XVIe Congrès du PQ: confiance et renouveau
18 avril 2011
Un vote de confiance de 93% pour Pauline Marois et le gel des frais de scolarité pour les étudiants.

Cette fin de semaine avait lieu le XVIe Congrès national du Parti québécois à Montréal. Sous le slogan «Agir en toute liberté», près de 1700 délégués des quatre coins du Québec se sont réunis afin de débattre pendant trois jours du nouveau programme à adopter.

Un des moments essentiels de ce congrès fut le vote de confiance de Pauline Marois à la chefferie du parti. En effet, le vote tenait à cœur les membres du parti qui, à peine plus d’une heure après l’ouverture des urnes, étaient déjà 71% à s’être prononcés. À l’issue du décompte des voix, 93,08% des délégués avaient accordé leur confiance à Madame Marois, un résultat record (Bernard Landry avait obtenu 76,2% en 2005 et avait claqué la porte au parti) et prometteur.

Raphaël Thézé, Le Délit
Par ailleurs, les membres du conseil exécutif national ont été élus dont le nouveau président Raymond Archambault, ancien chef d’antenne à Radio-Canada. Il a su attirer la sympathie des délégués par sa «virginité politique» et son discours sur l’importance des communications modernes. Il s’agit d’une cuisante deuxième défaite pour Daniel Turp qui mettait en avant son expérience comme un atout essentiel à la présidence et avait pourtant insisté sur l’importance de la représentation des jeunes du parti.

 

Parmi les sept commissions qui étudièrent les propositions des différentes circonscriptions à travers le Québec, l’une d’entre elles était consacrée à l’éducation, les études supérieures et les universités. La proposition d’urgence concernait le gel des frais de scolarité dont la hausse avait été annoncée pour 2012 dans le dernier budget Bachand. Présentée par Christine Normandin, présidente de la CNJPQ, la résolution 414 prévoit de maintenir les frais de scolarité tel qu’ils sont actuellement jusqu’à la tenue d’un sommet sur l’éducation. La députée Marie Malavoy a pris la parole pour demander de prioriser la proposition lors de la plénière et contre toute attente, alors que l’on attendait un débat agité  entre les délégués, la proposition fut adoptée à quasi unanimité. Les détracteurs du Parti québécois dénoncent néanmoins cette prise de position comme une radicalisation du parti alors que la hausse des frais selon eux est une nécessité face au déficit budgétaire.

Lors de la même commission, des propositions, telles que l’élimination graduelle du financement des écoles privées au profit des écoles publiques tout en prévoyant l’intégration au secteur public des écoles privées, furent portées en plénière mais fortement défaites et d’autres portant sur la création de laissez-passer universels aux transports en commun pour les étudiants ou sur la possibilité pour ceux-ci d’avoir accès aux transports gratuitement, ne firent pas leur chemin jusqu’au bout. Des propositions sur la tolérance zéro face à l’intimidation et la violence dans les écoles ou sur l’augmentation du nombre d’intervenant spécialisé pour les élèves aux besoins particuliers furent pour leur part adoptées.

Le Parti québécois sort de ce congrès renforcé et voit la victoire de Pauline Marois comme un signe de maturité politique. Avec un gouvernement fédéral plus éloigné que jamais des intérêts québécois, et un gouvernement provincial largement critiqué, le Parti québécois se montre confiant pour l’avenir. Si les délégués soutiennent Pauline Marois et son nouveau programme, la question demeure cependant quant à la position que prendra la population québécoise lors des prochaines élections.

Photos du Congrès, ici.

 
Sur le même sujet: