l’éducation ne devrait pas être soumise à une telle logique et que la collectivité devrait s’en occuper.

J’aurais aimé manifester, mais je suis trop cérébral et les enjeux de cœur ne me rejoignent pas. Ils sont toujours du côté de la gauche, on dirait. Je ne m’en étonne plus: parler de productivité, de dette, de croissance et de responsabilité n’est pas aussi sexy que de parler de collectivité, d’entraide et de solidarité. Je considère toujours que l’idéologie à laquelle j’appartiens en est une regroupant ces valeurs, mais leur compréhension requiert trop d’analyse à froid. L’analyse à froid ne pousse personne dans les rues avec des pancartes.

Comme je disais, j’aurais aimé manifester. Me plaindre que mon éducation allait coûter trop cher. Me déclarer membre du printemps québécois (eh misère). Malheureusement, la seule idée qui me venait en tête, c’était le remboursement proportionnel au revenu (RPR).

C’est moche hein? C’est pas mal moins sexy que se promener seins nus pour contester. C’est pas mal moins excitant qu’une banderole grande comme un coin de rue. C’est pas mal moins poignant que des dizaines de milliers de jeunes dans la rue.

Mais c’est ma solution et c’est pas mal la seule qui ferait consensus si tout le monde était de bonne foi et arrêtait de se crêper le chignon pour défendre leurs petits orgueils. La CLASSE vit finalement le fantasme d’être à la tête d’un mouvement massif et s’accroche à son rêve fantaisiste de gratuité pendant que la FEUQ et la FECQ pensent sincèrement que seule une meilleure gestion règlera tous les problèmes. De plus, ils ont décidé de partir en guerre politique contre les libéraux en général. Ajoutez à cela une ministre qui ne veut plus rien savoir et vous avez un bon mélange pour une grève qui mène dans un mur.

Le RPR permettrait de moduler les frais de scolarité en fonction de la faculté, de synchroniser le monde de l’éducation avec le marché du travail et de mieux financer nos universités et d’augmenter l’accessibilité d’un même coup. Il protégerait les plus pauvres de leur dette étudiante. Il ferait payer les plus riches pour leurs études. Trouvez une revendication qui n’est pas satisfaite ici. En quelques phrases, je viens de répondre aux demandes de l’IEDM, du ministère, de la FEUQ et de la FECQ. Les seuls qui ne seront pas contents sont les membres de la CLASSE, mais c’est difficile de satisfaire des gens qui vivent dans un monde où tu n’as qu’à planter un riche dans le sol et un arbre d’argent poussera.

J’aurais aimé manifester jeudi dernier avec une pancarte fluo qui demande un RPR. Malheureusement, c’est comptable. Ça ne déplace pas des dizaines de milliers de personnes. Je ne crois pas que j’aurais été le bienvenu.

Le cœur prend maintenant toute la place dans le débat sur la hausse. Pendant ce temps, le Québec rate une chance d’entrer dans le XXIe siècle.

Quel manque de vision.

J’aurais dû aller manifester.

 
Sur le même sujet:
20 mars 2012
27 mars 2012