MBA: McGill à l’amende
22 mars 2011
Le gouvernement monte le ton, McGill feint la surprise.

Lundi 14 mars, Line Beauchamp, ministre de l’Éducation du Loisir et du Sport annonçait qu’une «pénalité financière» de 2 011 719 de dollars serait imputée à la subvention que verse le gouvernement du Québec à McGill. L’université est ainsi punie pour avoir augmenté de façon drastique les frais de scolarité des étudiants au Master of Business Administration (MBA). Les frais avaient été multipliés par 15, passant de moins de 2000 dollars pour les résidents québécois à près de 30 000 dollars par an.

La mesure du gouvernement est exceptionnelle et même «sans précédent» selon le communiqué de McGill. Elle signe l’échec des pourparlers entre Heather Munroe-Blum et le gouvernement du Québec. L’argumentaire de l’Administration s’articulait autour de cette question posée par Peter Todd, doyen de la Faculté de gestion: «Pourquoi utiliser les fonds publics et les frais de scolarité des étudiants au baccalauréat pour subventionner l’éducation de quelqu’un qui est déjà dans la vie active et qui, en moyenne, aura un salaire de 100 000 dollars après seulement deux années d’études?»*

Gracieuseté de la Faculté de gestion
Mardi dernier, l’université déclarait être «déçue et perplexe» face à la décision du gouvernement, mais cette attitude d’incompréhension adoptée déjà depuis janvier 2010 semble plus relever de la surprise feinte que de la réelle stupéfaction. En septembre 2009, l’Administration annonçait unilatéralement sa décision de faire du programme du MBA un programme autofinancé. La ministre d’alors, Michelle Courchesne, avait accusé l’université de contrevenir à la «politique d’accessibilité à l’éducation» et menaçait l’université de sanctions financières à hauteur de 30 000 dollars par étudiant. Line Beauchamp qui a pris sa suite en août dernier avait confirmé dès septembre vouloir donner suite aux déclarations de sa prédécesseure. C’est donc seulement sept mois plus tard et après moult discussions, comme en atteste un certain nombre de documents confidentiels du Board of Governors, que l’amende est annoncée.

Trois jours avant l’annonce de l’amende, Heather Munroe-Blum déclarait à la presse étudiante qu’elle espérait encore qu’un «compromis soit trouvé»* tout en affirmant qu’elle ne souhaitait pas revenir sur sa décision d’autofinancer le programme.

Dans le même registre, quand interrogé par Le Délit sur la façon dont il comptait réunir les deux millions de dollars de pénalité, le Doyen Todd disait également encore espérer un compromis. «Si l’amende venait effectivement à être appliquée, je n’ai aucune idée de comment elle serait financée.» Tout se passe comme si l’Administration niait la réalité de la décision du gouvernement.

D’ailleurs, pour l’année prochaine, les frais ont été encore augmentés, cette fois de plus de 10%, passant de 29 500 dollars à 32 500 dollars.

«Nous n’avons aucune intention de réduire nos frais de scolarité ni aujourd’hui, ni dans le futur» déclarait Peter Todd. L’Administration se dira-t-elle à nouveau surprise si le gouvernement décide de renouveler sa pénalité l’an prochain?

Au-delà des considérations d’ordre idéologique sur l’accessibilité de l’éducation demeure l’impératif financier. Avec 29 500 dollars par étudiant et 57 étudiants, l’université a collecté 1 681 500 de dollars, soit 330 000 dollars de moins que le montant de l’amende. La situation n’est pas financièrement durable mais l’université campe sur ses positions. Reste à voir si le gouvernement cédera.

*citation traduite de l’anglais

 
Sur le même sujet: